L’ouragan Macron ou la politique de « l’entre-riches »: Le théorème du « milieu autorisé » …

20171019_193008Prolégomènes (ou conseils de début de lecture): prendre un cachet d’aspirine pour bien digérer la suite, et en prévoir un deuxième pour bien anticiper le mal de tête. Et pour lire avec fruit la notion complexe de « l’entre-riches », d’abord une chose : Le «Milieu-autorisé»

Ni de gauche ni de Droite, seul le milieu compte et se protège. Le «Milieu-autorisé» c’est un truc vous n’êtes pas dedans disait Coluche [de mémoire]: « Le milieu autorisé c’est un endroit où les gens s’autorisent à penser des trucs qu’ils s’autorisent. ». Un exemple au hasard, prenons le cas du jeune Emmanuel, il voulait faire Président de la république. « Je veux faire Président de France mais j’ai pas d’argent, pas assez, comment est-ce que je finance ma campagne électorale »? Il faut en avoir, et pas qu’un peu.  « Pas de problème » dit le Milieu qui s’empressa d’ouvrir une ligne comptable pour l’enfant prodige fils du milieu, en souvenir des bons et loyaux services du temps de sa Business School à Paris Bercy entre 2014 et 2016. «Je vous rembourserai rubis sur l’ongle, avant l’An 2018, foi de banquier, intérêt, principal et pas seulement! » dit-il. Puis ajouta, sans un rictus …

#EnMarche, la violence (politique) des riches est semée d’obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l’œuvre du Malin. Béni soit-il l’homme de bonne volonté qui, au nom de la cupidité, se fait le berger de ses frères qu’il guide dans la vallée d’ombre de la mort et des larmes… Car il est le gardien de ses frères et la providence des enfants épargnés. J’abattrai alors sur la France une terrible colère, une vengeance furieuse et effrayante sur ces hordes impies de syndicalistes du code du travail qui nous pourchassent et veulent réduire à néant les brebis de Dieu. Et ils connaîtront pourquoi mon nom est « Ouragan Macron » quand sur eux s’abattra la vengeance de Jupiter! (Politique fiction, Ezéchiel 25, verset Macron)

Puis vint le projet loi de finance 2018, Président, il s’exécuta. Mission était confiée à Édouard-Philippe et à Bruno-Le-M, délégués par le Milieu pour garantir le prêt. Se mirent à l’ouvrage, enclenchèrent le très complexe mécanisme du remboursement optimisé, une singularité de cette strate sociale qui passe à table sans jamais régler l’addition. C’est dans le Canard que se trouve « sa dernière recette » de foie gras…

Canard enchainé ISF Bercy Riches

[Prendre le deuxième cachet si besoin, ou attendre)]. « Pas convive au « banquet de la nature du milieu autorisé, mais l’addition tu payeras! De 5 euros ton APL on ponctionnera!». Nouveau Deutéronome (politique), en abrégé, un vrai BlogOwar

APL Recettes fiscales ISF Riches

Retour sur investissement pour « souscription et financement de compagne présidentielle« ? Ben voyons, qui peut penser à une telle infamie? Pas les vrais gens en tout cas. Et c’est pas fini…

MAcron Leaks Secrets levées de fond

Pour se protéger de l’Ouragan Macron qui dévaste l’île « France », la « politique de l’entre-riches » s’exerce sous le sceau du secret absolu. À couvert. les autres, toujours à découvert, pas dedans. C’est le principe du «Bercy Secret Story», une alcôve, disons …, une « pudeur nécessaire» pour nous épargner d’atroces souffrances, voire d’horribles crises convulsives si l’on venait à en prendre connaissance. D’ailleurs, Mediapart en fait l’écho dans ce papier « enquête exclusive »

Secret de Bercy ISF

 

L_omerta sur les cadeaux de Macron aux ultrarichesSecret Fiscal ISF Bercy Mediapart Bruno le maire

 

Pour finir, quelques chiffres mais pas trop: la « fraude aux indemnités chômage » c’est 50 millions €, la fraude à l’IS s’élève à 14 milliards €, et pour « la fraude fiscale », son montant oscille entre 60 et 80 milliards d’euros.

