LIBYE: Ultimatum, JAPON: Ultime atome nucléaire…[Màj vidéo]

Ultime atome…

L’actualité de ce jour (ou de ce week-end) peut être résumé par l’image ci contre ou, par ce titre que j’emprunte à l’ami @pierrederuelle. Le jeu de mot est excellent en dépit de la gravité des événements.

Les dernières heures ont été pleines de rebondissements. Au Japon pour le risque nucléaire et, en Libye pour le risque  guerre contre le régime de Kadhafi (auto-proclamé, le Roi des rois d’Afrique).

Résumons.

1. LIBYE : La France, Les États-Unis, le Royaume uni et plusieurs pays arabes ont lancé hier soir un ultimatum à Mouammar Kadhafi. Voici le texte intégral:

«La résolution 1973 adoptée par le Conseil de sécurité impose des obligations très claires qui doivent être respectées.

La France, avec les États-Unis, le Royaume-Uni et des pays arabes estiment qu’un cessez le feu doit être mis en œuvre immédiatement, c’est-à-dire que toutes les attaques contre les civils doivent prendre fin.  Kadhafi doit mettre fin à l’avancée de ses troupes sur Benghazi et les retirer d’Adjdabiyah, Misratah et Zawiyah. L’approvisionnement en eau, électricité et gaz doit être rétabli dans toutes les zones. La population libyenne doit pouvoir recevoir l’aide humanitaire.

Ceci n’est pas négociable. Si Kadhafi ne se conforme pas à la résolution 1973, la communauté internationale lui en fera subir les conséquences et la mise en œuvre de la résolution sera imposée par des moyens militaires.»

Pendant ce temps, sur le terrain,  Kadhaffi s’en tape et viole le cessez-le-feu prévu dans la résolution du Conseil de sécurité adoptée la veille. Il était hier aux portes de Benghazi. La Bolivie et l’Équateur rejettent une éventuelle intervention militaire en Libye. Le président Bolivien Evo Morales estime qu’une intervention va «entraîner davantage de morts» et ne vise qu’à s’approprier le pétrole libyen. De son côté Kadhafi refait le coup de la visite des observateurs (amis) internationaux pour constater le respect d’un cessez-le-feu sans cesse violé. Enlisement de la situation en vue…

2. JAPON : Après le séisme et le Tsunami sur l’Archipel, les pompiers sont toujours en œuvre aux pieds des centrales nucléaires en danger. Le Japon classe désormais l’accident nucléaire en niveau 5 au lieu du niveau 4. D’après les évaluations de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN),

en cas d’aggravation de l’accident, une contamination à Fukushima serait beaucoup plus localisée mais aussi plus forte qu’à Tchernobyl. Dans le pire des cas, le rayon d’évacuation autour de la centrale pourrait être porté à 60 ou 70 km mais la mégalopole de Tokyo (35 millions d’habitants), située à 250 km de là, serait épargnée.

A l’échelle planétaire, les retombées radioactives de l’accident resteraient inférieures à celles provoquées dans les années 50-60 par les essais nucléaires.

L’électricité est en passe d’être rétablie dans la centrale nucléaire,ce qui serait une bonne chose. La situation reste  préoccupante. Peur de la fusion de l’ultime atome nucléaire….

Et, pendant ce temps en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo continue de défier les résolutions des Nations Unies depuis décembre 2010. Le pays est au bord de la guerre civile généralisée. On compte  des plus en plus de victimes des exactions de l’armée fidèle à Laurent Gbagbo et, de nombreux déplacés.. Faut croire que la côte d’ivoire est passée de mode…. L’ONU n’ira plus boire au café ivoirien, et confirme sa préférence pour le thé à la menthe….

Publicités

JAPON: Et si on créait une taxe séisme et tsunami?


...

Tsunami, Séisme, catastrophes naturelles etc. Certains parlent déjà de la fin du monde, de 2012. Intéressons-nous au coût financier de ces séismes et surtout de notre générosité qui, bientôt sera mise à contribution, solidarité oblige…

Ce billet n’a pas vocation à contribuer au débat nucléaire ou pas nucléaire?. Je ne suis pas spécialiste en la matière,  je me permet de dire ce que je pense

L’idée polémique est la suivante : Et si on créait une taxe séisme, tsunami et catastrophes naturelles ? Oui, une taxe à l’image de la taxe carbone à la charge des seules centrales nucléaires, pas du contribuable et, même pas de façon indirecte.

