L’argument « Projet de loi Copé » de JF Copé, l’enfumage… #Bygmalion

CopéDans la tourmente des révélations de l’affaire Bygmalion, JF Copé avait promis de déposer une proposition de loi sur la moralisation de la vie publique (sic). Ce qui n’était qu’un argument (et qui avait fait marrer tout le monde) l’est toujours malgré sa rédaction et dépôt à l’assemblée nationale. (c’est comme si Jérôme Cahuzac déposait un « Projet de loi Cahuzac » sur l’exil fiscal, pareil)…

Simple argument en effet car, il faut une majorité pour faire passer un texte de loi et surtout un Groupe pour le soutenir, ce qui n’est pas le cas du Groupe parlementaire UMP qui vient de découvrir que son chef, le copéïste Christian Jacob avait versé 3 millions d’euros de leur dotation parlementaire à l’UMP à l’insu de leur plein gré! (il parle de « prêt »). Voici le texte enfumage de Copé

Projet loi Copé 1Projet loi Copé 2Projet loi Copé 3Source

Prochaine étape de JF Copé? les plateaux télés! on sait déjà ce qu’il va dire: « Mon intégrité est totale dans cette affaire (Bygmalion), j’ai d’ailleurs déposé un projet de loi pour une vraie transparence de la vie politique, pour enfin surveiller les comptes des partis, j’appelle le Président de la République et le gouvernement socialiste à plus de responsabilités, qu’ils arrêtent de freiner ce texte que les français demandent, patati patata… »

Mon avis: « Hé Jean-François! On ne t’a rien demandé! Ah si, un truc simple qui tient en une page: Les noms & prénoms des acolytes de la bande organisée, les contours et détails de ce deal avec Nicolas Sarkozy, sans oublier le montant total du braquage et les numéros des comptes bancaires des heureux bénéficiaires de ces millions d’euros d’argent public, ok ? »…

Avec toutes ces affaires de millions à l’UMP (Bygmalion, Dotation parlementaire UMP, financement libyen, écoutes Buisson, etc) on imagine assez facilement l’étendue du désastre des comptes de l’État entre 2007 et 2012 (Présidence Sarkozy) et, on comprend mieux les difficultés et cadavres financiers que découvrent les socialistes dans cette grande mission d’assainissement des fonds publics.

Publicités

Morale (politique): Comme à droite, rendez-nous Jérôme Cahuzac et DSK! Vite!…

Affaires à l'UMP, élus premier tourUn billet politiquement incorrect que vous lirez ici et nulle part ailleurs, c’est un enseignement tiré des résultats du 1er tour de l’élection municipale 2014: la réélection dès le 1er tour, de quelques personnalités politiques qui ont eu maille à partir avec la justice ou avec la morale politique.

Patrick Balkany (Levallois-Perret), Alain Juppé (Bordeaux), JF Copé (Meaux), Éric Woerth (Chantilly, Oise), JC Lagarde (Drancy, Seine-Saint-Denis), André Santini (Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine), Jacques Bompard (Orange, Vaucluse),   etc. Des candidats de droite élus dès le 1er tour malgré quelques gros soucis avec la justice (Patrick Balkany), quelques condamnations judiciaires (Juppé, emplois fictifs Mairie de Paris), des mises en examen (Éric Woerth, Bettencourt), ou comme avec JF Copé, avec de sérieux doutes sur leur morale politique (Élection UMP grâce à la Cocoe, comptes scellés de UMP avec Bygmalion, etc.). Et pourtant, ils ont à nouveau la confiance de leurs électeurs.

1. Le constat

À Gauche, la morale (en politique) est une donnée importante, une valeur intangible, c’est louable,  mais cette éthique se paye cash dans les urnes. Allez comprendre. Aussi, je reste persuadé que les bannis de la gauche: Jérôme Cahuzac, Dominique Strauss Khan, Jean-Noël Guerini et bien d’autres, auraient fait de très bons candidats!, Oui, Il faut croire qu’ils avaient toute leur chance…

DSK Cahuzac

Je précise ma pensée: je ne me lance point dans l’apologie des pratiques douteuses en politique ou, dans l’acceptation d’une once d’immoralité dans la gestion de la chose publique (juste un peu), il faut lire ce billet comme une réflexion à voix haute sur ces résultats du premier tour, dont la critique se focalise sur la seule « défaite supposée » du gouvernement dans une élection locale. En effet, les analystes politiques se focalisent sur quelques villes ou la gauche est en difficulté, voire en ballotage défavorable sans s’attarder sur celles où elle conforte ses acquis (Lyon, Lille etc.). L’écho amplifié par la messe médiatique autorise cette réflexion face aux titres enjoués à la UNE de vos journaux. Posons nous quelques questions:

