« C l’Afrique!» Le Congo, le foot et la Sape, une diatance urbaine…

[Billet «Dimanche C l’Afrique]. Depuis le début de la Coupe d’Afrique des Nations de Football (#CAN2015), et avec cette participation inespérée des #Diables Rouges du Congo-Brazzaville, je suis dans une phase «double nationalité», un truc bizarre même si aujourd’hui encore, je dois payer un visa d’entrée et m’acquitter d’une taxe de séjour pour y passer mes vacances, soit.

Après la victoire contre le Gabon et hier soir contre le Burkina faso, les Champions en titre, le Congo est en quart de finale, c’est kitoko (chouette)! Depuis quelques jours, le souvenir de la dernière victoire congolaise dans cette fête africaine refait surface, c’était en 1972 au Cameroun (Yaoundé), Champion d’Afrique! un grand moment.

J’en parle parce que j’ai trouvé une vidéo de cette finale historique face au Mali de Salif Keita et de Cheick Fanta Mady Keita. Un match de légende avec les Minga Noël pépé, Mbemba Jonas Tostao, François M’Pelé (un nom congolais, peut-être la racine africaine du roi Pelé) et le buteur en chef Mbono-le-sorcier.

Mbono-sorcier, Mbono-sorcier, éyayéee(oh putain le pied!)! Mboonoo-sorcier! ça tournait en boucle sur un 33 tours édité pour l’occasion avec une célèbre chanson baptisée «Marie Jeanne» dont les refrains servent toujours de génériques et de jingles pour les émissions sportives radiodiffusées au Congo, toute une histoire.

les-diables-rouges-champion-d-afrique-yaounde-1972

Depuis, le Congo-Brazzaville s’est désintéressé du foot, jouer au ballon, c’était ringard, pas tendance, un truc de ngaya, une autre addiction urbaine était en vogue: la Sape, un «Art vestimentaire» selon ses adeptes que l’on rencontre dans les artères de Paris, du coté de Château-Rouge, à Kinkala au Congo, à Tié-tié (Pointe Noire) où dans le très Select quartier Fouks. La Sape et les «descentes (voyages-retour) des Parisiens» au Congo fédéraient plus de monde que les matchs de foot. Dans le Congo de la fin des années 70, le pantalon à carreaux avait remplacé les shorts de foot avec plus de foulards (kitambala) et cravates (Langa) en soie que de ballons ou brassards de captain’, c’était …  Clubs de sape et défis (l’équivalent du Blogowar, Sape’War) sur les anciens terrains de foot, musique et Weston. Aujourd’hui, le remplaçant recrée le remplacé et l’on se passionne à nouveau pour le foot à Mavula (Brazza).  D’abord les nouveaux Diables rouges, ensuite je vous explique.

diables-rouges

Cette nouvelle génération coachée par Claude Leroy (Fr), est essentiellement composée des joueurs de «petits clubs d’Europe» en Suisse, Grèce, Belgique, Roumanie, Espagne, Écosse, Thèque, Congo, etc, beaucoup d’enfants des «congolais de France». Oui mais pas que, disons le fruit de cet exil autour de la «Sape» (tous n’étant pas «sapeurs» bien entendu, il y’ a des étudiants dans le tas). Aujourd’hui, ce sont donc les enfants des congolais de l’étranger qui portent haut les couleurs de cette équipe nationale délaissée par leurs pères et ainés, un curieux (et agréable) retour à la Case Congo et au foot dans le pays des anciens champions d’Afrique.

Aussi, quoiqu’il advienne, le brillant parcours de ces Diablotins «Bana ba cot’oyo» dans cette #CAN2015 m’a permis de revivre une «congolité perdue» et cela en dépit de cet hymne national et de ces 3 traits «vert-jaune-rouge» que je n’ai pas connu. Ils ne sont pas «bleus», ne chantent pas la marseillaise, mais ils sont moi, Congolais et «Diable Rouge». Chez nos cousins d’en face sur l’autre rive du fleuve-congo, dans l’actuel RDC (ex-Zaïre), même mutation et connivence sociale, Ekolo moko, ba makambo neti netité, tokokana. Il se dit qu’en en cas de victoire, ils seront célébrés par ceux de Paname, les anciens fêteront la Nouvelle Ecrita dans une grande «diatance» nonchalante et très Gossip sur les Champs Élysées. Ah! Diatance? Ne cherchez pas dans le dico, c’est un mot congolais qui vient de «Diata; marcher», puis diatance dans le lexique des Sapelogues. Tenez, explication visuelle, vidéo.

