#Racisme: les antécédents de Pierre Ménès| Peau #noire & masques #blancs, séquence foot, sans filet …

Pierre Menes Lilian Thuram Racisme footDepuis quelques jours, je suis bloqué – moralement – sur l’ahurissante déclaration Pierre Ménès: «Le vrai problème dans le foot, c’est le racisme anti-blanc» (sic!). Une simple phrase? Oui, quelques mots, trois fois rien pour certains, mais une vraie déflagration pour d’autres, pour tous ceux pour qui le quotidien est fait de regards de travers, de refus injustifiés, d’insultes à peine voilées, bref, de faits racistes.

Sans revenir sur la genèse cette imbécile expression de racisme anti-blanc (que certains mettent désormais en avant pour justifier leur propre racisme,), je vais revenir sur deux- trois exemples de faits similaires dans le foot, avec déjà là aussi, ce triste Pierre Ménès aux manettes.

1. Affaire des Quotas dans le foot ou Affaire Laurent Blanc… | En 2011 dans l’affaire des quotas du foot lorsque la fédération voulait moins de noirs & d’arabes – dans les équipes de France à Clairfontaine, Pierre Ménès l’expert en génétique soutenait les visées racistes de son ami «Lolo» Laurent Blanc dans des termes que nous rapporte Acrimed info dans un papier de mai 2011. Exemple premier

Pierre Menes racisme blanc

Pour Pierre Ménès, « dénoncer le racisme dans le foot, c’est revenir sur les heures les plus sombres de notre histoire ». À peu près. Rien que ça. Un gros dérapage de celui qui était -déjà- vent debout contre … Lilian Thuram ! Bref, comme l’écrit Acrimed dans son papier «Jean-Marie Le Pen a ouvert une porte. Éric Zemmour a tenu la porte. Robert Ménard et Ivan Rioufol sont entrés. Et Pierre Ménès les a suivis.». Et huit ans plus tard, il y est toujours, un sociétaire vintage

2. L’affaire WillySagnol et les « joueurs de type africain » | Encore une affaire de racisme dans le foot accompagnée par un grand silence jusqu’à la prise de parole de Lilian Thuram. Vous remarquerez que dans ces affaires de racisme qui souvent leur en touche une sans faire bouger l’autre, le mécanisme est toujours le même. On ne bouge pas! Jusqu’à ce que les victimes montent au créneau. Et c’est là que les «corporate» débarquent. Pour se plaindre du racisme? Non. Pour s’indigner qu’un noir se fasse traiter de singe? Non. Mais on active le pare-feu, l’antivirus. La cible est toute trouvée: La victime qui ose se plaindre de ce qu’ils ne vivent pas: « On ne va quand même pas se faire esspliquer le racisme par (…) un noir! ». Inversion de la culpabilité et j’en sais quelque chose, un passé recent (lire). Exemple deuxième

Pierre Menes racisme Antiblancs.

Oui Pierre Ménès, celui qu’il ne faut surtout pas qualifier de «gros con» pour ne pas tomber dans les travers de la grossophobie et surtout d’en faire une victime, le Ménès s’était fait un gros kif là aussi: Une allusion à la couleur… de la mer en intro pour dire les choses autrement et justifier la sortie de Willy Sagnol. Dans son viseur deux cibles bien identifiées: Lilian Thuram et Pape Diouf – ancien Président de l’OM -. Celui sur qui l’insulte serait un crime de Lèse-Majesté n’est pas avare d’insultes sur les autres. Qualifier Pape Diouf et Thuram de «Filopat et Patafil de la lutte contre le racisme #AntiNoirs» a du faire rire des colonnes entières d’identitarés et autres racistes du 7ème jour. Sa pirouette à la fin du texte ci-dessus est une perle. Il ne dit pas que c’était mal, non, juste que c’est « très mal dit », nuance. Il pensait pouvoir «bien le dire», lui et il vient de le faire. Une préméditation…

Parler des antécédents nauséabonds de Pierre Ménès désormais leader de la Droite extrême ne peut se clore sans un autre fait, une autre cible couleur unique – Patrice Evra. Aujourd’hui, on comprend peut-être mieux ce qui l’avait excédé pour se laisser aller à la riposte suivante (Pat’Evra): « Il y a Menez, Ménès, Je ne veux pas lui donner de l’importance, mais j’espère le croiser un jour. Il a parlé de ma famille disant que j’étais prêt à vendre ma mère pour revenir en EdF… Malouda l’a déjà croisé : il ne parle plus de lui, il l’a chopé. J’espère le choper! Le jour où il saura faire huit jongles, j’arrête ma carrière. ». La violence c’est mal. Et à la fin de sa carrière – bien plus tard -, devinez qui lui tombe dessous?.