Bref, dans la « théorie politique de l’entre-riches », les premiers de cordée resteront les « 1ers ruisselés par l’État ». Et les seuls, grâce à ce bon vieux mécanisme du «Secret de Bercy», une pompe à injection toujours orientée vers le haut, un parapluie fiscal qui les protège de la crise (de nerfs). « La fin de l’ISF ne profitera pas à l’économie française » nous informent déjà ses heureux bénéficiaires. Ben voyons ….

Les députés votent la suppression de l'ISF

Fin de l'ISF

Pour finir. Le milieu autorisé, cette « forteresse imprenable », à l’abri des ouragans,  est un Panthéon où on pouvait lire, _ d’après la légende (je précise)_, ces quelques lignes écrites à l’encre sang: « Comme l’éclair perça les entrailles du ciel bleu de France, n’entrent ici que des gens riches avec leur terrible cortège d’exaltations financières et d’abattements fiscaux! Pas les ouragans… » Une inscription très vite retirée pour outrage et atteinte à l’esprit de résistance des « premiers de  corvée », les vrais gens, toujours au four et au moulin – pardon Jean-, et à jamais stigmatisés.

Bref, Maintenant vous savez. Voila, voila…

./Couv…

 

Le « programme de Montebourg » jugé efficace pour la #croissance et l’#emploi en France …

Pendant que certains cherchent à effacer les traces de leur programme de gouvernement, le très sérieux Capital pose la question de l’efficacité du programme d’Arnaud Montebourg. Résultat…

le-programme-economique-darnaud

Programme dont voici les principales propositions: 1. Plan de relance de 30 milliards d’euros pour soutenir la croissance, dont 20 milliards dans les infrastructures, 2. Plan d’investissement de 100 milliards d’euros dans la rénovation thermique des logements et l’instauration d’une taxe carbone aux frontières de l’Europe, 3. Augmentation du pouvoir d’achat (estimée entre 600 et 800 euros par an) via une baisse de la CSG, 4. Accès pour chaque Français à une mutuelle publique à 10 euros par mois, 5. Abrogation de la loi travail et encadrement des salaires des patrons en liant leurs augmentations de salaires à celles de leurs salariés , 6. Soutien aux PME françaises en leur réservant 80% des marchés publics (État, collectivités, …) pendant 8 ans. Etc…

Les vrais sujets.

./…

After #Brexit et la démission de David #Cameron: Ce qui va se passer (infographie)…

Les Rosbifs  nous quittent, tant pis pour eux, il ne manquerait plus qu’on recompte les votes ou qu’on verse une larme, ils ont fait « le jeu du Front national ». Le premier Ministre David Cameron annonce sa démission d’ici fin Octobre. Manuel Valls, l’homme de « My government is pro-business »  d’octobre 2014 –depuis la City à Londres- est toujours à Matignon. Que va t-il se passer maintenant ? Infographie…

Bexit David Cameron va démissioner

After #Brexit des British, sur le plan national -en France-, il faut espérer la sortie de la LoiElKhomri (#LoiTravailexit), c’est conseillé pour éviter à la Gauche un #PSexit en 2017. Oui, entre Matteo Renzi (Ami de M.Valls) sévèrement défait en Italie lors des dernières municipales et maintenant David Cameron, il faut croire que cette « politique libérale », disons cette *social-démocratie* que prône le gouvernement n’est peut-être pas la ligne à suivre.

(Je dis ça, je dis rien.)

./…

Essence > La TIPP fait flotter Sarkozy…

Le prix de l’essence a franchi le seuil symbolique des deux euros le litre à la pompe. L’idée de la TIPP flottante revient dans la campagne électorale. Et Nicolas Sarkozy flotte…

Lors de son passage à Lyon, entre autres propositions, François Hollande avait annoncé sa volonté de  »bloquer » le prix de l’essence afin de rendre du pouvoir d’achat aux français.

Invité d’Europe 1 ce matin Nicolas Sarkozy a rejeté les appels à diminuer la TIPP sur l’essence pour en faire baisser le prix.

Si on la baisse de deux centimes, cela creuse un peu plus le déficit, d’un milliard. Et qui va le payer ? Les contribuables…

Il oublie juste une chose: Plus le prix de l’essence augmente, plus le contribuable paie (déjà)! Ce qui serait juste, c’est de ne pas le rendre responsable de la hausse du prix du gasoil!

Dans un précédent billet, j’expliquais le mécanisme de la TIPP flottante.

