‘’Indignez-vous!‘’: Après le printemps, l’été européen?…

Les temps sont durs et les tensions durent. L’indignation de la jeunesse espagnole semble gagner les différentes capitales européennes. A la question de savoir si ce mouvement s’étendra en Europe, Alain Juppé, Ministre des Affaires Étrangères, interrogé sur Canal+ a déclaré dimanche midi : ‘’Qu’il est peu probable que l’on assiste à un été européen après le printemps arabe‘’…

Il évoque la différence du contexte économique. En France, le chômage des jeunes est de 25 % contre 45 % en Espagne. Il oublie que ce taux de chômage reste élevé et les dégâts de la crise financière dans l’opinion s’y prêtent. D’ailleurs l’OCDE tacle la France pour son fort taux de chômage des jeunes. On se classe 23e sur les 30 pays de l’OCDE. On ne peut pas dire que les bientôt 5 ans de Sarkozysme soient une réussite…

Après avoir traversé le détroit de Gibraltar pour l’Espagne, l’indignation semble donc se répandre partout en Europe: Madrid, Paris, Athènes,  la jeunesse européenne inspirée par Stéphane Hessel se mobilise…

Les révolutions arabes  visaient à renverser des régimes corrompus et autocratiques. En Europe ces mouvements s’inscrivent dans un contexte de politique d’austérité qui touche particulièrement les jeunes. l’Espagne a été plus durement frappé par la crise que d’autres pays européens –  folie immobilière et spéculative, chômage des jeunes des plus élevés, etc-

En Grèce, la dette publique est à 115% du PIB, alors que la limite fixée par Bruxelles est de 3%. Criblée de dettes, elle devra emprunter 53 milliards d’euros cette année si elle veut s’en sortir. Si l’Europe ne l’aide pas, c’est la faillite. Le jeunes d’Athènes affluent depuis des jours par milliers sur la place centrale de la capitale, devant le parlement, pour ‘une mobilisation contre l’austérité calquée sur le modèle espagnol des ‘’Indignés‘’.

D’autres pays européens pourraient suivre: le Portugal, et l’Irlande, l’Italie voir la France. Partout en Europe, on assiste à une montée croissante des injustices, à une hausse des prix des denrées de première nécessité, à des inégalités sociales etc. Tous les ingrédients d’une révolte naissante sont réunis avec de vrais motifs d’indignation…

‘’Quand je cesserai de m’indigner, j’aurai commencé ma vieillesse‘’ écrivait André Gide. A Paris, le mouvement a débuté jeudi 19 mai devant le consulat d’Espagne où des étudiants espagnols séjournant en France s’étaient donnés rendez-vous. Il a rapidement été relayé par un certain nombre de collectifs regroupant de jeunes militants, classés plutôt à gauche, comme ‘’Génération précaire‘’, ‘’l’Appel et la pioche‘’ ou encore le ‘’Collectif du 21 avril‘’.

‘’Indignez-vous‘’, Paris, la Bastille, 29 mai 2011

Place de la Bastille. Plusieurs centaines de jeunes se sont rassemblés, dimanche 29 mai, pour protester contre ‘’le chômage, la précarité et la corruption‘’, et contre ‘’les dérives de la démocratie‘’. A la Bastille fleurissait des slogans du type : ‘’Révoltez-vous ! ‘’, ‘’Indignez-vous ! ‘’, ‘’Résistez ! ‘’.

Explication. Pour sortir de la ‘’crise‘’, les différents pays européens avaient investit des milliards d’euros dans des plans dit de ‘’relance économique‘’ au bénéfice des banques, des Marchés financiers, pour les résultats que l’on sait. Il fallait réguler le capitalisme déclarait Nicolas Sarkozy en 2010 :

‘’En demandant la régulation du capitalisme, je pose les bases qui sauveront le capitalisme parce qu’un jour, les gens n’accepteront plus que se reproduise ce qu’il s’est passé il y a 18 mois‘’.

La régulation du capitalisme attend toujours et les jeunes européens ne l’ont visiblement pas accepté. Ils le manifestent sur les places publiques des capitales européennes. Pour les révolutions du monde arabe, la relative croissance économique sans redistribution des richesses, en Tunisie particulièrement, a été l’un des facteurs déclenchant des manifestations. En Europe, le contexte de crise économique, les politiques d’austérité et les taux de chômage élevés des jeunes expliquent en partie l’effet papillon.

Dans les deux cas, ce sont les classes sociales les plus fragiles qui paient le plus lourd tribut. Mouvements peu structurés certes, les réseaux sociaux ont permis des mobilisations d’ampleur et, le mouvement pas prêt de s’arrêter. A défaut d’un été européen, la rentrée de septembre 2011 risque d’être mouvementée. Assistons nous à une révolution de la conscience?

Il ne s’agit pas en Europe de tomber des têtes, mais de changer le système, de prendre en compte les aspirations légitimes de certaines couches de la population, celles des jeunes particulièrement. Alors,  Faut-il avoir peur des indignés?

________

[Couverture billet: Version américaine de ‘’Indignez-vous‘’. publiée dans  »The Nation »]

[illustration_Bastille  ] PS: ‘’Indignez-vous‘’ sera publié en chine fin juin 2011! Imaginons, Espérons.. 😉

Publicités