Pierre Menes racisme Antiblancs Evra.jpg

Il doit avoir d’autres problèmes et pas que de santé. Pardonner? Non. ça devient un peu trop facile, le mécanisme bien huilé est un Westminster, toujours le même: 1. On dérouille volontairement et souvent contre les noirs et les arabes 2. On se prend des tartes – numériques-, et face à la pression – et pour des raisons d’audience, d’image de l’employeur, etc -, le raciste présente des excuses-à-la-con genre « vous ne m’avez pas bien compris mais je m’excuse », 3. On cherche un « de service«  qui viendra dire « Ah non c’est mon pote il n’est pas raciste sur la tête de ma mère ». 4. Puis, les Corporate, fiers du brevet d’antiracisme fraichement délivré à leur copain raciste feront le tour des télés et des radios pour vous dire: « Ah mais non hein? lui pas raciste, pas du tout! D’ailleurs, voici son certificat en bonnet difforme! ». Marche aussi pour l’antisémitisme (c’est BHL qui délivre le fameux Sésame, cf Affaire Yann Moix) et pour l’islamophobie.

Ni Pardon ni Oubli, plus maintenant …

Ce billet-foot sans filet n’est qu’un avis, le mien, aujourd’hui. Et dans cette jungle que j’ai fait mienne, ce qui m’attriste le plus, ce n’est point les billevesées de quelques « assassins d’aube » -ils sont de plus en plus nombreux certes -, ce qui me fâche, c’est le « silence des bons«  et je sais qu’il y ‘en a. Mais ils se terrent, partagés je suppose entre ce qu’ils sont réellement –des gens bien-, et la peur d’être mis au ban de leur « communauté ». Possible. Pour finir, se le dire …

« Le racisme s’habille toujours chez Très Bonne intention ». Et désormais, « mange à la cantine de Mme Très Mauvaise foi ».

Plus aucun doute. Et je vous épargne des lignes inutiles sur ce fait récent d’insultes racistes dans le foot français, passé à l’As.

367FBE09-F789-4D77-AB72-F94A26D4D24A

Thuram a raison.

./…

Publicités

«40 nuances de #Blancs en 280 caractères», espaces (« vide ») compris | Réflexion…

Thuram Blanc Racisme France

Y paraît que «#Blanc», le mot « blanc » est un gros mot. Depuis peu, nous dit-on. Soit. Ce matin à l’heure du café – noir, comme on dit – je me suis posé une question (Il était 07 heures du matin, le 1er tweet du jour était déjà sur les réseaux sociaux bien avant le Cocorico de Maurice le coq de l’île d’Oléron désormais libre de réveiller les voisins): Combien de fois peut-on écrire le mot «Blanc» dans un tweet de 280 caractères espaces (#blancs) compris? Puis, avec courage non sans trembler mais pour les besoins de la science, j’ai twitté ceci.

Blanc Racisme

Je vous laisse compter (ou le refaire sans le #), c’est le weekend et vous avez le temps. Malins comme vous êtes, vous avez très certainement remarqué que, pour rendre le mot «blanc » encore plus blanc dans ce «1er tweet blanc de l’histoire de l’humanité», j’ai volontairement laissé des «espaces» – des « blancs », comme on dit -. J’aurais pu dire: j’ai laissé du «vide entre deux blancs», on me l’aurait reproché genre: «Dis donc toi, tu supputes donc que le blanc c’est du vide?». Non. Aussi, pour éviter toute mauvaise foi et réflexions alambiquées, je propose de garder « espace » pour décrire le « vide » entre deux « blancs». Précision sur cette dernière phrase qui elle aussi peut prêter à confusion: Je n’affirme pas non plus que les blancs ne communiquent que par le vide. On se calme. [Re]précision…

Le vide, c’est (…) ne rien écrire en #noir pour bien lire le mot #blanc (ou bien) …

Ouf! C’est laborieux mais tout le monde a compris, c’est bien.  Pour finir, j’ai une question primaire, c’est le véritable objet de ce billet de rien..

Dans un tweet de 280 caractères, combien de fois doit-on laisser de « blancs» pour rendre les « XfoisBlancs » plus lisibles?

Répondre, vous avez 4 heures. Et toute copie blanche sera éliminatoire je vous préviens! Note subsidiaire: Durant cette courte rédaction, j’étais en mode « fou rire » pour ne pas dire « Mode noir intense activé». Je me suis éclaté et l’ami Laurent Bignolas de Télé-matin en face dans la télé ne comprenait rien, il devait s’imaginer des trucs pas bien contre lui alors que ce n’est pas le cas, ni contre personne d’ailleurs. Je suis juste heureux de voir ma « communauté d’hommes de couleur » s’étendre, c’est jouissif. De quoi monter une boite de comm‘ pour aider les « venants » à bien vivre leur colorité. Rien n’est plus pénible que d’être tout en en s’imaginant ne pas être. Je me comprends. Oui, « le Blanc est un homme de couleur qui s’ignore». Non il n’est pas communautariste, il est «Corporate», pas immigré quand il est loin de l’hexagone mais un «Expat». Sans oublier sa faculté de considérer que son «rhume des foins est plus grave que le cancer ».

lilian-thuram-racisme-foot-blancs

Oui j’ai une vraie expertise en la matière, une expérience que je mettrais à disposition pour aider et éviter à celles et ceux qui le découvrent des traumatismes irréversibles. « On est ensemble » n’est-ce pas? Bon week-end les #Blancs! (Ah je rigole! Comme vous êtes susceptibles! C’est pénible à la fin si on ne peut même plus être aimable, mais où on va? Franchement, entre nous et on ne va pas se mentir: c’est pas parce qu’on ne le dit pas qu’on sait pas que vous êtes … #Blancs.

