#Présidentielle : À chacun sa vision de la #laïcité! Les programmes au scanner…

Oui, il m’arrive encore de lire le Journal format papier. Petit extrait du Progrès de #Lyon. Pour mieux comprendre la vision de la laïcité des principaux candidats à la présidentielle . La #Gauche est à droite de l’image et la #Droite à gauche. Le Milieu (le Centre), disons,  la « Tour de Pise » penche plus à #Droite sur cette question (de société). Faut suivre.

Laïcoyé présidentielle 2017 programmes des candidatsjpg

Deux bonnes réponses: 1. « La loi de 1905 est complète, l’une des plus belles de la République », [Benoit Hamon] 2. « L’Église chez elle, et L’État chez lui!«  [De Victor Hugo cité par Mélenchon]. Pas mieux. Et je ne résiste pas au plaisir de vous donner à lire le magistral discours de Victor Hugo du 15 janvier 1850 contre le projet de loi Falloux, lorsque la bourgeoisie et les lois antidémocratiques et, parmi elles, la loi Falloux soutenue par M. Thiers et par Mgr Dupanloup, livrait la jeunesse à la hiérarchie catholique après les élections d’avril 1848 et l’arrivée au pouvoir du « Parti de l’Ordre«  qui, aux élections de 1849, emporte les deux tiers des sièges de l’Assemblée. C’est au cours des débats acharnés qui durèrent trois mois que Victor Hugo….

victorhugoJ’aborde immédiatement la question dans sa réalité positive actuelle. Je la prends où elle en est aujourd’hui, au point relatif de maturité où les événements, d’une part, et, d’autre part, la raison publique, l’ont amenée. A ce point de vue restreint, mais pratique, de la situation actuelle, je veux, je le déclare, la liberté de l’enseignement; mais je veux la surveillance de l’État, et comme je veux cette surveillance, effective, je veux l’État laïque, purement laïque, exclusivement laïque. L’honorable M. Guizot l’a dit avant moi; en matière d’enseignement, l’État n’est pas et ne peut être autre chose que laïque.

Je veux, dis-je la liberté de l’enseignement sous la surveillance de l’État, et je n’admets, pour personnifier l’État dans cette surveillance si délicate et si difficile qui exige le concours de toutes les forces vives du pays, que des hommes appartenant sans doute aux carrières les plus graves mais n’ayant aucun intérêt, soit de conscience, soit de politique, distinct de l’unité nationale. C’est vous dire que je n’introduis, soit dans le conseil supérieur de surveillance, soit dans les conseils secondaires, ni évêques ni délégués d’évêques. J’entends maintenir, quant à moi, et au besoin faire plus profonde que jamais, cette antique et salutaire séparation de l’Église et de l’État, qui était la sagesse de nos pères, et cela dans l’intérêt de l’Église comme dans l’intérêt de l’État.

Je viens de vous dire ce que je voudrais Maintenant, voici ce que je ne veux pas :Je ne veux pas de la loi qu’on vous apporte. Pourquoi? Messieurs, cette loi est une arme. Une arme n’est rien par elle-même ; elle n’existe que par la main qui la saisit. Or, quelle est la main qui se saisira de cette loi? Là est toute la question. Messieurs, c’est la main du parti clérical. Messieurs, je redoute cette main ; je veux briser l’arme, je repousse le projet. Cela dit, j’entre dans la discussion. J’aborde tout de suite, et de front, une objection qu’on fait aux opposants placés à mon point de vue, la seule objection qui ait une apparence de gravité. On nous dit: « Vous excluez le clergé du conseil de surveillance de l’État, vous voulez donc proscrire l’enseignement religieux? »

Messieurs, je m’explique. Jamais on ne se méprendra, par ma faute, ni sur ce que je dis ni sur ce que je pense. Loin que je veuille proscrire l’enseignement religieux, entendez-vous bien? Il est, selon moi, plus nécessaire aujourd’hui que jamais. Plus l’homme grandit, plus il doit croire. Plus il approche de Dieu, mieux il doit voir Dieu.

Je veux donc, je veux sincèrement, fermement, ardemment, l’enseignement religieux, mais je veux l’enseignement de l’Église et non l’enseignement religieux d’un parti. Je le veux sincère et non hypocrite. Je le veux ayant pour but le ciel et non la terre;

je ne veux pas qu’une chaire envahisse l’autre; je ne veux pas mêler le prêtre au professeur. Ou, si je consens à ce mélange, moi législateur, je le surveille, j’ouvre sur les séminaires et sur les congrégations enseignantes l’œil de l’État, et, j’y insiste, de l’État laïque, jaloux uniquement de sa grandeur et de son unité. Jusqu’au jour, que j’appelle de tous mes vœux, où la liberté complète d’enseignement pourra être proclamée, et en commençant je vous ait dit à quelles conditions, jusqu’à ce jour-là,

je veux l’enseignement de l’Église en dedans de l’Église et non au dehors. Surtout je considère comme une dérision de faire surveiller, au nom de l’État, par le clergé l’enseignement du clergé. En un mot, je veux, je le répète, ce que voulaient nos. pères, l’Église chez elle et l’État chez lui.

