Ho? La « police privée » de l’ex-femme de Manuel Valls …

Ce lundi matin, vers 6 heures, – c’est dans le Parisien– pour «surveiller la résidence de la famille du Premier ministre» à la demande du centre de commandement d’Évry, le commissariat de Brunoy a été contraint d’envoyer un équipage sur place… Et s’est retrouvé sans policier disponible sur sa propre circonscription. Car comme le précise une note de service confidentielle, c’était «l’unique patrouille disponible» pour cinq villes, privées de policiers, donc livrées aux voyous

essonne-cinq-villes-privees-de-policiers-afin-de-proteger-lex-femme-de-manuel-valls

Après le Jet de fonction en famille pour un match de ligue des champions –AirJetValls, nouvelle séquence avec la « privatisation » de la police d’État. On comprend mieux l’entier « soutien » de Manuel Valls à la ManifPolice, il peut même leur offrir une bière je crois, un pack entier, –une tournée -, pour service rendu à l’ex …

« Non, un Premier Ministre ne devrait pas faire ça … »

Peopleliteeks, détournement de la police et mise en danger de la vie d’autrui.

./…

Tiens, le bras droit de M.#Valls (Carlos Da #Silva) entendu par la police judiciaire (exemplarité!)…

La Police judiciaire a entendu Carlos Da Silva -Député remplaçant de Manuel Valls- sur demande du procureur de la république, une histoire d’emplois fictifs, de passation de marchés publics, de rémunérations, etc. On va poser ça là, puis on en parle. C’est une info de Médiapart

image

Carlos Da Silva? Député de l’Essonne en remplacement  de Manuel Valls après son départ du Ministère de l’intérieur pour Matignon, le bras droit de « Cher Manuel » , c’est lui qui tient la boutique Essonne.

image

Mais Pasdamalgam! «Présomption d’innocence et immunité parlementaire toussa» sur le dos de la transparence qu’il prônait dans l’affaire Cahuzac. «En cette période difficile pour la crédibilité des responsables politiques, j’ai souhaité m’exprimer et réaffirmer mon attachement aux valeurs essentielles qui m’ont conduit à m’engager en politique: (…) la transparence et la responsabilité qui doit être celle de toute personne à qui les françaises et les français ont souhaité confier un mandat». Il a oublié «l’exemplarité de son « Cher Manuel», on ne va pas se demander si le député-titulaire savait, ou si Carlos Da Silva doit démissionner de son mandat de député-remplaçant-non-élu. Non.

A suivre.

./…