ZavezVu? le Congo c’est un pays de malade! là on comprend mieux cette qualification surprise pour un quart de finale d’une Coupe d’Afrique. Au fait, c’est quand qu’ils jouent les bleus?

[Dessin Copyright © Ervé @croisepattes/Do Zone Parody.] Merci! (Quel talent!).

(…)

Publicités

« Dimanche, c’est … »: Mémorial de l’esclavage vandalisé à Nantes…

Pour le «Dimanche, c’est l’Afrique» de ce jour, j’avais rédigé un billet sur la Coupe d’Afrique des Nations de foot (#CAN2015) qui se tient actuellement en Guinée équatoriale, avec la participation de mes deux #Congo: Les «Diables rouges» du Congo-Brazzaville et les «Léopards» de l’ex-Zaire devenu Congo RDC. Puis, avant édition, je tombe sur cette info de «Presse Océan»: A Nantes, le mémorial de l’esclavage a été vandalisé …

On ne va pas demander à tous les Nantais de condamner cet acte hautement raciste, ils ne sont pas responsables de l’imbécilité des «Chaplin», pas d’amalgame. Dans cette période trouble dans la France de «l’Après-Charlie», j’entends beaucoup de sonates siphonnées, je lis de plus en plus sur le web le phrasé imprégné du «Nous», des termes imbibés avec identification de la cible, «Eux», nouvelle tendance décomplexée. Guerre des mots, choisis avec prudence des fois, pour soigner des pathologies mal diagnostiquées. Inquiétude «légitime»?, peut-être, mais analyse faussement «Merise» pour reprendre un terme de la programmation informatique. Et, l’ex chez «Nous» devient chez «Eux». Aussi, profaner ma part du «Nous» symbolisée par ce Mémorial, c’est m’inscrire dans le «Eux» à l’insu de mon plein gré…

«Casse-toi? » Tiens, ça me rappelle un truc (récent), j’ai lu ça quelque part, je ne sais plus où.. bref. Et ben non! Le «Mémorial» ne vous dira pas qu’il vous emmerde (on va rester courtois), il va juste, le temps d’une Coupe D’Afrique, partir loin de ce «Nous» qui commence à l’exaspérer un peu (beaucoup), pour une pause chez «Eux», enfin… chez «Moi, c’est la fête au village...

#MèKilSonKon !

(Presse Océan)

La nouvelle discrimination nommée #Ebola… #IamAfricanNotAVirus

Deux billets en une journée via LeFigaro, c’est beaucoup. Mais cette fois, je n’ai pas vraiment le choix car les faits touchent ma racine africaine, Le Congo. De facto, je suis désigné volontaire pour mettre en lumière ce truc nouveau derrière lequel certains se cachent dorénavant, #Ebola.

IMG_5535.PNG
Clic pour agrandir

Prudence? Faut pas exagérer non plus… Non mais.. hé ho! Bande de cons! Quelque chose me dit que ce n’est qu’un début, #Ebola n’est pas encore là, ni au Congo-Brazzaville d’ailleurs, mais possède déjà son passeport en bonnet-difforme. Et la #RiposteEbola s’organise, au Liberia par exemple…

B0KlQpTCMAEYTuZ

Pour élargir cette # je dirais: #! On va transmettre à SOS-Racisme.

(…)

Rachida Dati au Congo: En mission pour renflouer les caisses de l’UMP?

??????????????????????????Des doutes sur la véritable mission de Rachida Dati au Congo. L’Égérie de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati a séjourné le 17 juillet dernier au Congo-Brazzaville pour accompagner la création des lycées d’Excellence.

