« #Necker ta Mère », les enfants malades ont bon dos …

L'hôpital Necker a-t-il vraiment été «dévasté» par les «casseurs»Un «hopital dévasté» pour Manuel Valls, une «attaque insupportable» pour Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, «une attaque inadmissible par des hordes de sauvageons violents» enchérit Bernard Cazeneuve Ministre à l’intérieur du Gouvernement, «l’œuvre des casseurs de la #CGT» pestent les *blogs-à-bière* pour décrire les incidents qui se sont déroulés hier aux abords de l’hôpital Necker dans le XVe arrondissement de Paris. Aussi gratuits et stupides qu’ils puissent être, ces actes sont loin d’avoir laissé derrière eux un bâtiment «dévasté» écrit  Libé  qui s’interroge.

Mon avis. D’abord une chose: On ne touche pas aux écoles, aux églises, aux temples, mosquées et synagogues, aux cimetières, etc., ce sont des sanctuaires inviolables quelque soit la situation. Et, on ne touche pas non plus aux budgets qui concourent à leur bon fonctionnement. En France, On a trop vite oublié que la  vraie casse de l’hôpital, c’est la réduction de son budget jusqu’en 2017 de quelque trois milliards non-remplacement millions issus de ce que le Gouvernement de Manuel Valls appelle: « maîtrise de la masse salariale », traduction: suppression de 22.000 postes.

Necker ta mère

Ces coupes dans les budgets des hôpitaux qui vont faire mal

Source Challenges

Trois milliards sur trois ans, ce n’est pas rien, c’est du vandalisme (politique). Sans oublier le « non-remplacement des départs à la retraite ». Sujet passé sous silence comme l’écrivait l’Obs de mars 2015

« Mais le sujet vraiment explosif, c’est bien cette fameuse « maîtrise de la masse salariale » grâce à la suppression de 22.000 postes pour une économie de 860 millions d’euros. Cette réduction de la masse salariale – puisque c’est ainsi que ça s’appelle vraiment – ne se fera bien entendu pas par des licenciements. Comme cela se fait souvent, il s’agira essentiellement de non-remplacements des départs à la retraite. Mais n’oublions pourtant pas qu’au passage, des vacataires intérimaires pourront, eux, se voir remerciés ».

Faut faire des économies,  même dans les hôpitaux, et ils l’ont fait, sur le dos des enfants hospitalisés qu’ils utilisent aujourd’hui comme paravent pour casser un mouvement social, c’est d’une indécence. Oui, des économies pour financer le CICE, le pacte de responsabilité et demain la #Loitravail que personne ne veut. Des parents au chômage, ou obligés d’accepter une baisse de salaire (ou se faire virer) pourront-ils préserver la santé de leur famille -et de leurs gosses malades- dans de bonnes dispositions? Je pose la question.

La mère d’un enfant malade en a marre qu’on s’indigne pour les vitres de l’hôpital NeckerSource

(Et désolé pour ce *titre*, mais qui s’impose)

./…