[Màj] DSK: Lettre(s) de démission du FMI, Première(s) déclaration(s)…

Mise à jour (24 mai 2011). Après la publication de la lettre de démission de DSK du FMI le 19 Mai dernier, ce billet est mis à jour suite à la publication d’un nouveau courrier de DSK à ses collègues. Ce dernier courrier est écrit en liberté sous caution, disponible à la suite de celui ci. __________________________________

Ladies and Gentlemen of the Board:

C’est avec une infinie tristesse que je me vois obligé aujourd’hui de proposer au conseil d’administration ma démission de mon poste de directeur général du FMI. Je pense d’abord en ce moment à ma femme – que j’aime plus que tout – à mes enfants, à ma famille, à mes amis… (lire suite ci dessous)…

Clic sur image pour agrandir

Version PDF (Lettre de démission)

Mise à jour 24 mai 2011 (Lettre de DSK à ses collègues du FMI)

Dimanche dernier, Dominique Strauss-Khan a fait parvenir à son équipe un e-mail d’adieu dont John Lipski, son remplaçant par interim a révélé la teneur à CNN, la chaîne d’information américaine .Ceci en est la traduction, réalisée par mamiza (lepost.fr)

Chers collègues,

Vous avez vu ma lettre de démission en tant que Directeur Général du Fonds, l’un des communiqués les plus durs que j’ ai eu à faire dans ma vie.

Je souhaitais réellement rester en contact avec vous, personnellement et directement pour vous exprimer ma profonde tristesse et mon sentiment de frustration d’avoir eu à vous quitter dans ces circonstances .

Je le fais car je pense agir au meilleur des intérêts de l’institution qui m’est si chère et au votre, personnel du FMI, que j’apprécie et admire profondément .

Ces derniers jours ont été extrêmement douloureux pour moi et ma famille, comme je sais qu’ils l’ont été pour chacun au Fonds .

Je suis désolé qu’il en ait été ainsi . Je démens formellement les accusations auxquelles je suis confronté. Je suis confiant quant à l’émergence de la vérité et je serai innocenté . En même temps je ne peux accepter que le Fonds et vous, mes chers collègues, ayez à partager mon cauchemar personnel ;Alors je dois m’en aller .

Quand je vous ai rencontré pour la première fois (je me rappelle de vous dans l’atrium) je confesse que tout ce que j’avais vraiment était un sens de l’engagement vis à vis de la vision fondatrice d’une coopération économique globale du Fonds .

Cette dernière phrase a toujours été plus qu’un slogan pour moi : je viens d’un endroit où l’on est douloureusement conscient du glissement d’un sinistre économique à une lutte politique entraînant destruction et misère humaine . mais j’avais seulement de très vagues idées sur la manière de m’atteler à la tâche .

Je vous remercie, tous, pour avoir aiguisé cette vision, pas simplement pour moi mais pour le monde entier et pour lui avoir donné du contenu …

( S’ensuit, alors, tout un paragraphe plus technique sur les apports du FMI et les étapes-clefs de ses réponses à la crise économique mondiale, unanimement saluées)

… Je ne veux pas vous quitter sans vous dire-ce que je n’ai pas fait suffisamment auparavant-que je comprends et valorise profondément tout le travail que vous avez accompli . Les grandes étapes sont faciles à se rappeler et à relever mais le travail quotidien de l’institution est beaucoup plus étendu …

( Là, DSK énumère les différentes missions de surveillance bilatérale et d’assistance technique auxquelles se sont attachés les membres de son équipe)

… Vous avez tranquillement accompli toutes les tâches obscures sans lesquelles rien n’aurait été réalisé ; vous avez fait preuve d’innovation dans tous les domaines et votre dévouement a été sans limite .

Je ne doute pas un instant que ce que l’institution a accompli durant ces trois ans et demi est le fruit de vos réflexions, de votre travail et de vos convictions . Vous devez être fiers de ce que vous avez réussi .

Une somme énorme de travail reste à faire en un moment particulièrement crucial ; vous l’ accomplirez jour après jour et je saluerai votre travail .

