[Relire] Aimé Césaire (et) Moi, Laminaire…

J’habite une blessure sacrée j’habite des ancêtres imaginaires j’habite un vouloir obscur j’habite un long silence j’habite une soif irrémédiable j’habite un voyage de mille ans j’habite une guerre de trois cent ans j’habite un culte désaffecté entre bulbe et caïeu j’habite l’espace inexploité j’habite du basalte non une coulée je m’accommode de mon mieux de cet avatar j’habite de temps en temps une de mes plaies chaque minute je change d’appartement

j’habite donc une vaste pensée j’habite l’embâcle j’habite la débâcle j’habite le pan d’un grand désastre j’habite souvent le pis le plus sec du piton le plus efflanqué j’habite l’auréole des cétacés j’habite un troupeau de chèvres tirant sur la tétine de l’arganier le plus désolé j’habite le trou des poulpes je me bats avec un poulpe pour un trou de poulpe

à vrai dire je ne sais plus mon adresse exacte bathyale ou abyssale …

Aimé Césaire, Moi, laminaire – (1982). Mort le 17 avril 2008.

(…)

Publicités