Le « Barcelone natal » de M. Valls passe à Gauche, curieux silence de Matignon …

Après la victoire historique de la Gauche «indignée» aux élections municipales de ce dimanche en Espagne, on pouvait s’attendre, logiquement, à des félicitations de la part de notre 1er Ministre « De Gauche », natif de Barcelone, «El Hombre del año 2014» selon la presse espagnole…

Municipales espagnoles: à Barcelone, la sensation Ada Colau

Mais rien, pas un seul Hola! ni un simple «tweet de courtoisie» comme ce fut le cas hier pour le festival de Cannes, silence radio, on se demande bien pourquoi d’ailleurs. Ne pas féliciter «la Gauche qui gagne», même indignée (à juste titre), pour une premier Ministre «socialiste» de Gauche donc, c’est curieux, surtout lorsque celle-ci l’emporte sur ses propres terres. Sur le compte twitter de @ManuelValls

#manuelvalls twitter

Rien, même dans l’espace presse de Matignon, pas l’ombre d’un communiqué. On peut certes comprendre la difficulté de féliciter les gens qui gagnent les élections (chez eux) lorsqu’on les perd en France (la Gauche), mais ce n’est pas une raison. Ce billet a été édité 24 heures après l’énoncé des résultats, on ne peut pas dire qu’il n’a pas eu le temps pour les « félicitations d’usage » pour la victorieuse Ada Colau. Bref, Manuel Valls boude la victoire de la Gauche, à Barcelone.

Bizarre, il enverra (peut-être) ses félicitations par la poste, c’est une option.

(…)

Publicités

Morale (politique): Comme à droite, rendez-nous Jérôme Cahuzac et DSK! Vite!…

Affaires à l'UMP, élus premier tourUn billet politiquement incorrect que vous lirez ici et nulle part ailleurs, c’est un enseignement tiré des résultats du 1er tour de l’élection municipale 2014: la réélection dès le 1er tour, de quelques personnalités politiques qui ont eu maille à partir avec la justice ou avec la morale politique.

Patrick Balkany (Levallois-Perret), Alain Juppé (Bordeaux), JF Copé (Meaux), Éric Woerth (Chantilly, Oise), JC Lagarde (Drancy, Seine-Saint-Denis), André Santini (Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine), Jacques Bompard (Orange, Vaucluse),   etc. Des candidats de droite élus dès le 1er tour malgré quelques gros soucis avec la justice (Patrick Balkany), quelques condamnations judiciaires (Juppé, emplois fictifs Mairie de Paris), des mises en examen (Éric Woerth, Bettencourt), ou comme avec JF Copé, avec de sérieux doutes sur leur morale politique (Élection UMP grâce à la Cocoe, comptes scellés de UMP avec Bygmalion, etc.). Et pourtant, ils ont à nouveau la confiance de leurs électeurs.

1. Le constat

À Gauche, la morale (en politique) est une donnée importante, une valeur intangible, c’est louable,  mais cette éthique se paye cash dans les urnes. Allez comprendre. Aussi, je reste persuadé que les bannis de la gauche: Jérôme Cahuzac, Dominique Strauss Khan, Jean-Noël Guerini et bien d’autres, auraient fait de très bons candidats!, Oui, Il faut croire qu’ils avaient toute leur chance…

DSK Cahuzac

Je précise ma pensée: je ne me lance point dans l’apologie des pratiques douteuses en politique ou, dans l’acceptation d’une once d’immoralité dans la gestion de la chose publique (juste un peu), il faut lire ce billet comme une réflexion à voix haute sur ces résultats du premier tour, dont la critique se focalise sur la seule « défaite supposée » du gouvernement dans une élection locale. En effet, les analystes politiques se focalisent sur quelques villes ou la gauche est en difficulté, voire en ballotage défavorable sans s’attarder sur celles où elle conforte ses acquis (Lyon, Lille etc.). L’écho amplifié par la messe médiatique autorise cette réflexion face aux titres enjoués à la UNE de vos journaux. Posons nous quelques questions:

1. Peut-on se réjouir de la « victoire » des candidats « pas très clean » dans leur gestion (passée et/ou présente) dans une élection municipale? Malgré les affaires sur leur personne, pourquoi ces hommes (et femmes) politiques ont toujours les faveurs de leurs électeurs? Les français, souvent critiques et très acerbes sur le  « tous pourris » seraient-ils imperméables aux péripéties judiciaires de leurs élus? Et, pourquoi la Gauche serait-elle  la seule à bannir de ses rangs ses brebis galeuses? Si tel devrait être la morale en politique alors, j’ai deux propositions, pour plus d’équité.

1. Que la gauche arrête avec les pseudos « valeurs propres » dans la vie politique française, le dernier mot doit revenir aux électeurs comme le pratique la droite (UMP) avec talent. Premier point, Y a bon la morale...

2. Que la Gauche (le PS) rappelle aux affaires Dominique Strauss-Kahn (DSK). Un sondage (secret)le place d’ailleurs en tête des personnalités politiques que le public réclame. Deuxième point, le client-électeur est roi, il décide...

