Mali: Visa pour Club-Med du terrorisme (Mon édito sur Mediavox).

MediavoxVisa pour Club-Med du terrorisme, tel est le titre de mon édito sur Mediavox. Ce billet, précédemment intitulé « Honni soit qui Mali pense » trouve dans cette question son essence et, se démarque des thèses populistes de l’ami GdC dans son billet ainsi titré. L’édito tourne autour de deux mots: Référendum et Mali.

Référendum pour un clin d’œil d’actualité sur la requête des Anti-Mariage pour tous pour qui, l’arme référendaire vaut élection présidentielle. Ces personnes ne demandent pas encore un referendum pour l’intervention des forces françaises au Mali, n’empêche que le Front de Gauche s’est porté volontaire pour soutenir la « cause malienne », ce Mali que certains découvrent avec joie, une aubaine pour de nouvelles luttes sociales après l’écologisme affiché à Notre-dame-des-landes. Toutes les causes sont les bienvenues, qu’importe l’occupant, pourvu que l’on existe politiquement.

Il faut cependant faire un distinguo entre les « rouges » du FdG qui eux condamnent le terrorisme (enfin, je crois) et, certaines personnes que je qualifierai d’islamophile, c’est-à-dire, ces gens qui se découvrent africanistes par enchantement, qui se cachent derrière de sombres prétextes économiques (uranuim) ou divergences ethniques au Mali pour justifier leur combat, leur lutte. Aucun billet sur le sort des otages, rien depuis la prise de Tombouctou. Mais, ne pas toucher aux barbus quoi qu’ils fassent. Et ma main dans la gueule?

Enfant d’Afrique, je vois d’un très mauvais œil l’intérêt soudain de certains pour les « pauvres populations maliennes », « ces malheureux à qui la France pique tout »,  » Ah, Yavaitka discuter avec les terroristes pour trouver des solutions » etc. Ben voyons. J’aime beaucoup aussi le : « J’ai des amis maliens et africains avec qui je discute beaucoup » pour justifier en filigrane, une incapacité à faire le discernement entre l’islam des lumières, d’averoes (Abu’l-Walid Muhammad ibn Rouchd de Cordoue) ou Avicenne (Cheikh el-Raïs), de Samory le Malinké, en opposition avec la barbarie ambiante qui sévit aujourd’hui en Afrique de l’ouest. L’avis de Gauchedecombat m’amuse, sans plus. Mais…

Fallait les laisser finir l’installation de ce nouveau complexe « Club-Med pour terroristes ». Ou, faire un référendum pour intervenir ou pas. Et pourquoi pas attendre un carton d’invitation? ou, leur demander un Visa…

Aux  »Africains de circonstance », à mes amis du Front-de-Gauche, aux islamophiles et autres robins-des-sables,  sachez que vos luttes politiques ou religieuses ne peuvent trouver des prétextes en Afrique. Le peuple de Hénin-beaumont attend toujours le retour de Jean Luc Mélenchon, les maliens approuvent l’arrivée des forces françaises. Ils peuvent à nouveau fumer en toute liberté, les femmes, pas obligées de porter le voile, la presse africaine applaudit l’intervention française.

Non, le Mali ne sera pas Kistan.  [Lire mon édito sur Mediavox.fr].

MediaVoxFait.

Intervention au Mali: Il le fallait…

Dans le cadre des opérations de l’ONU, le Président de la république a confirmé l’engagement des forces armées françaises aux côtés de l’armée malienne pour mettre fin à l’invasion de l’Afrique de l’ouest par les groupes terroristes.

François Hollande (Chef des armées): « J’ai (…), au nom de la France, répondu à la demande d’aide du président du Mali, appuyé par les pays africains de l’ouest. Les forces armées françaises, ont apporté cet après-midi leur soutien, pour lutter contre ces éléments terroristes. » Cette opération de lutte contre des « terroristes » durerait « le temps nécessaire (…) Il y va de l’existence même de cet Etat ami, le Mali, de la sécurité de sa population et de celle également de nos ressortissants. Ils sont 6 000 là-bas (…) Nous intervenons dans le cadre de la légalité internationale »,

« Les terroristes doivent savoir que la France sera toujours là lorsqu’il s’agit non pas de ses intérêts fondamentaux mais des droits d’une population, celle du Mali, qui veut vivre libre et dans la démocratie ».

20130111-185022.jpg

Le nord de l’Afrique (de l’ouest) est devenu une zone de non-droit, un repère d’intégristes (Aqmi) de tous poils avec pour activité lucrative, l’enlèvement-libération d’otages moyennant finance. Se souvenir de la délocalisation du « Dakar » au Chili.

J’ajoute: L’Afrique ne peut accueillir tous les barbus du monde! Il y a eu dans le passée, les « barbus » de « Notre Père, qui est aux Cieux ». C’est bon, ça suffit. L’Afrique a d’autres problèmes à régler et pas assez de barbiers.

Il était temps.