On est cons, oui – si vous voulez-, mais pas aveugle non plus...

./…

 

‪«Pourquoi les #Blancs devraient-ils être les seuls à n’être jamais désignés par leur #couleur?»| Question …

Lilian Thuram Racisme Foot Blancs

Question #VieMaVie by LilianThuram |Vous avez 4heures. Et, dans l’attente de vos réponses..

../Screen.

Oui, @SOS_Racisme a raison de porter plainte contre Willy Sagnol…

SOS racisme Willy Sagnol justiceSOS_Racisme a lancé une procédure judiciaire pour «incitation à la discrimination et à la haine raciale» et «injure publique» contre Willy Sagnol pour ses propos sur le «joueur typique africain.».

Depuis, on assiste à une opération bourrée d’inepties: «il faut  sauver le soldat Willy!», (…) «coupable de n’avoir rien fait d’illégal»! Entre les purement racistes, les fachos d’extrême-droite, les décomplexés des Droites, et désormais la Gauche Zemmour (une tribu perdue de la droite domiciliée à gauche, en pleine crise identitaire), il y a du monde au balcon. Le sentiment de majorité qu’ils pensent avoir laisserait presque croire que les faits reprochés à Willy Sagnol relèvent de la simple maladresse, Ben voyons…

«La plainte de trop» a écrit un blogueur que je ne citerai pas (pour l’instant) pour ne pas fâcher ses cousins fachos,  sa famille d’adoption accepte la critique, elle. A l’entendre, Christiane Taubira (les «plaintes d’avant») n’aurait pas du faire condamner la candidate FN pour ses propos racistes («pour si peu» disaient-ils), sa plainte contre Minute était certainement de trop je suppose, et la sanction «exagérée». Les «nouveaux amis de Willy Sagnol» véhiculent les mêmes éléments de langage que le Front national (pas tous) depuis des lustres: «Ah si on ne peut plus rigoler»«C’est pas grave!», ou le très sérieux et imparable: «Ce sont des paroles qu’on disait avant sans problème…» etc. Des nostalgiques de l’«avant»…

Autres arguments: «Ah les gens, s’attaquer à une légende de la France Black-blanc-beur quelle ingratitude!». Euh… je précise: Lilian Thuram est Champion du Monde 98, et on lui doit la qualification pour la finale de la Coupe du Monde de football grâce à ses 2 buts contre la Croatie. Non Willy Sagnol n’est ni champion du Monde 98, ni vainqueur de l’Euro 2000, freiné au poste de latéral droit par un certain Thuram (rancœur typique?), Zéro titre avec les bleus, donc pas dans la « légende » Black-Blanc-Beur,  ce qui n’enlève rien à ses talents, et n’aurait rien changé car un prétendu passé glorieux ne saurait être un prétexte à (…). Bref, c’est curieux d’entendre ces mêmes «amoureux de France98» critiquer Lilian Thuram parce qu’il a critiqué (à juste titre) les propos de Willy Sagnol, une logique typique-con. Sans chercher à convaincre, je vais cependant poser une question simple:

«Qui a le droit de décider que c’est fini?»

L’accusé et les amis de l’accusé? Les victimes et les ayants droit? Dire «Et c’est pas fini!»? ( j’ai vu ça dans une pub) Est-ce une «plainte de trop»? Le penser et le dire, c’est une «connerie de trop», car je ne pense pas qu’en France un jour viendra où les «victimes» seront jugées par l’accusé encore moins par «les amis de l’accusé» comme certains l’espèrent. Seule la justice peut décider en la matière, elle décide de la recevabilité de la plainte déposée et lira le droit, point. Donc,

Oui, @SOS_Racisme a raison de porter plainte contre Willy Sagnol,

Pour l’exemple, et si cela dérange certains, c’est tant mieux! Pour finir, à défaut de présenter de vraies excuses aux blessés de sa guerre des mots, je propose à Willy Sagnol de présenter ses excuses à ses «30 millions d’amis». D’ailleurs, je vais l’aider (moi aussi) dans la rédaction de ladite lettre à lire dans une nouvelle conf’de presse. Donc, Billet à suivre: « les vraies excuses de Willy Sagnol». La journée de la gentillesse est terminée. Dans l’attente…

Lire (SOS RACISME): Non, l'affaire Sagnol n'est pas close

(Et c’est pas fini!)

(…)