#MemorialACTe : Une lumière, pour éclairer l’oubli…

Tel un long navire négrier de 240 mètres à quai dans la baie de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), le Mémorial ACTe, «Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la Traite et de l’Esclavage», a pour ambition d’être un lieu de mémoire, une lumière sur un questionnement, pour éclairer l’oubli….

Memorial ACTe 10 mai

Logo Mémorial ACTe« L’histoire nous a appris qu’il est inutile de comparer la gravité des crimes et la profondeur des souffrances. Mais rarement une forme de violence aura été pratiquée sur une si longue période et selon une organisation géographique aussi étendue et systématique. Et si l’esclavage a pu prendre des formes multiples, c’est l’Occident qui a mis en œuvre sa forme la plus cruelle à travers le commerce triangulaire. Peu de voix se sont élevées en Europe au long des siècles pour condamner le sort atroce réservé à ces hommes, à ces femmes, à ces enfants arrachés à leurs familles, à leur terre, à leur culture, entassés dans des navires et vendus comme du bétail pour cultiver des terres que d’autres s’étaient appropriées.

Cette négation du respect de l’homme fut même inscrite dans notre loi avec la promulgation du Code noir en 1685. Aujourd’hui la France veut regarder en face cette tragédie qui a laissé tant de plaies ouvertes à travers le monde et dans sa propre chair » [Dominique de Villepin, avant propos in « Mémoires des esclaves» d’Édouard Glissant, Mai 2007.]

Roots:Quand une descendante d’esclave retrouve ses racines au Congo

Convergence, pour une «mémoire du futur»inauguration ce 10 mai 2015 par François Hollande, Président de la République. Aujourd’hui…

Éprouvons.

(…)

Publicités

Le Mémorial du Soldat Musulman…

Une très bonne initiative de François Hollande, Président de la République: Inauguration du Mémorial du Soldat Musulman, ce mardi 18 février 2014, un moment hautement symbolique à la Grande Mosquée de Paris.

20140218-204411.jpg
Mémorial du Soldat Musulman

Des soldats musulmans? Oui, beaucoup, depuis l’Empire français!..  » (…) des tirailleurs, des goumiers, des spahis, parfois même des zouaves. Tels étaient les noms de leurs régiments. Qui étaient-ils? C’était parfois des conscrits, parfois des engagés, parfois des combattants volontaires. Beaucoup venaient d’Algérie: 175 000, mobilisés pour la guerre de 1914. Près de 25 000 y laissèrent leur vie. D’autres furent recrutés en Afrique noire: 180 000 tirailleurs durant la Première Guerre mondiale, essentiellement du Sénégal. Mais nous avons eu aussi des Tunisiens, des Marocains, qui sont venus se battre en France. D’autres encore venaient de plus loin, des Comores, de Djibouti, et des actuels Outre-mer (…) « . C’est ce que rappelle le Président de la République, on l’écoute…

Pour la Mémoire. Gloire à eux et, Merci Monsieur le Président.

Respect.