Une visite de l’ancienne Garde des Sceaux, pas spécialiste des questions éducatives, qui s’accompagne de quelques doutes formulés  par CongoNews, un  blog hébergé par Mediapart.

CongoNews, visiblement dans l’opposition parle de « mission » pour renflouer les caisses de l’UMP en difficulté financière comme nous le savons. Outre l’invalidation des comptes de campagne de Sarkozy et les 11 millions d’euros à rembourser avant le 31 juillet, l’UMP doit verser 55 millions d’euros en 5 ans pour combler sa dette nous apprend le NouvelObs. La générosité des sympathisants ne suffira pas, la piste africaine n’est pas à exclure…

RAchida Dati Sassou Congo

Le Congo est libre d’utiliser son argent comme bon lui semble (je m’en fiche un peu pour ne pas cracher sur mes prochaines vacances…), les lycées d’excellence, c’est une très bonne idée (là, je fayotte un peu, beaucoup). Ce qui m’intéresse dans cette histoire, c’est  l’idée de se tourner vers « l’homme africain » celui qui n’est pas assez rentré dans l’histoire », même si à ce jour, on a pas l’ombre d’une seule preuve.  On va faire confiance à Mediapart pour cela.

Pourquoi une ancienne Garde des Sceaux, est-elle invitée en Afrique pour inaugurer un lycée, fut-il d’excellence? Qui a financé le voyage de Dati au Congo? L’UMP?. Le Congo a t-il besoin de Rachida Dati, l’égérie de Nicolas Sarkozy, pour ses lycées d’excellence? J’ai un doute…

Il faut dire que Rachida, la modeuse de la Place Vendôme est très bien cotée au Congo-Brazzaville, le pays de la Sape (Société des ambianceurs et personnes élégantes). Aussi, la visite de Rachida Dati, la Sapelogue, Ex-Ministre d’Etat, Garde des Sceaux de la République issue de la diversitépeut motiver les jeunes lycéens de Dolisie. C’est léger, mais possible. Des questions, des hypothèses et des doutes…

Pour CongoNews, pas de doute,  « La visite de Rachida DATI à Brazzaville, cache une réalité que l’on connaît par le biais de nos sources. l’«UMP» au bord du gouffre financier a jugé utile d’envoyer auprès du dictateur Sassou un fusible, moins exposée, pour rembourrer ses caisses. Cette aide financière au profit de l’« UMP » se fait au détriment du peuple Congolais en l’occurrence son trésor, qui se voit là délester de plusieurs Millions avoisinant le milliard de franc CFA. N’est-elle pas mandatée par Sarko, lui même, pour aller chercher l’argent pour aider à renflouer les caisses de l’« UMP » rendu à la dèche par ce dernier? C’est ce même Sarko qui affirmait à  Dakar, «l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire».

Rachida Dati dans le rôle de « Tintin au Congo » pour le compte de l’UMP, c’est assez drôle. Qu’en pensez-vous? Dans l’attente, on va surveiller les prochains séjours africains des cadres de l’UMP. Si vous avez des nouvelles, merci de prévenir.

Source

#Congo: Mauvaise nouvelle, très…

pointe-noire-crash-dun-avion-cargo-20-morts-n-L-kZ2_VfCONGO. La série noire continue. Après le crash d’un avion sur Pointe-Noire  en mars 2010, puis l’explosion le 04 Mars dernier d’un dépôt de munitions et explosifs en plein cœur de Brazzaville (plus de 200 morts), nouvel accident d’avion…

Extrait (RFI): Un avion cargo s’est écrasé le 30 novembre en fin d’après-midi avant son atterrissage sur l’aéroport de Brazzaville. L’avion, un Iliouchine 76  a fini en feu après avoir heurté la terre ferme à quelques centaines de mètres de l’aéroport, dans une zone urbaine. Certains parlent d’une vingtaine de morts et plusieurs blessés. En tous cas, il n’y a pas de survivants dans l’avion qui transportait du fret. L’obscurité et les conditions météo ont rendu difficile le travail des secouristes.

