Emmanuel #Macron: « Ni pour Bachar ni contre Assad ». Ce qu’il disait avant …

Après l’attaque au gaz chimique sur des populations en Syrie, les «discours politiques s’adaptent» en France comme aux USA, le changement (d’avis) c’est maintenant! Bien. Mais ces « propos de circonstances » ne nous empêchent pas de revisiter les avis d’avant des tenants de la « realpolitik », ces politiques qui hier encore nous expliquaient que « Bachar el Assad est un partenaire fréquentable ». Droit dans ses bottes propres, Alain Juppé tacle avec malice les idiots utiles d’El Assad….

Syrie Tweet Alain Juppé

Très bonne question que j’ai partagé avec mention pour les intéressés en lice pour la présidentielle 2017

MAcron Lemission politique Bachar Syrie

Oui Emmanuel Macron! Comme Marine Le Pen et François Fillon sur la ligne « on ne touche pas à Bachar« . Oui Emmanuel Macron & son indécision. Il avait récemment critiqué la position de François Hollande, c’est à dire: « faire de la destitution du boucher de Damas un préalable à tout ». Pour lui, « c’est pas bien de dire ça! Faut arrêter de stigmatiser Bachar! ». Rappel …

Macron Syrie Hollande

Macron Syrie Bachar

Il faut se rappeler que cette attaque au gaz chimique n’est pas une première en Syrie. Se souvenir du massacre du 21 Août 2013 dans la banlieue de Damas. Bombardement à l’arme chimique, gaz sarin, des morts par centaine, Bachar El Assad n’est pas un novice en la matière. Certains avaient quand même fermé les yeux, à Droite & à Droite …

Macron Syrie

Gouverner c’est prévoir, c’est être capable d’anticiper et de régler les conflits sur la scène internationale et sur l’ensemble du territoire. A ce niveau de responsabilité, on ne peut pas se contenter de «satisfaire tout le monde», l’inertie n’est pas de mise. Gouverner c’est pouvoir choisir ses alliés, c’est afficher ses préférences. Oui, François Hollande, « jamais dans la tendance et toujours dans la bonne direction » sur la question Syrienne avait raison. Avis partagé par Benoit Hamon.

« Le départ de Bachar El Assad est un préalable à tout!».

Avis contraire?

./…

Publicités

Bachar el-Assad, « le frapper fort » (The Economist)…

Recommandation de l’hebdomadaire britannique The Economist à l’attention des chefs des Armées de la coalition (Syrie): Bachar el-Assad, le frapper fort

20130829-152039.jpg

Numéro à paraître samedi 31 août. En attendant la décision de Barack Obama, je copie carbone aux chefs des Armées.

En Syrie, la peur a changé de camp

[source]

14 Juillet, Paris: Le Syrien Bachar Al Assad sur les Champs Elysées….

PARIS – 14 juillet 2008: (première rangée) Le président égyptien Hosni Moubarak, présidente finlandaise Tarja Halonen et le président syrien Bachar al-Assad ont assisté à la cérémonie Bastille’Day le 14 Juillet 2008 à Paris, France. Le président syrien Bachar al-Assad a assisté au défilé militaire des Champs-Élysées, aux côtés d’autres pays européens, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient dirigeants, ce qui a provoqué une controverse en raison des liens de la Syrie à des organisations classées comme terroristes par les différents pays.

La révolte syrienne a déjà plus de cent jours derrière elle, des centaines de morts, des milliers d’arrestations, des dizaines de milliers de réfugiés à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Pourtant, le régime a tout essayé pour venir à bout des protestations. Il a même tenté au début de suivre le modèle algérien par la recherche d’un équilibre entre promesses de réformes et coercition, mais la réaction démesurée des forces de sécurité contre les civils a poussé une bonne partie du pays dans les rangs des protestataires irréductibles. Le régime a renoué avec ses propres pratiques en vigueur depuis quarante ans…

Actualité sur la crise Syrienne: Lire le JDD.fr, lePoint.fr, leMonde.fr, leNouvelObs

Crédit photo:  life.com