1. Peut-on se réjouir de la « victoire » des candidats « pas très clean » dans leur gestion (passée et/ou présente) dans une élection municipale? Malgré les affaires sur leur personne, pourquoi ces hommes (et femmes) politiques ont toujours les faveurs de leurs électeurs? Les français, souvent critiques et très acerbes sur le  « tous pourris » seraient-ils imperméables aux péripéties judiciaires de leurs élus? Et, pourquoi la Gauche serait-elle  la seule à bannir de ses rangs ses brebis galeuses? Si tel devrait être la morale en politique alors, j’ai deux propositions, pour plus d’équité.

1. Que la gauche arrête avec les pseudos « valeurs propres » dans la vie politique française, le dernier mot doit revenir aux électeurs comme le pratique la droite (UMP) avec talent. Premier point, Y a bon la morale...

2. Que la Gauche (le PS) rappelle aux affaires Dominique Strauss-Kahn (DSK). Un sondage (secret)le place d’ailleurs en tête des personnalités politiques que le public réclame. Deuxième point, le client-électeur est roi, il décide...

2. Les enseignements à tirer…

La morale en politique? Les français s’en tapent ! (enfin, je crois) et la droite pisse dessus sans vergogne! D’ailleurs, dans un récent sondage, 68% des sympathisants de droite souhaitent que Nicolas Sarkozy soit le candidat de l’UMP en 2017, malgré ses innombrables casseroles judiciaires.

LIRE: Les affaires Sarkozy (Infographie), le résumé...

Le Front républicain? Une connerie qui consiste à toujours tendre la main à une droite qui crache dessus. Mettre fin à ce statut de « cocu volontaire » et se tourner vers la gauche, vers « ces électeurs qu’on ne sollicite que pendant les campagnes électorales et qu’on oublie très vite au lendemain des victoires ». Tenez, à Marseille par exemple: le très mauvais score du PS était prévisible après le « blackboulage » honteux de Samia Ghali lors des primaires PS, et le dédain de la liste indépendante de Pape Diouf. Des candidats naturels d’un électorat dit « populaire » devenu variable d’ajustement des victoires de la gauche. J’en parlais déjà après les pratiques décomplexées de Manuels Valls: il a paumé une grosse partie de l’électorat de gauche! Ces derniers ont boudé les urnes, le FN est en hausse (à Henin-beaumont déserté par Jean-Luc Mélenchon), la droite garde ses ouailles et le Panier-Manuel-Valls reste vide, voire déficitaire: Il doit des voix à la gauche…

3. Pour finir…

En conclusion, 1. Rendez-nous Jérôme Cahuzac! Pirates! (un très bon candidat dans sa circonscription, voire à Levallois-Perret face à Patrick Balkany). 2. Pour le remaniement ministériel que la presse réclame à cor et à cris, on veut le retour de DSK aux affaires! (le « Meilleur d’entre-nous » de la Gauche!). S’il faut gagner avec des « pourris » alors, que Jean-Noël Guérini, le « pourri marseillais » se remette au boulot! Une dernière chose, François Bayrou, celui qui avait appelé à voter à Gauche (F. Hollande) en 2012 (Merci) retrouve la confiance des électeurs de Droite (UMP-Modem-UDI) à Pau, voila!

(PS:on va se gêner encore longtemps?) / (Réponse: Oui.)

Plaidoirie: Jérôme Cahuzac, le bouquet-misère…

Sauver CahuzacDans la grande salle du « Tribunal de la Morale politique », après le réquisitoire du Procureur Médiapart, la parole est à la Défense. Maître Bembelly, Avocat de Jérôme Cahuzac va s’exprimer..

Silence.

«Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, je suis ici pour défendre ce qu’il reste de l’honneur d’un homme, d’un père, Jérôme Cahuzac.

Avant toute chose, une question s’impose: 600 000 €uros? Seulement 600 000 €uros en vingt ans? C’est à peine le prix d’un minable pavillon en banlieue parisienne, comme l’a fait remarquer Maître MelClalex en commentaire, C’est, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés… l’immense trésor planqué de Jérôme Cahuzac chez UBS!

