Article 2 repetita: le « talon d’Achille » de M. #Valls …

Habitus (politique): L’Art 1 énonce la loi, et l’article 2 la définit . ..

Article 2 loi travail décheance nationalité M Valls

Comme pour la déchéance de nationalité, le désormais « touche pas à mon Article.2 » revient, un talon d’Achille. Pour espérer le même résultat que précédemment, il faut viser le cœur de cible, ne pas se disperser. La déconstruction de la loi travail par le Sénat nous invite à une seconde lecture au Parlement, l’Éternel va-et-vient entre les deux chambres. Reste à neutraliser l’Ami 49.3, peut-être bien avec une vraie motion de censure cette fois,  plus que 2 voix, et l’article 2 verrou de la loi (travail) sautera, le calendrier primaire et la dernière cote d’impopularité de F. Hollande incitent à le penser.

12 % de popularité, Hollande touche le fond

« Ça commence par une idée de M.#Valls (Art.1), et ça finit par (Art.2) »

Le suicide politique reste possible, et pas besoin de vous faire un dessin.

./…

#Décheance et remaniement: E. Macron s’oppose et tacle M. Valls…

Pendant que Manuel Valls se décarcasse pour faire adopter à l’Assemblée nationale le projet de révision constitutionnelle sur la déchéance de nationalité, son ministre de l’économie, Emmanuel Macron, membre de son gouvernement pavoise et affiche son opposition, il prend ses distances

«J’ai – à titre personnel- un inconfort philosophique avec la place que ce débat a pris, parce que je pense qu’on ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale. Le mal est partout. Déchoir de la nationalité est une solution dans un certain cas (…) mais à la fin des fins, la responsabilité des gouvernants c’est de prévenir et de punir (…) c’est cela notre devoir dans la communauté nationale» .

Encore un jeune qui se radicalise -contre M. Valls-. Bref, «Emmanuel Macron s’oppose à la déchéance de nationalité»  et pense très certainement que c’est une «connerie»  même s’il n’utilise cette dernière expression, on peut penser qu’il le pense, même si cela ne le rendra pas sympathique auprès de Gérard Filoche qui l’attend -toujours- sur les questions économiques. Dans la ligne Taubira (« prévenir, comprendre, etc ») et de son prédécesseur Arnaud Montebourg, c’est une « nouvelle parole libre d’un membre du gouvernement, signe de l’affaiblissement de Manuel Valls poussé vers la sortie par des proches du président de la république. A quelques heures d’un remaniement gouvernemental, il faut croire que cette «motion de défiance d’Emmanuel Macron» ne passera pas inaperçue, il signe peut-être là sa sortie du gouvernement, à moins d’une «déchéance de Matignon» de Manuel Valls.

Ca1mM-dW8AAQx9g

À suivre.

./…