Rappel : la taxe carbone une taxe environnementale sur l’émission de dioxyde de carbone, gaz à effet de serre qu’elle vise à limiter. Pour cette nouvelle taxe, pas question que le contribuable paye comme pour le « contribution carbone » en France (17 euros le prix d’une tonne de CO2 émise, soit en moyenne à 74 euros par contribuable français), mais les centrales nucléaires sur une partie de leur bénéfice. L’énergie est indispensable certes, mais nous la payons à des entreprises commerciales. Il s’agit ici d’anticiper les coûts de la reconstruction des équipements et villes détruites. Faire payer les pays à gros potentiels nucléaire en proportion de leurs installations.

Une différence de taille : la taxe carbone concerne les dégâts causés à l’environnement, à la couche d’ozone. C’est une incitation à moins polluer. Pour la taxe séisme à mettre en place, il est question des coûts de réparations des infrastructures détruites par une catastrophe naturelle.

Les coûts sont énormes dans les cas de séisme. Si, en plus, comme au japon, un tsunami vient s’en mêler, l’addition s’élève à des dizaines de milliards d’euros. Question: Pour le Japon: Qui va payer ? Les seuls japonais ? La communauté internationale (FMI, Banque mondiale, l’Agence internationale pour l’Energie atomique, AIEA etc.), pour éviter une contagion nucléaire sur l’ensemble de la planète ? Sûr qu’on nous refasse le coup de Tchernobyl….

Coût des séismes : En Italie, les zones touchées par le tremblement de terre de l’Aquila qui a fait près de 300 morts le 06 avril 2010, le coût est d’environ 12 milliards d’euros selon les autorités italiennes. Le séisme du 22 février 2011 en Nouvelle Zélande (appelé de Christchurch) coûtera entre 6.3 et 8.8 milliard d’euros.

 

Centrales nucléaires, Etat des lieux 2009

Dans un article de l’express (15 mars 2011), on apprend que l’estimation du coût de la reconstruction des équipements au Japon avoisinerait les 171 milliards d’euros selon le crédit suisse. Pour Haïti (toujours sinistré), les estimations sont de l’ordre de 10 milliards. La communauté internationale avait promis une aide de 2.1 milliards, mais un an plus tard, moins de la moitié de la somme a été livrée…. Alors question : Qui va pas payer les 17 fois coût-de-la-reconstruction-de-Haïti pour le Japon ? Pendant ce temps en Côte d’ivoire, les milices de Laurent Gbagbo rejoue la partition  le Rwanda au su de tous le monde, Kadhafi en Libye l’accompagne dans ce concerto de massacre en crime majeur

Notre générosité va à coup sur être mise à contribution. Sur Internet, la question se pose sur les blogs, les forums etc. Pour un internaute, je le cite : ‘’je donnerais de la tune pour le Japon quand celle de Haïti sera arrivée‘’. Je ne suis pas loin de partager cet avis, mais, je me pose encore pas mal de questions. Peut-on ne pas les aider ? On se sent tous concerné par ce drame qui malheureusement en rappel d’autres.

Seulement voila. Le pouvons nous ? Je vais nous chercher des excuses si vous permettez. Il y’a  l’incontournable crise économique, la hausse du coût de la vie, sans compter que les déficits publics en France  qui ne cessent de croître depuis des années (8.2% du PIB en 2011, record de ses cinquante dernières années !, la tribune.fr). Disons aussi que la générosité des français est en baisse sensible (baisse des dons du Téléthon, de Sidaction etc.). On n’a plus les moyens de notre générosité. Le Japon n’a pas de chance… sauf si, on créait au niveau international, une taxe séisme!.