Ce médiocre butin n’excuse en rien la faute commise, ses aveux plaident la bonne foi. Mais, tous ici, sans exception, nous le croyons plus malin que ça Jérôme Cahuzac! surtout après son formidable débat face à Monsieur Mélenchon sur France2. Jean Michel Aphatie peut en témoigner. Comparé aux 8 Milliards de dollars du trader de Goldman & Sachs, mon client joue petit bras. Il fait moins bien que l’autre Jérôme (Kerviel) dans l’affaire Société Générale. J’ai la conviction, Monsieur le Président, qu’il nous faut relativiser cette « faute » et ne pas faire de Jérôme Cahuzac un « bouquet missaire misère » comme le disait Maître Jegoun citant Belmeyer.

Oui, Mesdames et Messieurs les jurés, Il faut sauver le Soldat Cahuzac!

La morale en politique porte en elle ses contradictions. Devant la faute commise, deux conceptions s’opposent. D’un côté ceux qui démissionnent ou qui disent la vérité, comme mon client. Pour eux, la vindicte populaire pour crime-ès-fiscalité, la justice est toujours sans merci, impitoyable. … De l’autre, ceux qui nient tout en bloc, déléguant magistrats avenants pour des non_lieux sans jamais passer aux aveux! Sont toujours éligibles pour un mandat public! Un comble! Monsieur Eric Woerth a d’ailleurs témoigné dans ce sens.

Monsieur le Président, cette nécessaire contradiction s’impose. Mesdames et Messieurs les jurés, sans trahir la sincérité de Gérard Filoche, témoin de moralité,  il faut sauver Cahuzac parce que ce n’est pas juste de traiter de « menteur » quelqu’un qui dit la vérité. Personne dans ce tribunal ne conteste ses aveux, on le croit! Plus de doute, il a dit vrai!. Dire la vérité et passer pour un menteur est une injustice…

Les faits datent des années 90 avec, rappelons-le, zéro incidence sur le cours de la vie politique. Cette antériorité, c’est curieux, personne ne l’a mentionné, c’est l’argument utilisé par Marine Le Pen, la spécialiste du « tous pourris » de ce tribunal. Elle évoque, Mesdames et Messieurs, une jurisprudence pour dédouaner son ami, l’avocat fiscaliste Philippe Peninque, responsable de l’ouverture de ce compte-cahuzac chez UBS. Elle a déclaré ici, dans cette salle d’audience: «Il y a 25 ans, à l’époque où j’étais en licence de droit, quelqu’un qui est devenu mon ami a eu comme client M. Cahuzac et lui a ouvert un compte à l’étranger. Quelle est ma responsabilité?»

Oui, quelle est sa responsabilité?, Si son ami d’extrême droite comme elle, Philippe Peninque n’est pas responsable, pour la simple raison que ces faits, aujourd’hui reprochés à mon client, datent de « 25ans! » Alors, il me plait de penser que, retenir le délit de dissimulation de fraude fiscal ou complicité pour mon seul client serait inapproprié. Alors, qu’il plaise à la cour d’annuler ces charges qui pèsent sur mon client, pour l’équité

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, Mes chers confrères

je n’ai nullement l’intention d’excuser une faute, ni de revenir sur ce précieux contrat moral qui fonde l’équilibre de notre société. Oui, ce contrat mis à mal ici dans cette assemblée par le Ministere public DidierGoux, qui nous avait lu, dans son réquisitoire, souvenez-vous,  un extrait qui lui semblait suffisamment « résonner » avec les circonstances: «Cet homme m’inspire plus de compassion et de pitié que de hargne ou de mépris (…) Peut-être ajouterais-je que la corruption et l’appât du gain, s’ils savent rester raisonnables, me semblent plutôt des qualités souhaitables chez un homme politique élu»

Citant Mark Rowlands « Le Philosophe et le Loup », il avait précisé, toujours sur ce contrat moral «Ce sont les arnaqueurs maladroits et inexpérimentés qui se font prendre et doivent en subir les conséquences. Ils sont mis à l’écart, exclus, méprisés (…)  La civilisation et l’intelligence humaine sont le produit d’une course à l’armement, et le mensonge y constitue l’arme élémentaire. Si vous êtes civilisé et que vous ne mentiez pas, c’est sans doute que vous n’êtes pas un bon menteur». La cour appréciera…

Morale et politique, conflit des interprétations, Ah! Nous y voila! Monsieur le Président, cher François, ce procès Cahuzac nous donne l’occasion de repenser la politique, d’inscrire dans la loi, la « morale en politique » qu’appelle de ses vœux Maitre Blachier. Oui, c’est l’occasion de resituer l’exercice du pouvoir dans l’optique d’une république exemplaire. Mon client, par ses aveux permet à la République de franchir une marche supplémentaire contre les pathologies viscérales et l’immoralité dans la vie politique. Donc, un mal pour un bien. Cependant, à trop vouloir définir la morale sur le simple constat de la vindicte populaire, ne risque t-on pas de confondre le domaine de bonnes intentions (la morale) et le domaine des actions justes ou simplement efficaces (la politique), comme l’a expliqué dans ce tribunal le philosophe Joel Gautier.