Je me sens privilégié et humble d’avoir travaillé avec un groupe de personnes si extraordinaires .Je chérirai le termps passé ensemble .

Ainsi, mes chers collègues, je vous dis bonne chance pour l’avenir et « au revoir  » (en français dans le texte original)

Dominique .

Original: business.blogs.cnn.com


DSK: Meurtre avec préméditation [Pourquoi je n’y crois pas…]

DSK.

La stupeur, la surprise et l’émotion, c’est fait. L’heure est à la réflexion. Affaire DSK? c’est le scénario parfait d’un meurtre politique avec préméditation. Nous ne sommes plus de simples spectateurs mais des figurants actifs, notre émotion compte.

Des échéances de 2012 découlera une nouvelle conception de la société française avec des incidences sur notre quotidien. Les enjeux sont importants, de taille. Qui pour sortir la France de la crise politique et morale? Il n’était pas candidat, enfin pas encore. Le pensait-il? A en croire les démarches de ses lieutenants, oui. Candidat? Ou plutôt, Candidat potentiel, tel semble est le crime suprême

Comme Bernard Tapie en 1993, DSK candidat potentiel aux primaires socialistes, en tête des sondages pour la présidentielle de 2012 est… (on connaît la suite)

Récurrence? Coïncidence? Je n’y crois pas. Crainte des coups bas, il l’avait confié à des journalistes ‘’en off’’. Il craignait le piège, il imaginait une femme violée dans un parking et à qui on promettrait 500.000 ou un million d’euros pour inventer une telle histoire. Il avait confié sa crainte des attaques sur ‘’le fric, les femmes et sa judéité‘’. On nous a servi la Porsche, maintenant la femme de chambre...

Fuite? Mais quel con! Commettre l’innommable, aller déjeuner avec sa fille, s’enfuir vers l’aéroport puis, rappeler le standard des lieux du crime pour se signaler à JFK Airport, afin qu’on lui rapporte un téléphone portable à la con! Sa fonction ? Directeur Général du Fond Monétaire International… Vous y croyez ? Moi pas.

Ce billet fait suite à une conviction, à une intime conviction. Une image, celle de DSK menotté entre deux policiers, le regard lourd, fixant les objectifs. Un regard vers la communauté des hommes. Lucide, pas fuyant, serein. Courageux. Sur ce visage, son intime conviction. J’ai vu un homme libre…

Beaucoup de presse ses dernières heures sur DSK. Oui, ‘’J’aime les femmes, et alors? ‘’ disait-il. Oui, Et alors?  Qui ne les aime pas?

Il n’est nullement question de morale ou de féminisme. Il est question de justice, d’entourloupe, de meurtre avec préméditation. Les incohérences dans l’accusation ne sont plus à démontrer. Les approximations ou supputations, énormes. Question: A qui profite ce meurtre?

Nous ne sommes plus de simples spectateurs d’une superbe production américaine, mais des figurants, jouant à merveille notre rôle d’indignation. Qui produit ce film? Avec quelle financement? Qui a géré la distribution des rôles? Il y a forcement un metteur en scène, une maquilleuse, un scénariste. Et, déjà sur tous les écrans…

L’idée d’écarter DSK (de je ne sais quoi) est une évidence. Des problèmes dans les placards du FMI? Des conflits monétaires internationaux? Des luttes d’influences sur les orientations boursières? La création et protection de l’Euro face au dollar? Est-il tombé sur un os Grec? Politique nationale française? Peut être un peu de tout…

Le FMI est une sphère d’influence considérable avec d’énormes enjeux économiques, monétaires et surtout politiques. Le système judiciaire américain? l’arme du crime. La politique française n’est pas moins dangereuse. DSK disait craindre les coups bas. Cette affaire ne nous est pas encore révélée. C’est juste la genèse, et c’est déjà énorme.

J’ai vu un homme serein, posé. Cela m’a suffit. Je peux me tromper, c’est vrai. J’ai la certitude d’une entourloupe monstrueuse, d’une mise à mort orchestrée. Comme mon ami Vivien, sa culpabilité, je n’y crois pas.

Ecce Homo.