Le Rap de #Johnny avec les «Jeunes de banlieue». Feat Doc Gyneco, Passi, Stomy Bugsy. Clip «Le temps passe», rappel et #Désintox…

Johnny Hallyday Stomy Bugsy Doc Gyneco Passi

Pour mieux vous aider à comprendre ce que certains découvrent et au risque de vous coller des coliques néphrétiques, le Grand Johnny Hallyday était copain comme cochon avec «les Jeunes de Banlieue». Et bah ouais. En 2006, Doc Gyneco, Passi & Stomy Bygsy / Ministère Amer réalisaient un rêve: taper la rime et la frime avec l’idole des jeunes, de tous les jeunes, de « Porte de la Chapelle » jusqu’en Seine Saint Denis style…

Oui, il avait traversé le Périph’ pour chanter les hommes et leurs désirs, les destins fragiles et l’amour. Sans regrets, pour un destin qui lui ressemble bien. Et deux ans +tard, le Parisien Jean Philippe Smet que vous connaissez plus sous le nom de Johnny, avait remis le couvert avec Bruno Beausir connu sous le nom de Doc_Gy (pour les intimes) pour célébrer l’ Art de Rue...

Et comme l’écrit si justement Romain Piginel (lire)...

« Il (Johnny Hallyday) était cette bande-son nationale incontournable que l’on subissait malgré soi, quand on se passionnait pour le rock indé, le rap, la techno, un peu comme ces réunions de famille auxquelles on est traîné de force par ses parents. Il était ce totem à tête d’indien (sur la Harley) contre lequel on aimait se révolter, avec la morgue de la jeunesse — mais il était donc, aussi, un repère structurant, insensible au temps qui passe« .

«Le temps passe » et Johnny Hallyday restera l’idole des tous les jeunes jusqu’en banlieue! Que cela vous plaise ou pas. [Bande de cons!]

./…

Publicités

RIP Johnny Hallyday, le « Papa Wemba » des Français …

Au Congo (Afrique), on avait Papa Wemba le Grand M’Zé « le formateur des idoles -foridole-« , en France (Europe), il y avait Johnny Hallyday « l’idole des jeunes ». Cette nuit, il a rejoint Papa Wemba, Prince, David Bowie, Léonard Cohen, Michel Delpech, George Michael

Le décès de Papa Wemba en Avril 2016 m’avait attristé à un point que je n’imaginais pas, j’avoue. Pourquoi? Peut-être tout simplement pour les souvenirs ancrés dans sa musique, pour le fil de ma vie que je retraçais à travers chants & mélodies. Aujourd’hui, j’imagine la peine de « mes amis Johnny », je les imagine submergé par les souvenirs de leur tendre enfance, ils penseront à eux, à leurs parents, ils referont le voyage dans « le bon vieux temps ». Oui j’imagine. Et cette disparition de Johnny sera l’occasion de se redécouvrir à travers ce fil d’histoire, via cet album photo à parcourir comme ce fût mon cas avec Papa Wemba. Et au delà de la musique qu’on peut ne pas aimer ( je suis plus Eddy Mitchel que..), on redécouvre « la boite à coucou », ce passé toujours présent et qui toujours se ballade à travers rythmes, de génération en génération...

« RIP Johnny Hallyday, le « Papa Wemba » des Français » m’a dit mon cousin Lupemba. (Je le pense aussi)..

« A que coucou » les amis!

./…