Jérôme Cahuzac est un bon père, un bon Maire. Au service de la République, il a traqué la fraude fiscale avec précision. Oui Monsieur le Président, il a mis au profit de la République ses connaissances en « fraude fiscale » et…

– Maitre Copé: Objection! Votre honneur c’est…

– Le Président: Silence! Continuez Maître.

… Merci Monsieur le Président. Je ne répondrai pas aux atermoiements de Maître Copé, je n’irai pas jusqu’à lui rappeler son exil-électoral du temps de la cocoe. Mon cher collègue! Maître… vous savez certainement mieux que nous, que seul un exilé fiscal peut traquer l’exil fiscal! Rewind Ziad Takiedine…

Pour finir, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, par delà l’enjeu, ce qui se joue dans ce procès, c’est notre capacité à admettre que, « une faute avouée est à moitié pardonnée ». Oui. Aussi, vu l’antériorité des faits et le montant des sommes dissimulées au fisc, je demande pour Jérôme Cahuzac, vous en conviendrez, au moins la moitié de votre pardon, à défaut de votre clémence.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, «le pardon, c’est Maintenant» car, «nous sommes tous des cahuzac!»

Tout français « bien-pensant » est un Cahuzac qui s’ignore.

Davantage serait d’intempérance…

Je vous remercie.»

La séance est levée.

.

Affaire Cahuzac: « Moi Président de la république »…

1. Le 2 mai 2012, François Hollande, «Moi président de la République», débat du 2ème tour de la présidentielle face à Nicolas Sarkozy…

‘’Moi Président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêts ‘’

2. Paris, 19 mars 2013, 16h00, Ouverture enquête préliminaire, Affaire Cahuzac

Ouverture enquête Cahuzac

3. Paris, 19 Mars 2013, 19h00,  François Hollande, Communiqué, Elysée…

Communiqué Elysée Cahuzac

Pour finir, un supplément Cahuzac/Melénchon.

Fait.

Le programme de Sarkozy & Copé > COPY CON…

COPY CON est une commande informatique en DOS qui permet de copier des infos et, CON n’est pas une insulte. Dans le cas de la proposition formulée par Sarkozy, celle de lier fiscalité et nationalité pour contrer l’exil fiscal, le COPY CON (lire copie cone) prend tout son sens et CON peut devenir une insulte.

En effet, cette proposition a déjà une longue histoire. Elle a été proposée successivement par:

1. le PS à l’assemblée nationale en 2010 via Jérôme Cahuzac, président de la Commission des Finances à l’Assemblée nationale. Il avait proposé en octobre 2010  »un amendement visant à taxer les exilés fiscaux ». François Baroin, alors ministre du Budget avait déclaré

C’est une conception qui va à rebours de l’histoire et de la construction du droit fiscal français, lequel est un droit territorial. C’est d’ailleurs dans cet esprit que les cent dix-huit conventions fiscales signées entre la France et d’autres pays ont été négociées. La formulation que vous proposez ne pourrait donc s’appliquer que dans les très rares pays non signataires de ces conventions fiscales…, car il semble inenvisageable de remettre en cause les conventions actuelles, assez équilibrées.

2. Par Jean Luc Melenchon en 2011 sur le plateau de l’émission de France 2  »Des paroles et des actes » en face de Jean François Copé qui ironisait sur l’idée de lier fiscalité et nationalité pour contrer l’exil fiscal. Depuis, cette mesure a été reprise par  Nicolas Sarkozy. Magnéto

Notons qu’à moins de 40 jours du 1er tour de la Présidentielle, Nicolas Sarkozy n’a toujours présenté son programme. Il programme sa campagne en DOS tout en COPY CON. Je ne sais pas si le plagiat [COPY CON] est toléré dans une élection présidentielle et, si les ayants droit peuvent faire valoir le COPY RIGHT