[Récit] A l’intérieur-de-Matignon: F. Hollande et son « Michel Rocard » (1ère partie)…

elysee[Fiction(politique)-presque– 02.04.2014]

Depuis l’arrivée de Manuel Valls à l’intérieur-de-Matignon, (on va utiliser cette expression qui sonne juste), depuis ce hold-Up politique interne à la gauche, on peut légitimement penser que la dernière municipale était une « législative gouvernementale », une seconde primaire citoyenne de la majorité présidentielle pour définir la nouvelle ligne politique à mi-mandat. La surprise du choix Valls appelle une question: Pourquoi François Hollande a t-il nommé Valls à Matignon? Quelle serait donc cette mystérieuse stratégie politique qui justifierait un si grand écart, loin de sa base électorale et de ses alliés écologistes?

C’est à cette question qu’on va essayer de répondre au delà du prisme de la surprise et de la colère, pour tenter de percer le mystère de ce choix à priori « anachronique« . François Hollande a t-il une idée derrière la tête? Il faut dire que cette « cohabitation » rappelle les passes d’armes Giscard-Chirac, ou plus récent Chirac-Sarkozy [« je décide, il exécute« ]. C’est peut être à gauche qu‘il faut chercher l’explication stratégique de François Hollande, chez un autre Président socialiste, François Mitterrand et son « Manuel Valls » de l’époque: Michel Rocard. Ce dernier était le mentor politique de l’actuel Ministre à l’intérieur-de-Matignon, Manuel Valls.

bauer_fouks_rocard_valls

Dans un papier du Novembre 2009 intitulé « Le martyre de Rocard«  écrit par Eric Branca, on peut trouver quelques explications sur « l’avenir politique de Manuel Valls« . Cela reste une hypothèse plausible. En effet, Valls populaire et à l’intérieur-de-Matignon, au service d’un Président « impopulaire » me fait penser à une « concurrence asymétrique entre un tueur florentin habité par l’histoire et les rapports de force (F. Hollande Mitterrand), et un idéologue procrastinateur contraint de forcer sa nature pour engager le combat (M. Valls Rocard) ». C’est ce récit politique de la guerre Rocard-Mitterrand qui m’inspire ce billet « actualisé ». Anticipons ce qui peut se passer, Billet Minority Report pour essayer de comprendre le choix Valls par François Hollande. Je garde à l’esprit des faits Rocard-Mitterrand, avec néanmoins de nombreuses retouches, pour une nouvelle lecture. Entrez…

Partie 1. Les fils (politiques) de…

Entre le fils d’un artiste catalan, naturalisé français en 1982, entré en politique à 17 ans au MJS (Mouvement des jeunes socialistes) auprès de Michel Rocard, et l’ancien Conseiller pour les questions économiques de François Mitterrand en 1981 (F. Hollande), rien décidément, ne pouvait être «Normal». Ambitieux, c’est Manuel Valls qui le premier se rapprocha de François Hollande, lequel ne lui demandait rien. Au soir de sa défaite à la primaire socialiste de 2011, et à défaut de se reconnaître dans la ligne du candidat-Hollande (vainqueur), Manuel Valls le soutien, mais reste convaincu que c’est à droite que réside l’avenir de la gauche.

Et le voici qui, à peine au ministère de l’intérieur après la victoire socialiste de mai 2012, s’oppose à JM Ayrault le 1er Ministre, et se dresse contre l’idée même d’un programme politique de gauche avec les écologistes et le Parti de Gauche, perspective sur laquelle François Hollande compte pour sa réélection en 2017. Mais, au lendemain d’une raclée aux élections municipales de mars 2014, Manuel Valls, Ministre de l’intérieur en charge des élections, estime que les faits, plus précisément les statistiques du Ministère dont il a la charge (intérieur) lui donnent raison, et que son heure est venue. Plaidant pour une ouverture vers l’électorat de droite, aidé par son fidèle ami Aquilo Morelle, un ami de toujours (dans le cabinet de Lionel Jospin à Matignon), actuellement Conseiller spécial de F. Hollande à l’Élysée,  il réussi à faire entendre que cet échec est à mettre sur le compte de la vieille morale de gauche, il explique que c’est la défaite de «l’archaïsme». Ce mot, François Hollande ne l’oubliera jamais.

(A suivre)

(2ème partie) > A l’intérieur-de-Matignon: F. Hollande et son

Bonne lecture.

./…

Le 10 mai 1981? J’avais piscine! – Vue d’ailleurs -…

Classe…

Melclalex a demandé à des blogueurs de raconter leur 10 mai 1981.

Et vous, ce 10 mai 1981, quel est votre souvenir de ce jour entré dans l’histoire de France?

Difficile de se souvenir avec certitude de ce premier jour des années Tonton à l’ère de TomTom.

Le Tamtam avait résonné dans tout le village, sur la place centrale, à l’ombre du baobab qui jouxte la case de Bulamatadi le griot des cantiques ancestraux, une foule immense festoyait sur les rythmes endiablés du groupe folklorique Ndégué Ezali.

Les anciens (femmes non admises) mâchaient la noix de cola, le nzamba (vin de palme) servit dans un bol -fait avec une noix de coco coupé en deux- circulait de bouche en bouche, selon le rituel d’avènement d’un nouveau Dieu(*).

Non, je deconne! J’étais en Afrique, à Pointe Noire, ville balnéaire sur la côte atlantique. Mon souvenir marquant? Ces pixels informatiques qui progressivement dessinaient le visage du Président élu. Wahoou! Quel génie ? Trop fort la France! Le monde évoluait et on s’était rendu compte de l’avancée technologique par le prisme de cette image. J’étais jeune, je voulais comprendre. Depuis, j’ai fais informatique (entres autres (très) longues études en… Passons. Aussi, il y a eu des klaxons partout dans la ville comme lors des victoires de l’équipe nationale de football! Allez savoir pourquoi…

Ce 10 Mai 2011 pour moi, c’est aussi le 10ème anniversaire de la mise en place de la loi Taubira: Commémoration de la déclaration française reconnaissant la traite des esclaves comme crime contre l’humanité.. M’en fiche des polémiques autour de cette question. C’est écrit dans les textes et cela me fait du bien. C’est tout.

Sinon, j’ai fais en 2009 un ‘’pèlerinage’’ à Château Chinon. C’est beau de visiter les terres de Tonton guidé par Tomtom, c’est pratique. (là je fais un lien entre l’image informatique de l’annonce victorieuse de 1981 et les technologies nouvelles, faut suivre s’il vous plaît, merci !)

Ah oui, j’oubliais, le Président François Mitterrand, j’ai eu l’immense plaisir de le rencontrer à Biarritz en 1994, lors du sommet France-Afrique. J’y étais en tant que ‘’journaliste’’ (j’avais une carte de presse!) pour une radio associative de Lyon Radio Sun FM (101.5). Il s’était arrêté à l’Hôtel de Ville en compagnie de Michel Charasse. Edouard Balladur était 1er Ministre et Alain Juppé, Ministre des Affaires étrangères (déjà !), et c’était bizarre de prendre le même ascenseur qu’Alain Juppé. Je l’ai donc vu avec des (vrais) cheveux! (Juppé), et François Mitterrand en vrai.

Allez, je vous laisse car j’ai piscine…

Et vous ce 10 mai 1981 (vécu ou non) quel est votre avis sur ce jour entré dans l’histoire de France ?

(*) : (Appelez moi Dieu !)