Aux ex-RPR, Gaullistes et Centristes> Le remboursement, C’est Maintenant…

Déjà des voix s’élèvent, partout dans nos villes et dans nos campagnes. Des hommes, des femmes, des français résistent pour les valeurs de la République…

Ce gouvernement, alléguant la défaite de notre économie, s’est mis au diapason des thèses extrêmes. La France peut faire bloc avec ses valeurs pour vaincre. Elle peut, comme d’autres pays, utiliser l’immense potentiel de son économie pour sortir cette crise mal gérée.

Foudroyés aujourd’hui par les sacrifices et les mensonges, nous pouvons vaincre, par le rassemblement, pour la République. Le changement, c’est Maintenant.

Pour ne pas devenir la risée de l’Europe et du Monde, j’en appelle aux ex-RPR, aux Gaullistes, aux Républicains, à tous ceux qui souffrent de voir la France perdre son âme, sa grandeur…

Moi, blogueur de gauche, j’invite les ex-RPR et tous les gaullistes qui ne se reconnaissent plus dans les discours anti républicains d’aujourd’hui, j’invite les centristes et toute la France silencieuse de droite comme de gauche, à se mettre en rapport avec leur conscience, avec nos valeurs, celles de la République.

À tous les militants dits de droite, aux ami(e)s de la France libre, dans l’Esprit des lumières, aux hommes et femmes libres, réunis sous la bannière de la République contre le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et, contre toute cette récréation verbale sur des thèses aux antipodes des valeurs de la République..

Aux écologistes, communistes, abstentionnistes du 1er tour, entres autres déçus de la République, cette élection présidentielle 2102 dépasse de loin le clivage gauche-droite…

Aux électeurs dits de droite, vous devez une voix à la gauche. Vous la devez à la France. Oui, souvenez-vous de cette immense voix de la gauche, jointe à la votre, au soir du 21 avril 2002, Place de la République. L’heure est donc venue…

 » Le remboursement , c’est Maintenant »

Allez Z’enfants de la Patrie, si on 06Mai tous

Ami entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne
Ohé, partisans ouvriers et paysans c’est l’alarme…

Chant des partisans de la Résistance.

Rendez-vous, Vendredi Minuit sur #RadioLondres.

(inspiration)

Publicités

Le #VraiTravail, c’est voter Hollande le 06 Mai..

Le 06 mai, pour une « France libre« , il faut transformer l’essai..


Contre le Pétainisme, en souvenir du Général de Gaulle, Votez Hollande.

C’était un message de #RadioLondres

* Posted using BlogPress from my iPhone*

Sur De Gaulle > Oh les cons…

C’est un papier du canard enchainé du 14 mars 2012 qui suscite mon courroux. Une info qui a échappé à tout le monde. Même l’ami RomainBlachier, blogueur lyonnais, élu local, Adjoint au Maire du 7ème arrondissement de Lyon, ville de la résistance et de Jean Moulin compagnon de route du Général De Gaulle, était passé à côté pour ne s’intéresser qu’à l’accointance Depardieu-Sarkozy. On va l’excuser…

 Pisser sur le Général De Gaulle, c’est une honte. Ne pas le dénoncer, c’est se rendre complice pas bien. Le Mémorial du Général-de-Gaulle est devenu une pissotière…. Oh les cons…

Lisez…

.

C’est bien de financer un Mémorial à Colombey-les-deux-Eglises pour le Général et, de l’inaugurer en présence d’Angela Merkel. Mais putain! Est ce trop demander que d’avoir du personnel de la Police, de la Gendarmerie ou de l’armée (voir des chômeurs payés) pour sécuriser ce haut-lieu de la Mémoire de la France Libre? A défaut d’une présence humaine, pourquoi ne pas installer des caméras de vidéo surveillance ou, des  »radars » pour choper ces cons de pisseurs en  »flagrant délit de pisse »? Une précision: le 1er con qui viendra me dire que c’est la faute à la crise, je le….

Pourquoi cette colère? Parce que le Général De Gaulle, on ne pisse pas dessus! Le lieu du souvenir de cet homme qui a fait que la France reste la France est sacré. Oui, le sacré n’a pas le même sens selon quoi soit natif d’ici ou de là-bas. C’est mon côté  »là-bas » qui s’exprime dans ce billet.

 »là-bas »‘, il est toujours vénéré. On l’appelle encore aujourd’hui  »Papa de Gaulle » (je me demande bien pourquoi d’ailleurs). A Brazzaville (Congo), on se retrouvait souvent sur la Place Général de Gaulle, à l’ombre du manguier, sur le côté de la  »case De Gaulle », pour discuter entre copains  »gaullistes »….

 »là-bas », le respect dû aux anciens est une valeur morale immuable. La mémoire des anciens, on n’y touche pas. Le lieu de sépulture, un espace de  »vie » qui toujours suscite le respect. Alors, aller pisser sur le Mémorial du Général de Gaulle! (je suspecte la bande à Corto)…

 »la-bas », Le Général a laissé une marque indélébile. Il y était en janvier1944 pour remercier ces enfants d’Afrique qui avaient  répondu  »présents »  (contraints et forcés) à son appel du 18 juin. La victoire était proche, il y avait pensé, lui…

Bande de cons!

