Refus de serrer la main du Président: M. #Valls «comprend» [sic!], donc s’en fiche et cautionne …

Aujourd’hui, un policier a refusé de serrer la main du Président de la république devant son 1er Ministre Manuel Valls, chef du gouvernement et de son Ministre de l’intérieur, le « chef de la Police ». Je résume.

image

Une insulte faite à la France et le Premier Ministre nommé par le Président d’oser: « Je comprends » (sic!).

[Donc], Manuel Valls comprend – et tolère- qu’on puisse manquer de politesse au Président de la République dans l’exercice de ses fonctions, en public et en direct à la télévision devant des millions des français, le jour de « l’hommage de la nation » aux policiers victimes du terrorisme.

«Comprendre l’attitude du policier qui n’a pas serré la main de , c’est déjà vouloir un peu l’excuser?» Je pose la question (.)

Un policier qui se soustrait au principe d’exemplarité est beaucoup mieux loti qu’un « simple pompier » qui refuserait – par exemple- de serrer la main d’un ministre de l’intérieur dans une caserne en signe de protestation pour revendiquer plus de moyens. Sauver des vies c’est moins bien que coller des tartes aux manifestants contre la Loitravail.

Et la hiérarchie bordel? L’explication de cette « tolérance Manuel Valls«  se trouve dans les pages du Figaro – qu’il fréquente désormais avec plaisir. Dans un papier de ce jour, Manuel Valls ne cache plus ses ambitions sur le long terme, il « sème pour l’avenir », pour « ses idées » et le dit…

image

« Je n’ai pas l’esprit sacrificiel », traduisons Manuel Valls désormais auto-entrepreneur (politique): « La réussite de la Gauche sur ce quinquennat dont j’ai été acteur ne m’intéresse pas, je m’en tape! François Hollande qui se fait insulter, je m’en moque, et bien en plus! Débrouillez-vous! » A peu près. Aussi, en ce « jour trahi »Manuel Valls « sauvé-de-la-Gauche »  nous tourne le dos, j’ai une pensée émue pour les #CopainPS et les #GogoFH2017, mes condoléances les plus attristées pour les blogs-à-bière et leurs « brillantes analyses de fond » qui nous ont fait bien marrer. Ils sont heureux – je suppose- de voir notre bon-vieux-Pépère se faire insulter avec la complicité de ses obligés.

Bref. Gloire à Manuel Valls, il a trahi! (Et, ça s’arrose!)

./…