Les produits pétroliers sont pour l’essentiel soumis à deux taxes: la TIPP, et la TVA qui est proportionnelle au prix; lorsque les prix du baril augmente comme ces dernières années, le produit de la TVA augmente mécaniquement. Conséquence: Hausse des prix à la pompe.

La TIPP  est une taxe encaissée par l’Etat. Rendre la TIPP flottante comme en 2011, c’est stabiliser son taux à hauteur du surcroît de TVA consécutif à l’augmentation des prix de ces produits pétroliers => donc stabilisation des prix du fioul à la pompe.

Tf1, 20 Janvier 2012

C’est celui qui fait qui est car,  »Le Pouvoir d’achat, c’est Maintenant »

Les 5 mesures chocs de Nicolas Sarkozy…

La chancelière Allemande Angela Merkel de passage à Paris ce lundi, a accéléré le calendrier d’affiliation de la France à l’Allemagne.

Selon nos informations, cette rencontre franco-allemande va sceller dans le marbre, les nouvelles directives économiques et sociales de la France afin de sortir de la crise.

A l’occasion du 14e conseil des ministres franco-allemand et,  après avoir fait l’apologie de l’Allemagne pour légitimer ses errances économiques: bouclier fiscal, réforme de l’ISF, TVA sociale, les 34heures, le Résident de l’Élysée va annoncer des mesures chocs selon Hiffingpouf.fr.

La plus emblématique des ces mesures du candidat Sarkozy…

1. La suppression du Salaire Minimum en France

  • Avoir d’ici 2 ans, plus 20% des salariés payés à un niveau inférieur au SMIC horaire actuel. Et progressivement les années suivantes. Soit des taux horaires à moins de 5€ de l’heure.
  • L’objectif : avoir dans les entreprises (publiques et privées) au moins 40% des salariés avec des salaires mensuels net inférieur à 1000 €
  • Création de plus 2 millions d’emplois à temps partiels en France et,  avoir dans les entreprises au moins un quart de ses salariés à temps partiel. C’est qu’il faut pour résorber le taux de chômage en France.  »Plus de 10%, ce n’est plus tenable » a déclaré Nicolas Sarkozy

2. Réforme du Pôle emploi et de l’assurance-chômage

Pour cela…

  • Revoir les indemnisations de l’assurance chômage à la baisse pour lutter contre les déficits. Lorsque le pôle emploi vous propose un poste, vous ne pouvez le refuser, sinon vous perdez vos allocations de chômage, comme c’est le cas auprès du Pôle emploi Allemand l’Arbeitsamt qui va gérer cette mutation française. L’assurance chômage sera donc revue à la baisse, notamment en augmentant la pression sur les chômeurs.
  • Généralisation des emplois temporaires à faible qualification, exonération de charges sociales,  durcissement des conditions d’indemnisationLimitation de toute hausse des salaires, pour une meilleure stabilité  des coûts salariaux.

3. Flexibilité du marché du travail

  • Instaurer le système de « Mini-jobs » totalement dispensés de charges sociales. Les employeurs pourront donc substituer les mini-jobs aux contrats classiques à temps complet.
  • Privilégier la création d’entreprises de taille intermédiaire (entre 250 et 5000 employés) sur le modèle allemand appelées « Mittelstand« , outre Rhin

4. Nouveau système de formation et d’insertion en entreprise

  • Conséquence du recours massif au chômage partiel et de la restriction du dialogue social sur les salaires et l’emploi.
  • Relèvement à 5% du quota de jeunes en apprentissage dans les entreprises de plus de 250 salariés. les entreprises devront avoir 5% de jeunes apprentis, contre 4% actuellement.

« Le secret du modèle allemand, c’est l’industrie, la taille des entreprises, la co-décision et la compétitivité », relève Jean-Claude Betbèze, chef économiste du Crédit Lyonnais, qui ne cache pas son admiration pour la politique économique du pays. Quitte à en accepter les douloureuses contreparties comme le propose Nicolas Sarkozy

 5. Faire appel à l’expérience allemande en matière d’immigration.

  • Formation de la brigade d’immigration par la DeutsheCop
  • Création d’une agence de l’immigration et de l’identité européenne.

Ah! Pour la Coupe du Monde de Football, la France et l’Allemagne ne seront plus jamais dans le même chapeau des tirages. En cas de finale, elle se jouera à L’Allianz Arena Stadium GmbH de Munich.

A suivre.