(Tiens, et si on faisait une loi?)

L’investiture de François…

La vie politique française? C’est un éternel recommencement. Au cœur des grandes joutes électorales, les recettes et vieilles ficelles ressurgissent. Faire peur avec la gauche!

En 1981, l’un des arguments de campagne de la droite se résumait ainsi:  »Si la gauche passe, les chars de L’Armée Rouge vont débarquer sur les champs Elysées!  ». En 2012, sur Google,  la requête ‘‘on va tuer la France » vous dirige sur le site de FN l’UMP! C’est dire…

Alors, en Mai 2012, déclarez votre amour de la France avec des… roses. Comme en 1981, du rouge, des roses rouges…

Le 10 Mai 1981, François Mitterrand devenait le 1er président de gauche de la Vème République. Une grande fête à la Bastille, Cérémonie au Panthéon en hommage du Lyonnais Jean Moulin, – l’émissaire de De Gaulle pour réunifier la Résistance – et de Jean Jaurès. Tout un symbole…

François…

Quizz: Avez-vous reconnu certains visages  »familiers »? Ah oui? Lesquels…

De Gaulle, André Malraux : «Discours de Brazzaville, 14 août 1960» • Inédit

Le discours de Malraux

De_Gaulle et André Malraux à Colombey -les-deux-Eglises, lors de leur dernier entretien
De_Gaulle et André Malraux à Colombey -les-deux-Eglises, lors de leur dernier entretien

Le 14 août 1960, quelques minutes avant minuit, Malraux prononce un discours à Brazzaville. A minuit (à 0h00 le 15 août), l’abbé Fulbert Youlou, président de la République du Congo, proclame l’indépendant du pays.

Cette nuit a retenti la salve solennelle qui salue l’indépendance des peuples et qui retentira dans la mémoire de vos enfants, comme celles qui saluaient jadis la naissance des rois.

Voici donc l’un des plus grands jours qu’ait connus votre histoire, un jour d’autant plus émouvant pour nous que le destin de l’Afrique Equatoriale d’hier et celui de la France Libre se sont accomplis côte à côte. Brazzaville, vous a dit le général de Gaulle, fut un des hauts lieux de la France Combattante. Hier, le président de la République du Congo et moi sommes allés déposer une gerbe au pied du monument Félix Eboué, qui sut unir sa fidélité à la plus féconde confiance dans les qualités africaines [et] au pied du monument de Brazza qui affirmait avec un espoir souvent trompé que quiconque toucherait au drapeau deviendrait un homme libre. La radio vous l’a dit cette nuit : pour chacun de ces deux morts exemplaires et fraternels dont le dialogue préfigure le nôtre, c’était une gerbe en forme de V, la victoire et la croix de Lorraine, et comme chaque fois, il n’y avait qu’une gerbe, le président de la République du Congo tenait d’une de ses branches, l’envoyé du général de Gaule tenait l’autre.

Il convient de parler ici sans équivoque. L’ère coloniale, à laquelle vous avez fait allusion, Monsieur le Président, avec une dignité de chef d’Etat qui n’oubliait ni le souvenir de ce que vous avez noblement appelé la dot de fiançailles que vous apportèrent les meilleurs des nôtres  ni la fidélité à la douleur, est désormais révolue. Ni vous ni moi n’avons fait l’histoire du XIXe siècle, mais dans la mesure – et vous savez qu’elle est grande ! – où le général de Gaulle a fait notre histoire commune, c’est bien en ce jour d’Indépendance que nous devons crier qu’ici elle n’a jamais été une autre histoire que celle de la fraternité : le général de Gaulle est venu à Brazzaville pour y proclamer une Charte des Droits des Peuples Africain, il y est revenu pour y proposer la Communauté, et j’y suis aujourd’hui en son nom pour y fêter l’Indépendance. Quelles qu’aient été, dans le monde entier – et pendant tant d’années !– les conditions quelquefois affreuses de l’histoire, la France peut être fière au moins de ce matin historique : pour vous, pour nous, pour le monde, il couronne nos rendez-vous de l’espoir et de la liberté.

Sur le monument en mémoire de Félix Eboué, inauguré en 1957, on peut lire sur le socle, deux phrases d’André Malraux:

 

«Etranger, va dire à Lacédémone que ceux qui sont mort ici sont tombés dans sa loi.»
et :
«Passant, va dire aux enfants de notre pays ce que fut le visage désespéré de la France. Les yeux de l’homme qui repose ici n’ont jamais reflété que le traits du courage et de la liberté.»
J’ y ai passé mon enfance, c’était mon  »aire de jeux » sous cette statue en bronze, et aussi dans les travées du Stade Eboué visible dans la vidéo ci dessus. Que de souvenirs dans ce Brazzaville des années 70 à proximité de l’Eglise Saint-Anne. La dépouille mortelle de Félix Eboué repose au Panthéon depuis 1949. Et, bientôt Aimé Césaire ?

 

Sources: Site littéraire André Malraux

Bookmark and Share