Scripture: le rat-d’eau de l’ami Duse…

Il était une fois (je vous laisse compléter cette intro) etc…

(…) Puis un jour, arriva sur le grand voilier qui battait Pavillon-Gauche, l’ami Duse, un corsaire originaire de la côte ibérique. Ce dernier décréta un nouveau cap, il saborda la boussole pour conduire l’équipage vers les terra incognita. Après deux ans de navigation, le beau voilier devenu simple radeau, perdait chaque jour un peu plus ses matelots qui souvent se jetaient par-dessus bord par dépit. L’équipage avait eu vent de l’avarice de l’Ami Duse le nouveau Vice-amiral d’Escrade. Courageux, un p’tit rat grincheux à poil noir, un des porteurs d’eau (d’où l’appellation rat-d’eau), s’écria:

* « Ah Merde! Alerte Capt’ain Géricault! (c’est le Quartier-maître, Gégé pour les intimes), un pirate à bord!, je répète, ici #RadioBord, m’aider!-Mayday-m’aider !!!!
* « Personne ne quitte son poste, bande de feignasse, Au boulot! » lança Gégé, le chef des matelots, un mec « pas tibulaire mais presque »…
* « Euh… Capt’ain, mais il n’est pas des nôtres! je répète, individu inconnu au bataillon, c’est un détournement de voilier! il refuse de lever le mat Gauche, celui des vents qui viennent du Sud! on va se prendre une grosse vague bleue dans la tronche!!! » insista poil noir. Avec ses copains matelots, ils avaient œuvré des mois durant dans l’atelier FH2012, la grande fabrique de l’Amiral Pépère, Général d’Armée, et, ils désespéraient de ne plus voir le Grand-Mat-Gauche en action, celui qu’ils avaient peint en rose. Désormais le navire tanguait dangereusement à droite sous l’impulsion de « Galfetti l’ami Duse ».

Même par temps de grosse tempête, poil noir n’avait pas quitté le navire, un vrai con. Exaspéré par cette nouvelle feuille de route et par le silence des autres matelots apeurés sur ce navire qu’ils aimaient tant, il décida de quitter ce qui fut jadis le fleuron de la flotte Rose. Sur sa petite pirogue qu’il avait planqué dans la cale avec la complicité de « rat-jean » (très rageant aussi), Poil noir décida de partir, inquiet, il retourna pour un ultime appel à son capt’ain   à peine visible sous la flotte salée qui déjà se déversait sur lui:

* Hé  Gégé! fais pas le con, tu descends?
* A pourquoi faire?
* Heu… c’est pas ton destin!
* Bah (il soupir et lâche: « les rats quittent le navire« )… 

Imperméable aux alertes d’un équipage plutôt au fait des échecs à répétition de Galfetti-le-corsaire, le valeureux Capt’ain Géricault s’accrocha néanmoins de tout son poids et de toutes ses forces à la barre de ce radeau ivre déserté par les copains, d’abord matelots, mais désormais à quai. Ils avaient traversé bien des tempêtes ensemble, c’était avant l’arrivée de l’Ami Duse et son erreur (404) lors du passage au Cap-honte, le 25 mai dernier, la sanction de la Marine fut terrible, un raz-de-maréeune lourde peine

La morale de l’histoire? Y’ a pas, c juste le début d’un nouveau conte:

« Le rat-d’eau ayant bossé tout le temps se trouva fort dépourvu quand l’ami Duse fut venu. Puis un jour… »...

[une histoire sans fin]

À suivre: (« le Raton laveur »).

(…)

Publicités

Triple A-: Après Sarkozy, son modèle Allemand…

La grande Allemagne de la Chancelière Angela Merkel, le modèle, la référence économique de l’ex-Résident de L’Elysée Nicolas Sarkozy, est en passe de perdre son Triple AAA. Le changement…

Lundi dernier, l’agence de notation Moody’s a placé sous perspective négative, la dette publique de l’Allemagne (Pays-Bas, Luxembourg) en raison de l’incertitude croissante sur l’issue de la crise de la dette en zone euro. Comme pour la France-Sarkozy,  Moody’s se réserve le droit de dégrader l’Allemagne et son AAA. Il est loin le temps où l’Allemagne servait de référence! Souvenirs…

Comme nous le signalait déjà Politeeks, Sarkozy faisait montre d’une méconnaissance de la situation allemande, les éditocrates aussi. La réalité est toute autre…

* L’Allemagne est un pays qui vieillit, et dont la population diminue, oui 80 000 personnes en moins par an.

* 2,5 millions de personnes travaillent pour un salaire de moins de 5€ de l’heure. Il n’y a pas de salaire minimum en Allemagne. Une hausse des emplois à temps partiel, avec certains qui en cumulent 2 ou 3..

* 1 emploi sur 10 est un minijob, à moins de 400€ sans protection sociale.

L’Allemagne a souvent fait preuve de dynamisme économique dans la zone euro. Cela s’explique en partie par la politique de renoncement social qui a pour effet pervers de limiter toute politique de relance économique par la consommation, en l’absence d’une croissance par l’exportation, par temps de crise.

L’Allemagne a encore son triple A, mais le modèle s’effrite. Les économistes étaient les premiers à tirer la sonnette d’alarme:  »une réduction trop brutale de déficits publics, peut faire avorter la reprise économique, et donc devenir contre-productif ». Le nouveau modèle français  (soutenir la demande, croissance) avait obtenu le satisfecit de  Moody’s le 24 Mai dernier: ”Le nouveau président français, François Hollande, a montré sa détermination à relancer l’économie, mais le chemin pour y parvenir reste incertain (…)°… C’est mieux qu’une perspective négative.

Rien n’est acquis certes, mais … c’est le modèle français, le notre. Il faut continuer. Moralité allemande: Quand un modèle n’a plus d’élève, il se dégrade, ou on le Moody’s