Du non-respect des règles et des réactions sur les réseaux sociaux: infographie…

Vous parler du bannissement de Donald Trump sur les réseaux sociaux et des réactions ampoulées sur Twitter? La tentation est grande, je pourrais, en axant mon propos sur le profil suprémaciste de ce dernier. Je pourrais, en évoquant le tristement célèbre Président ivoirien Laurent Gbagbo – qui comme Trump, avait contesté les résultats d’une présidentielle en 2010 avec incitation à la guerre civile | Rappel: 4 envahisseurs morts au Capitole plus un policer suite appel de Trump (Laurent Gbagbo avait fini à la Cour pénale internationale CPI). Oui je pourrais aussi évoquer les racistes et antisémites virés à juste titre des réseaux sociaux pour les mêmes faits, sous nos applaudissements unanimes. Pour ne pas se perdre en arguties tant le bal des hypocrites est énorme, allons à l’essentiel, infographie

Simple, basique. Juste une question – trouvée sur Twitter-: «Comment peut-on, à la fois, demander, tous les jours, que les comptes propulsant la violence, le mensonge et la haine sur les réseaux sociaux soient bannis et s’insurger lorsqu’un compte propulsant la violence, le mensonge et la haine est banni ?». Vous avez 4 heures.

De qui et de quoi parle-t-on à propos de Trump? Dans un thread de 4 tweets Audrey Pulvar apporte une réponse éclairée: «De quoi parle-t-on à propos de #Trump ? De racisme, d’homophobie, de suprémacisme blanc. D’un président officiellement soutenu par le KuKLuxKlan, qui a publiquement appelé les milices d’extrême-droite à tirer sur les manifestants soutenant GeorgeFloyd, d’un supporter des #ProudBoysUSA [.] De quoi parle-t-on à propos de #Trump et de son «expression» ? D’un président qui a soutenu les miliciens armés qui ont envahi le Capitole du Michigan (avril 2020) et prévoyaient d’enlever la gouverneure démocrate de cet État. D’un homme se vantant d’être un «Pussy grabber» [..] D’un président faisant pression publiquement sur le ministère de la justice de son pays pour obtenir des peines allégées pour ses amis ( Affaire R.Stone) … D’un homme qui n’a cessé de répéter que la presse est «l’ennemie du peuple» and so on… [..] Il n’est pas interdit de réfléchir 45 secondes et de se rendre compte que faire aujourd’hui de #Trump le symbole de la liberté d’expression opprimée n’est rien moins que la plus spectaculaire fakenews jamais inventée. Donald Trump n’est pas une victime. C’est un agresseur».

Faut-il tolérer l’intolérance de Trump? Faut croire que, il faut avoir été – ou être – dans le viseur de Trump & de sa clique de suprémacistes pour voir en ce bannissement un souffle d’espoir, un répit, voire une pause dans ce statut de cible  permanente de la haine raciale qui les anime. Faut croire que l’humain ne combat avec justesse que ce qui l’affecte directement. Simple constat, quoique. Il me faut dire qu’il y a des gens de bonne foi parmi ceux qui s’inquiètent du pouvoir des GAFA sur la prise de parole en public. Ce que je leur reproche néanmoins – je vais me gêner -, c’est de prêter leur voix à cette homélie numérique de concert avec les «assassins d’aube» Au fond, et qu’on se le dise, ce que ces derniers ne supportent pas dans ce bannissement, ce n’est pas le bannissement en soi, ce n’est pas une prétendue atteinte à la «Liberté d’expression», c’est «le crime contre soi» comme disait Aimé Césaire. Oui, ce qu’ils ne supportent pas par dessus tout, c’est le fait de voir s’appliquer sur l’un des leurs, des règles dont ne relevaient jusqu’ici que les «coulis des réseaux sociaux» dont ils pensaient être les Maîtres.

Et c’est là le grand reproche que j’adresse aux pseudos «démocrates des réseaux sociaux», aux «chiens de garde du racisme», aux «macronés lèche-chèques», aux «journalistes goitreux endollardés de sottises», aux «pseudos intellectuels convaincus de leur «supériorité numérique», etc. On leur reproche d’avoir trop longtemps rapetissé la liberté d’expression, d’en avoir eu, d’en avoir encore une conception étroite et parcellaire, partielle et partiale, et tout compte fait, sordidement raciste (Césaire).

(Relire en cliquant sur les liens insérés)

./…

Vie « extime » et réseaux sociaux: Finalement …

Juste une note. Lecture  (ou réflexion) …

Finalement, c’est très con les réseaux sociaux. La vie extime s’expose, nouvelle norme et nouveau paradigme. En même temps, faire sans, c’est très compliqué, presqu’anti-social. Reste à bien choisir son psychiatre et son psychologue. Pour les flics, pas la peine de s’inquiéter, ils frapperont à votre porte le moment venu, et c’est gratuit – prise en charge de l’État hors trou de la Sécu-.

Demain j’arrête.

Extrait/@helviala

Top 10 hashtags de l’actu Afrique 2014, réseaux sociaux…

Le magazine Jeune Afrique a sélectionné les 10 hashtags qui ont marqué la riche actualité de l’Afrique 2014 sur Twitter (et Facebook). Rétrospective.