Il y en aura d’autres malheureusement, car en Afrique (au Congo par exemple), les couloirs aériens (avant atterrissage) passent par dessus les villes. C’est le constat de ma visite à Pointe-Noire en Août 2011, quand les lumières de la ville, bien visibles sous nos pieds, marquaient la fin d’un long voyage. Infrastructures aéroportuaires inadaptées.

Autour des ces équipements, on a vu fleurir de nouveaux quartiers résidentiels… C’était très « tendance », dans les années 70-80 à Brazzaville pour de riches citoyens (partir des quartiers populaires), puis, depuis quelques années, une « contrainte » pour les nouveaux arrivants, faute de terrains disponibles. Croissance démographique, nouvelle donne urbaine. Et, que dire de l’état de ces avions cargos?…

dsc_63391

Un vieux copain de Brazzaville m’a fait cette remarque au téléphone: « Depuis le temps qu’on se bat pour la création d’un nouvel aéroport loin de la ville (..) c’est fou. Quand je pense que chez vous en France, il y a des gens se battent pour ne pas les construire (Notre-dame-des-landes), Ah s’ils pouvaient… »

Ouais.

Sango’ya liwua, sango’ya passi.(*): Cette formule ouvre l’annonce des pages nécrologiques sur Radio-Congo (« Décès, mauvaises nouvelles »)…

.

Explosions à Brazzaville > Peur sur ma ville..

Triste nouvelle, plus de 200 morts selon les dernières informations. C’était prévisible. Oui, un dépôt d’armes lourdes en plein coeur de Brazza-la-verte, capitale du Congo. Et, ça fait des décennies que cela dure. Mpila, est un quartier résidentiel du centre ville de Brazzaville, une poudrière. Pourquoi? Explications…

Le Président Sassou Guesso a planté là sa résidence dès son arrivé au pouvoir en 1977. Mpila est devenu depuis le chantre des politiques autour du pouvoir. Y habitaient les chefs militaires, les  »gens importants ». Quartier calme et de haute sécurité, tout un arsenal sécurisait la quiétude de ses habitants et le 1er d’entre eux, Denis Sassou-Nguesso, Président de la République de 1979 à 1992, puis depuis 1997.

Mpila, je connais. Le calme des ses rues arborées permettait aux étudiants de s’y retrouver à l’approche des examens. Révision sous les manguiers des avenues, presque pas de circulation. C’était pratique et dangereux…

Mpila est devenu malheureusement la plaie du Congo-Brazzaville. C’est de là qu’est parti la guerre civile de 1997 quand les forces militaires du Président Pascal Lissouba (1992-1997) ont voulu déloger un proche de Sassou-Guesso le 05 juin. Très vite, et fort de son arsenal militaire basé à … Mpila, et de sa milice armée  »les cobras’‘, ils ont de concert plongé Brazzaville et le Congo tout entier dans une guerre civile: Plus de 15 000 morts.

A Mpila ce 04 Mars 2012, les munitions ont encore fait des dégâts. Personne n’a tiré de coup de feu certes, mais les dégats sont sans communes mesures. Vitres soufflées à Kinshasa, de l’autre côté du fleuve congo. on imagine les dégats dans les quartiers proches de Ouenzé, de Poto-Poto ou Moungali. L’état des secours n’est plus à décrire, on peut le deviner et, imager le désarroi des habitants de cette ancienne capitale de l’Afrique Equatoriale française…

Après Pointe-Noire  en mars 2010, au Congo la série noire continue…

Là-bas: 23 ans plus tard, j’y retourne …

(.)

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs…

Dans quelques instants nous allons atterrir…

à l’aéroport de Paris Roissy Charles-de-Gaulle

Température, zéro degré au sol

Attachez vos ceintures…

(.)

Premier pas, zéro degré au sol, et 23 ans plus tard, j’y retourne. Là bas, invitation au voyage..

Il paraît que ça se passe comme ça là bas, à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville. Et je vous préviens, le premier qui m’appelle ‘’Tintin‘’, où qui me propose son ‘’Milou‘’ verra très vite mon côté ‘’Captain Haddock‘’.  Je vous préviens..

MERCI