Salade (politique) : François Rebsamen et la «moutarde» de Dijon …

Moutarde de Dijon F Rebsamen ChômageLa «baisse crédible du chômage» attendra car François Rebsamen, le Master-chef des statistiques du chômage a une autre préoccupation, redevenir Maire de Dijon.

Le fauteuil est à nouveau disponible après le décès d’Alain Millot, son ancien premier adjoint devenu maire lors de son entrée au gouvernement en avril 2014. Le ministre du travail sera donc aux abonnées absents dès ce 10 Août 2015 à l’issue d’un vote du conseil municipal. Ministre du travail, c’est un métier par alternance. Oui, le chômage c’est compliqué...

Cette semaine, nous avons assisté au dernier couac du gouvernement Valls avant les congés d’été, une «salade (politique)» d’abord assaisonnée par «la sauce moutarde (de Dijon)» par François Rebsamen en faisant savoir qu’il ne démissionnerait pas de son poste de Ministre…, avant le «recadrage sauce vinaigrette» de l’Élysée avec rappel du principe à respecter: «il n’est pas possible de cumuler une fonction ministérielle et un mandat exécutif local». Donc, François Rebsamen sera remplacé, un coup dur dans la lutte contre le chômage qui nous vaut cet «édito t-shirt de Christophe Barbier» depuis son mur de vacances, il y’ avait (vraiment) urgence, dans la peau d’un chômeur

Sauve qui peut à Gauche? Peut-être pas, une seule certitude: François Rebsamen  s’est mis à couvert, on peut le penser car l’avenir de la Gauche est de moins en moins rose, la Gauche ne « Bond » plus, ou ne fait plus…(…). Vivement la rentrée (politique), pour qu’on repasse à table, habillé  cette fois (n’est ce pas C. Barbier?), remettre le couvert pour de nouveaux menus (politiques) et, la lutte contre le chômage restera le plat de résistance. Bref, La «baisse crédible du chômage» de F. Hollande cherche «nouveau Master-chef», le savoir-faire sans sauce moutarde est très apprécié, faire offre…

(…)

Publicités

Tipex (politique): F. Hollande et la «baisse crédible» du #chômage …

tipexDans un entretien télévisé du 14-Juillet, François Hollande avait conditionné sa candidature 2017 à la baisse du chômage: « S’il n’y a pas de baisse du chômage, je l’ai dit plusieurs fois, je ne serai pas candidat. ».

Baisse du chômage, mission capitale confiée à François Rebsamen (Ministre du travail) et Manuel Valls (1er Ministre) pour qui l’échec sur le chômage ne sera pas forcement une mauvaise nouvelle (je suppose). Le Ministre chargé de la baisse du chômage (FR) répondait hier à la question d’un journaliste sur Europe: « Vous êtes en quelque sorte son dernier espoir (à F. Hollonde)? » Réponse: « Non non, parce qu’il ne s’agit pas d’inverser la courbe du chômage, il faut faire diminuer le nombre de chômeurs, c’est ça qui pèse sur le moral des Français ».

Réponse philosophique sur le compliqué sujet de mon billet d’hier que je terminais par: « l’hypothèse FHollande2017 s’éloigne…». J’avais tort, une grossière erreur qu’on nous apprend pourtant à éviter dans toutes les bonnes écoles des blogs. En effet, en lisant la presse ce matin (l’heure du café) comme tout bon blogueur qui se respecte, je tombe sur cette info Tipp-Ex, une correction précision (pardon) qui tient en un mot: «crédible»

 François Hollande conditionne sa candidature à une baisse « crédible » du chômage en 2016

Oui, la candidature FH2017 est désormais indexée à une  baisse «crédible» du chômage en 2016. Nouvelle séquence sur la «philosophie du chômage». Ce lundi 27 juillet,  le Président de la République a donc précisé les choses: «C’est dans l’année 2016 que cette baisse crédible doit apparaître. Il faut qu’il y ait une baisse du chômage tout au long de l’année 2016 (…) faire diminuer le chômage suffisamment longtemps pour que ce soit suffisamment crédible».

Crédible? Oui nous explique Fabien Ménilmuche: «Le nombre de chômeurs va baisser en juillet et encore plus en septembre», il ajoute «lorsque qu’on compare les chiffres fin octobre 2015 avec ceux de 2014, il y aura mathématiquement un recul ou au pire une stagnation. Mais en 2016 (par rapport à 2015) pour qu’il y ait des chiffres en repli, il faudra vraiment que le chômage recule lui aussi. Sinon, ce sera encore une promesse (pardon un engagement) de Hollande en moins. ». Il se base pour cela sur une fiche fiabilisation catégorie de Pôle emploi (DARES, juillet 2015). Ça se tient, si on améliore la gestion de la liste de demandeurs d’emploi.

Le chômage, c’est compliqué, FH2017 se précise, c’est crédible…

Ou pas.

(…)

Alternance et féminisation des métiers: F. Rebsamen au cœur de l’emploi des jeunes… #Orange

Ce vendredi 06 Mars 2015 à Lyon, le Groupe Orange France présentait son «bilan alternance» à François Rebsamen,  Ministre du travail. Au cœur de l’alternance avec de vrais jeunes (on dit «les alternants»), j’y étais sur invitation, je suis arrivé en même temps que le Ministre. Magnéto.

Chez Orange, l’alternance c’est 6000 jeunes en 2015 dont 1000 dans le cadre du plan THB «Très Haut Débit», c’est aussi un recrutement de près de 1000 personnes en CDI, et (très important) c’est un programme de féminisation des métiers techniques, c’est bien. Mixité femmes-hommes, Égalité professionnelle permettre à des jeunes femmes d’être formées au métier de technicien réseau chez Orange par exemple. D’ailleurs, Stéphane Richard le PDG d’Orange nous apprend que le taux de féminisation des métiers techniques est passé de 5% à 20% dans son Groupe. Voilà pour les quelques chiffres qui ont retenu mon attention pendant ces deux heures d’échange entre François Rebsamen, Stéphane Richard et les «jeunes alternants» du Lycée professionnel Édouard Branly (Lyon 5).

A savoir: Les offres de mission en alternance chez Orange (pour ne citer que cet exemple, ils m’ont invité, eux), les offres concernent l’ensemble des domaines métiers qu’offre le Groupe Orange: 1. la vente et relation client (vendeurs en boutique, conseillers client par téléphone, assistants commerciaux), 2. les réseaux et systèmes d’information (techniciens d’intervention client, chef de projet MOA…), 3. l’innovation (R&D et marketing), 4. les contenus multimédia, 5. les services aux entreprises (techniciens service client, assistants chef de produit, assistants marketing, conseillers administration commerciale,…), 6. les fonctions support (gestionnaires ressources humaines, chargés de communication…). Une offre diversifiée, une vraie chance pour l’emploi des jeunes.

«Aimer l’apprentissage c’est bien, embaucher les apprentis c’est mieux» a déclaré François Rebsamen. Un phrase que j’approuve même si j’ai omis de le lui dire dans le point presse qui a suivi nos échanges juste avant l’apéro-brunch, je me suis limité à une politesse: «Bonjour, Monsieur le Ministre, comment allez-vous…» (Lui, avec le sourire): «Bien, très bien, merci pour cette attention, ça change…»…

(…)