IMG_0238Clic pour les détails (agrandir)

Merci à Romain (P) pour le tweet.

Bref, j’ai débarqué sur « Ello », le réseau social anti-Facebook….

Ce matin, la grande Sophie se demandait comment faire pour rejoindre « Ello », le nouveau réseau social anti-Facebook, the new place to be

IMG_5364.PNG

Curieux, j’ai trouvé une invitation (secret des sources!) oui, un précieux sésame en tant que « blogueur invité » pour le tester. Bref, j’ai débarqué sur « Ello ».

IMG_5363.PNG

Mon profil. Puis, une bulle m’a demandé un truc: « Say Ello… », alors j’ai « Say Ello »…

IMG_5362.PNG

Encore un Facebook killer comme dans un passé récent avec Diaspora (qui s’en souvient?). Vu le nombre de personne que j’ai croisé sur « Ello« , je crois que twitter peut dormir tranquille, encore un moment. Premier avis « mauvaise foi volontaire«  sur cette version bêta, je garde la gentillesse pour la version finale. Pour l’invitation Ello, tapez #elloinvitecode sur twitter ou sur le web, l’ami Google vous invitera, il a déjà commencé l’indexation des profils Ello.

Ello bembelly indexé by Google

PS: Non, Ello n’est pas réservé qu’aux filles. Ah, j’oubliais, maintenant que j’ai le pouvoir d’inviter des gens, alors je vous préviens, plus de conneries dans les commentaires, je surveille…

invitation Ello

Le tester, et si cela ne vous convient pas, la fonction « supprimer son compte » est très visible contrairement à Facebook, un bon point non négligeable sur la vie privée, très appréciable pour tout effacer.

Suppression Ello

Alors, Ello?

(…)

Facebook affiche la « théorie du genre », l’UMP va peut-être fermer sa page…

La première partie du titre est une info, la seconde une recommandation. Le sujet « gender » m’amuse depuis qu’on a découvert que l’UMP l’avait inscrit dans ses tablettes en 2011 et que Nadine Morano le défendait en février 2012. Ce matin de la Saint-Valentin, je voulais parler d’autres choses, de cadeaux high-tech par exemple, d’amour etc, finalement, on va rester sur le like. Le célèbre réseau social Facebook introduit les options « transsexuel » ou « intersexuel » dans le choix du profil utilisateur…

20140214-065142.jpg

Cette fois, difficile d’accuser l’école ou le gouvernement, le « gender » c’est Facebook!. La question est savoir si l’UMP de JF Copé, adepte de Facebook, va fermer sa page avec recommandation aux militants: « Barrez-vous!! ». Facebook, c’est le réseau préféré de Nicolas Sarkozy pour communiquer avec ses fans, c’est aussi l’espace de prédilection des mouvances réacs, alors, rester sur un réseau social qui affiche aussi clairement la couleur est contraire à leur éthique, cela devrait les inciter à partir voir ailleurs.

Rester, c’est faire un Like

[screen]

Underwater, le Mémorial «caché» de l’Odyssée noire…

UnderWater Traite Négrière 2J’ai récemment reçu une demande d’ami-facebook d’un avocat américain (Robert Taylor), un passionné de la culture africaine, mais pas que. Dans ses albums photos, des masques africains, un buste de bronze d’un habitant du Darfour de 1848 par Joseph Cordier, une chaise Royale Ashanti, Ghana, 19ème, etc., de vrais trésors…

Un profil Musée Arts Nègres, une invitation au voyage qui ne se refuse pas.

Robert Taylor Facebook_n

Et parmi ces innombrables objets, une série de photos sur la traite des noirs vers les Amériques. En mémoire de celles et ceux qui n’ont pas eu « la chance » de voir l’autre coté de l’Atlantique, pour toute cette cargaison balancée pardessus bord des navires négriers sur la route des Amériques, un Mémorial sous-marin a été érigé pour ces millions de déportés, quelque part le long des côtes américaines, underwater. Allez, on respire un bon coup, on met son masque, et on plouf…

UnderWater Traite Négrière 1UnderWater Traite Négrière 3CLIC pour agrandir, les détails…

Loin de la lumière et à jamais dans l’ombre, une plongée historique. Rest in peace… (Source: Robert Taylor)

Nelson Mandela: Ah les réseaux sociaux! si seulement …

Mon vieux nègre fête ses 94 ans. Joyeux Twit’ans Vieux Madiba! Une vie, une longue vie sans les réseaux sociaux.

S’il avait eu accès aux réseaux sociaux, aux applications de partage instantané et aux outils de contrôle globaux comme nous, est-ce que Nelson Mandela Madiba aurait passé 27 ans en prison?

En 4 minutes, revisitons, via Facebook, Twitter, Foursquare, Kweeper, Instagram et même Pinterest, les grands événements qui ont rythmé la vie du Prix Nobel de la Paix 1993..

Koko Madiba, ko’nzo! Makambua ngo, néti-néti … néti té… to bandeli.

Je Like. (If You Like, alors partage ce billet sur les réseaux sociaux!)

|Centre of Memory|