2. Les enseignements à tirer…

La morale en politique? Les français s’en tapent ! (enfin, je crois) et la droite pisse dessus sans vergogne! D’ailleurs, dans un récent sondage, 68% des sympathisants de droite souhaitent que Nicolas Sarkozy soit le candidat de l’UMP en 2017, malgré ses innombrables casseroles judiciaires.

LIRE: Les affaires Sarkozy (Infographie), le résumé...

Le Front républicain? Une connerie qui consiste à toujours tendre la main à une droite qui crache dessus. Mettre fin à ce statut de « cocu volontaire » et se tourner vers la gauche, vers « ces électeurs qu’on ne sollicite que pendant les campagnes électorales et qu’on oublie très vite au lendemain des victoires ». Tenez, à Marseille par exemple: le très mauvais score du PS était prévisible après le « blackboulage » honteux de Samia Ghali lors des primaires PS, et le dédain de la liste indépendante de Pape Diouf. Des candidats naturels d’un électorat dit « populaire » devenu variable d’ajustement des victoires de la gauche. J’en parlais déjà après les pratiques décomplexées de Manuels Valls: il a paumé une grosse partie de l’électorat de gauche! Ces derniers ont boudé les urnes, le FN est en hausse (à Henin-beaumont déserté par Jean-Luc Mélenchon), la droite garde ses ouailles et le Panier-Manuel-Valls reste vide, voire déficitaire: Il doit des voix à la gauche…

3. Pour finir…

En conclusion, 1. Rendez-nous Jérôme Cahuzac! Pirates! (un très bon candidat dans sa circonscription, voire à Levallois-Perret face à Patrick Balkany). 2. Pour le remaniement ministériel que la presse réclame à cor et à cris, on veut le retour de DSK aux affaires! (le « Meilleur d’entre-nous » de la Gauche!). S’il faut gagner avec des « pourris » alors, que Jean-Noël Guérini, le « pourri marseillais » se remette au boulot! Une dernière chose, François Bayrou, celui qui avait appelé à voter à Gauche (F. Hollande) en 2012 (Merci) retrouve la confiance des électeurs de Droite (UMP-Modem-UDI) à Pau, voila!

(PS:on va se gêner encore longtemps?) / (Réponse: Oui.)

Michel Havard (UMP, Lyon) proche de l’abandon?… #Lyon2014

Michel HavardLyonnais et électron libre, je suis avec attention la vie politique Lyonnaise, particulièrement à l’approche des élections municipales de mars 2014.

J’ai l’impression d’une non-élection car l’opposition municipale brille par son absence et par une ineptie phénoménale qui suscite l’admiration si ce n’est de la pitié. Question: « Qui connaît Michel Havard? » Pas grand monde sur le plan national et, idem à Lyon où il brigue le mandat de maire sous la bannière de l’UMP.

Le Filloniste Michel Havard le « chef d’entreprise » (Capital 1000 euros, 1 salarié, lui) a eu beaucoup de mal à réunir sa famille politique, les divisions Copé-Fillon n’ont rien arrangé. Au delà des facteurs exogènes, son «inaudible programme» reste très loin des préoccupations des lyonnais. Alors, exister face au Sénateur Maire de Lyon devient presque mission impossible, surtout après le brillant « Meeting-dating » de Gérard Collomb dimanche 23 février au Pathé-Vaise, devant près de 2500 personnes. D’où cette question à la UNE de LyonMag: Font-ils le poids?

Municipale Lyon 2014

Il faut croire que non. La dernière tentative du candidat UMP tourne à l’invective: « Gérard Collomb se cache » a t-il déclaré vendredi en compagnie de Bruno Lemaire de passage à Lyon. Michel Havard ne se cache peut-être pas mais, il reste invisible!. La stratégie «exister sous la lumière de son adversaire» masque mal l’absence de propositions conséquentes pour Lyon, il reste dans la ligne UMP: nationaliser la municipale lyonnaise comme l’a encore martelé Bruno Lemaire: «Gérard Collomb est de gauche. Voter Gérard Collomb, c’est soutenir François Hollande ». Joli programme, avare.

Selon les indiscrétions des milieux politiques lyonnais, dans le voisinage du candidat UMP, il se dit que Michel Havard ne rêve plus, il aurait fait une croix sur ses prétentions pour l’hôtel de ville de Lyon, il a « abandonné« . L’abandon en politique ne veut pas dire se retirer de la course, c’est juste accepter une évidence partagée par les électeurs, et assurer ses arrières: il rêve de conserver son mandat de conseiller municipal, voire son statut de chef de l’opposition si les copéistes lyonnais l’acceptent, ce qui est moins sûr en cas d’échec.

Il faut dire que le baromètre de L’Express.fr des meilleurs maires de France qui classe Gérard Collomb 2ème meilleur maire de France, (sur 9 critères: rayonnement, culture, développement durable, transports urbains, urbanisme, fiscalité, développement économique, sécurité et solidarité) a fini par anéantir les espoirs de Michel Havard qui a personnellement vécu ce classement comme le désaveu de toute sa stratégie dans cette élection lyonnaise, un désarroi partagé par de nombreux militants UMP.

Municipales: Après son bilan, Gérard Collomb précise son programme

(A suivre)..

Guy-Alain BEMBELLY, Lyon 01 mars 2014.