Y contribueront les pays riches à fort probabilité sismique et/ou tsunamique (cherchez pas, c’est nouveau, je viens de l’inventer..). La péréquation ses contributions se fera aussi au prorata des installations nucléaires des différents pays et, on est pas mal placé (relire carte ci dessus). Ces installations rapportent des milliards  d’euros, cette nouvelle taxe tirée exclusivement de leur recettes d’exploitation servira pour les dépenses de reconstructions en cas de sinistres, et de fond d’investissements de solidarité pour les pays pauvres non nucléaires. Ces pays sont (ou seront) victimes, autant que nous, des catastrophes nucléaires possibles  et à venir. Pour les autres catastrophes naturelles indépendantes de l’activité humaine (causes non marchandes), cette caisse commune devrait permettre un premier élan de solidarité en plus de notre générosité. Voila pour ma contribution. Je ne suis pas devenu taxophile (cherchez toujours pas…), je reste persuadé que la solidarité avec le japon doit être mise en avant, seule la forme est à trouver.  Que ceux qui ne partagent pas mon avis le disent dans le fil des commentaires ou se taisent à jamais.

[Love Taxes]

Séisme: Le témoignage de Voltaire, [Poème].

Japon, 11 Mars 2011

Entrailles, Terre, Colère. Oui encore…. Au Japon, un séisme d’une magnitude 8,9 sur l’échelle de Richter, s’est produit ce 11 mars au large de la côte nord-est du Japon, suivi d’un tsunami de dix mètres sur la côte de Sendai.

Le bilan est encore incertain. Il y aurait plusieurs centaines de victimes, de nombreux disparus et d’importants dégâts. La secousse a été ressentie jusque dans la capitale Tokyo. Des alertes au tsunami ont été déclenchées également sur les cotes russes, aux Philippines, en Indonésie, à Taiwan, aux îles Marianne ou encore à Hawaï. C’est le plus violent séisme jamais enregistré dans l’archipel nippon.

Ce séisme en rappel d’autres. Haïti le 12 janvier 2010, magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter, puis 20 janvier (6.1). Bilan : plus de 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abris.

Très peu de gens se souviennent de celui de Lisbonne le 01 novembre 1755. Le tremblement de terre de Lisbonne a eu lieu à Lisbonne (Portugal) le 1er novembre 1755 à 9h40 du matin. Selon les sources, il y’a eu entre 50 000 et 100 000 victimes. La secousse fut suivie par un tsunami et des incendies, qui détruisirent la ville de Lisbonne dans sa quasi-totalité. Ce séisme, le premier à avoir fait l’objet d’études scientifiques poussées, entraîna la naissance de la sismologie moderne. Les sismologues estiment sa magnitude entre 8,5 et 8,7 sur l’échelle de Richter. La secousse aurait été ressentie jusqu’au Maroc.

Ce fait historique se trouve dans l’héritage de la poésie de Voltaire (Poème sur le désastre de Lisbonne, 1756). Ce poème que je vous propose a fait l’objet d’une polémique en son temps, avec Rousseau. Lisons et, éprouvons.

« O malheureux mortels ! ô terre déplorable !
O de tous les mortels assemblage effroyable !
D’inutiles douleurs éternel entretien !
Philosophes trompés qui criez : « Tout est bien » ;
Accourez, contemplez ces ruines affreuses,
Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses,
Ces femmes, ces enfants l’un sur l’autre entassés,
Sous ces marbres rompus ces membres dispersés ;
Cent mille infortunés que la terre dévore,
Qui, sanglants, déchirés, et palpitants encore,
Enterrés sous leurs toits, terminent sans secours
Dans l’horreur des tourments leurs lamentables jours !
Aux cris demi-formés de leurs voix expirantes,
Au spectacle effrayant de leurs cendres fumantes,
Direz-vous : « C’est l’effet des éternelles lois
Qui d’un Dieu libre et bon nécessitent le choix ? »
Direz-vous, en voyant cet amas de victimes :
« Dieu s’est vengé, leur mort est le prix de leurs crimes ? »
Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants
Sur le sein maternel écrasés et sanglants ?
Lisbonne, qui n’est plus, eut-elle plus de vices
Que Londres, que Paris, plongés dans les délices :
Lisbonne est abîmée, et l’on danse a Paris.
Tranquilles spectateurs, intrépides esprits,
De vos frères mourants contemplant les naufrages,
Vous recherchez en paix les causes des orages :
Mais du sort ennemi quand vous sentez les coups,
Devenus plus humains, vous pleurez comme nous.
Croyez-moi, quand la terre entr’ouvre ses abîmes,
Ma plainte est innocente et mes cris légitimes.(…) »

(extrait du Poème sur le désastre de Lisbonne, Voltaire, 1756)

La réponse de Rousseau dans une  »lettre à Voltaire » est à lire dans les commentaires. En attendant les vôtres.