Taxe Tobin: Juste un alinéa à supprimer…

L’édition du Canard enchaîné de ce mercredi ‘’valide‘’‘ mon billet sur la réalité augmentée. Comme moi, le palmipède a déniché la taxe Tobin, ardemment souhaitée par le président Nicolas Sarkozy, au fin fond du code des impôts où elle dormait. J’avais piqué l’info à @Menilmuche.

Ce texte de 2001 fixe un taux maximum de 0,1% applicable aux transactions de plus de 75.000 euros. Mais son dernier alinéa le rend inapplicable. Il prévoit que le texte ne prendra effet qu’à « la date à laquelle les États membres de la Communauté européenne » auront intégré dans leur législation interne une taxe sur les transactions sur devises, ce qui n’est jamais advenu.

Il suffirait de supprimer ce dernier alinéa pour que le texte entre en vigueur.

Lisez le Canard! et mon billet: Taxe Tobin, courbe du chômage: La réalité augmentée….

Dépenses publiques: ‘’idées reçues‘’ sur la gauche, ‘’responsabilités‘’ de la droite…

...

Le candidat à la Présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a critiqué le premier débat de la primaire socialiste. Il a évoqué le débat entre les six candidats à la primaire socialiste en ces termes:

‘’Quand on regarde la télévision, parfois il y a des programmes, dites donc, les dépenses, ça y va ! ‘’. ‘’C’est pas ‘Qui veut gagner des millions?’, c’est ‘Qui veut dépenser plus? ‘’ et d’ajouter:

‘’Ceux qui vous promettent des subventions, ils vont trouver l’argent où? ‘’. Pour ‘’trouver des nouvelles sources de dépenses, on est les champions du monde. Moi, je me donne beaucoup de mal pour essayer de les couper ‘’.

Bien. Il est vrai que le gouvernement Sarkozy a coupé les dépenses de personnel, d’intervention, de fonctionnement de l’État pour des placements non productifs. Nous parlerons donc de dépenses publiques, de rigueur budgétaire et surtout de bilan.

Les dépenses de l’État correspondent à des lignes budgétaires dites dépenses de l’État par fonction. En 2009, les charges budgétaires de l’État se répartissaient comme suit :

  • Dépenses de personnel: pour la rémunération des personnels payés sur le budget de l’État, pour les cotisations et contributions sociales, prestations sociales et allocations diverses.
  • Dépenses d’intervention: recouvrent l’ensemble des transferts aux ménages (allocation pour adulte handicapé, contrats emploi solidarité par exemple), aux entreprises notamment sur l’emploi, aux collectivités territoriales et aux associations (subventions), aux autres collectivités, comme les subventions aux régimes spéciaux (ex : RATP, SNCF), des appels en garantie.
  • Dépenses de fonctionnement: regroupe les dépenses de fonctionnement courant des services de l’État (achats, gestion immobilière, dépenses d’entretien, etc.), mais aussi les subventions pour charges de service public versées par l’État aux différents opérateurs des politiques publiques (universités, service public de l’emploi…).
  • Charges de la dette de l’État: il s’agit des intérêts de la dette publique, qui sont donc inscrits dans le budget de l’État comme une charge, c’est-à-dire une dépense que l’État doit faire chaque année au profit de ses créanciers.
  • Dépenses d’investissement: Il s’agit des dépenses pour immobilisations corporelles et incorporelles de l’État.
  • Dotations des pouvoirs publics
  • Dépenses d’opérations financières. Il s’agit des prêts et avances, des dotations en fonds propres et des dépenses de participations financières.

L’affectation des dépenses, dans ces différentes lignes budgétaires varie en fonction des familles politiques et orientations idéologiques. L’orientation politique peut (c’est souvent le cas)  dépendre du courant de pensée économique. Elle peut être Libérale, Néo libérale ou, très sociale.

1. Petit rappel des théories économiques…

Les classiques: les économistes libéraux (19è, Adam Smith) dits ‘’classiques‘’,  ne prêtaient que des fonctions régaliennes (diplomatie, sécurité extérieure et intérieure, justice). Auto-régulation des marchés, ‘’laisser-faire‘’, État protecteur de la libre concurrence, suppression des barrières aux échanges et à la libre concurrence…

Les Néoclassiques: Extension du rôle économique de l’État: en bon gendarme, l’État doit intervenir pour créer, puis faire respecter les conditions d’une concurrence pure et parfaite (libre entreprise, liberté de déplacement du capital et du travail…

Les économistes de l’Ecole du bien-être, comme Alfred Marshall (1842-1924) et Cecil Pigou (1877-1959). l’État devait intervenir, par le biais de taxes, de subventions ou de réglementations. Mais aussi, l’État devait financer par l’impôt certains biens ou services, comme les ‘’biens publics ‘’ tels que l’éclairage des rues, qui ne pourraient être spontanément produits par le marché.

Ce dernier point rejoint les thèses de John Maynard Keynes (1883-1946) pour qui, Il incombe à l’État de soutenir la croissance, de stimuler l’économie afin de parvenir au plein-emploi, notamment par des politiques conjoncturelles de relance de la demande et en engageant des dépenses publiques supplémentaires.

2. Sarkozy et la nouvelle théorie économique…

Difficile de classer la politique économique actuelle tant l’une des théories ci dessus, tant les approximations sont nombreuses et la logique floue. C’est un mélange de tout et de rien, de rien d’ailleurs. On constate un désengagement totale de l’État dans ses fonctions régaliennes. – L’on privatise tour à tour les céments de la République: L’eau, le Gaz, l’électricité, le système de Santé, la Formation, les Universités etc… – En plus de l’explosion des dépenses publiques depuis 2007.

Malgré cette explosion de la dette publique, on constate:

1. 10% de chomage en France dont 23% chez les jeunes, le déficit public a triplé depuis 5 ans, 2. 3.7 milliards de personnes mal logées, 434 milliards d’euros de dette publique en plus depuis 2007 dont les 2/3 dus à des cadeaux fiscaux, 3. 60 000 postes d’enseignants supprimés en 5 ans, 90 000 policiers et gendarmes non remplacés, 4. 783 000 ménages surendettés, 5. 15% des français renoncent à se soigner (hausse du coût de la santé), 6. 29% d’augmentations du prix des loyers, etc. (source).

Ajoutons à cela les dépenses de complaisances détaillées par @jegoun. On peut, après lecture partager son avis. La question de l’affectation de cette hausse de la dette publique se pose…

3. A Gauche, Investissements de structure….

Réforme fiscale et soutien aux jeunes sont au cœur du programme de François Hollande. Dans un entretien au quotidien 20 Minutes, il dévoile les grandes lignes de son programme autour de l’idée d’un « rêve français ». Il fait d’une réforme fiscale « la condition de la réussite du changement en 2012 ».

Combien ça coûte? Où trouver l’argent?. Une des mesures phare serait de raboter les niches fiscales mises en place par Sarkozy. La gestion des finances publiques ne peut être supporté par les seuls bas revenus. Il ne s’agit pas de solidarité entre les revenus, mais d’équité sociale.

Il ne s’agit pas non plus de revenir à un ‘’État-Providence‘’, mais d’instaurer une péréquation économique et sociale  protégeant tous les français contre les grands ‘’risques‘’ de la vie (chômage, maladie, vieillesse) en préservant l’outil de production.

La relance économique tiendra compte de la compétitivité des entreprises, de la demande des biens de production, donc du pouvoir d’achat des français. Les dépenses de structure sont à prévoir pour instituer la compétitivité des entreprises dans la durée. Cette notion de compétitivité s’articule autour des facteurs endogènes  aux entreprises (coûts de production, coût du travail, main-d’œuvre qualifiée etc.), et surtout exogènes financés financer par l’État:

  • Présence d’infrastructures (routes, réseau de télécommunications,…)
  • d’externalités positives, liées par exemple à la présence de fournisseurs, d’un réseau dense de PME
  • Disponibilité de main-d’œuvre formée répondant aux besoins de ou des entreprises (liée au système éducatif)

Ces derniers points justifient les dépenses (investissements) de l’État prévue par la gauche, donc un financement public. Difficile d’être une entreprise florissante dans un tissu industriel pauvre. Dépenser plus? Oui, en s’assurant que ces investissements structurels redonnent à la France sa capacité de production, réduisent les inégalités et, respectent les principes élémentaires des fonctions régaliennes de l’État. Il n’est donc pas simplement question de Gauche ou de Droite, mais de choisir en 2012, un nouveau modèle de société pour la France.

Alors, On continue ou on change?

Lire aussi: Rigueur budgétaire: Nicolas Sarkozy trahi par un graphique…

.