L’Assemblée voit déjà clairement pourquoi je repousse le projet de loi ; mais j’achève de m’expliquer. Messieurs, comme je vous l’indiquais tout à l’heure, ce projet est quelque chose de plus, de pire, si vous voulez, qu’une loi politique, c’est une loi stratégique. Je m’adresse, non, certes, au vénérable évêque de Langres, non à quelque personne que ce soit dans cette enceinte, mais au parti qui a, sinon rédigé, du moins inspiré le projet de loi, à ce parti à la fois éteint et ardent, au parti clérical. Je ne sais pas s’il est dans le gouvernement, je ne sais pas s’il est dans l’assemblée; mais je le sens un peu partout. Il a l’oreille fine, il m’entendra. Je m’adresse donc au parti clérical et je lui dis Cette loi est votre loi. Tenez, franchement, je me défie de vous. Instruire, c’est construire. Je me défie de ce que vous construisez.

Je ne veux pas vous confier l’enseignement de la jeunesse, l’âme des enfants, le développement des intelligences neuves qui s’ouvrent à la vie, l’esprit des générations nouvelles, c’est-à-dire l’avenir de la France,

parce que vous le confier ce serait vous le livrer. Il ne me suffit pas que les générations nouvelles nous succèdent, j’entends qu’elles nous continuent. Voilà pourquoi je ne veux ni de votre main ni de votre souffle sur elles. Je ne veux pas que ce qui a été fait par nos pères soit défait par vous.

Votre loi est une loi qui a un masque.

Elle dit une chose et elle en ferait une autre. C’est une pensée d’asservissement qui prend les allures de la liberté. C’est une confiscation intitulée donation. Je n’en veux pas. C’est votre habitude. Quand vous forgez une chaîne, vous dites: « Voici une liberté! » Quand vous faites une proscription, vous criez : « Voilà une amnistie ». Et vous voulez être les maîtres de l’enseignement. Et il n’y a pas un poète, pas un écrivain, pas un philosophe, pas un penseur, que vous acceptiez!

Et tout ce qui a été écrit, trouvé, rêvé, déduit, illuminé, imaginé, inventé par les génies, le trésor de la civilisation, l’héritage séculaire des générations, le patrimoine commun des intelligences, vous le rejetez! Si le cerveau de l’humanité était là devant vos yeux, à votre discrétion, ouvert comme la page d’un livre, vous y ferez des ratures! Convenez-en!

Et vous réclamez la liberté d’enseigner! Tenez, soyons sincères; entendons-nous sur la liberté que vous réclamez c’est la liberté de ne pas enseigner. A qui en voulez-vous donc? Je vais vous le dire vous en voulez à la raison humaine. Pourquoi? Parce qu’elle fait le jour. Oui, voulez-vous que je vous dise ce qui vous importune?

C’est cette énorme quantité de lumière libre que la France dégage depuis trois siècles, lumière toute faite de raison, lumière aujourd’hui plus éclatante que jamais, lumière qui fait de la nation française la nation éclairante, de telle sorte qu’on aperçoit la clarté de la France sur la face de tous les peuples de l’univers.

Eh bien cette clarté de la France, cette lumière libre, cette lumière directe, cette lumière qui ne vient pas de Rome, qui vient de Dieu, voilà ce que vous voulez éteindre, voilà ce que nous voulons conserver!

Je repousse votre loi. Je la repousse parce qu’elle confisque l’enseignement primaire, parce qu’elle dégrade l’enseignement secondaire, parce qu’elle abaisse le niveau de la science, parce qu’elle diminue mon pays.

VICTOR HUGO

Maintenant vous savez. (De rien)

./…

Publicités

La solitude de Jean Luc Mélenchon (une image saisissante)…

Avec une telle « mobilisation« , l’injustice fiscale peut dormir tranquille…

20131201-213143.jpg

On va dire qu‘il y’avait foule. Le pauvre, le « Peuple » est pénible, les gens!…

Édit (02 déc). Et la supercherie devient L’affaire Mélenchon-TF1.. Tiens.

L'affaire MélenchonLIre: L’Affaire Mélenchon

« Ne Mélenchon pas tout » a dit Antoine De Caunes. Oui mais, ça va l’occuper…

[source]

JL Mélenchon, Candidat à la Mairie de Hénin-Beaumont 2014?…

La question se pose, et dejà quelques fuites dans le microcosme parisien, rien d’officiel, pour l’instant. Dans le Journal du Dimanche, notre Jean Luc National, qui apparemment a passé de très mauvaises vacances, a osé cette phrase: « Valls est contaminé par le Front National« . Il parle certainement par expérience pour quelqu’un qui voulait faire du FN son cheval  de bataille avant de jeter l’éponge, suite à des défaites électorales à répétition…

20130818-100539.jpg

Sa copine Marine le Pen participera à la bataille 2014 dans la commune de Henin Beaumont. La sortie anti-Valls de Jean Luc Mélenchon de ce dimanche peut laisser croire qu’il pense toujours à cette terre ouvrière de gauche, gangrenée par le FN. Les militants FrontdeGauche penseraient (je suppose) à une pétition en ligne pour inciter leur champion à se lancer dans la bataille des municipales, pour préserver son domaine de chasse. Dans une France en phase de reprise économique, un repli stratégique sur Henin-Beaumont est vivement conseillé, pour exister, politiquement…

JL Mélenchon Henin-Beaumont2014, ira, ira pas? En 2012, il avait déclaré: « Je suis toujours prêt à servir (…) si les camarades pensent que c’est utile que j’y sois, je ne me défilerai jamais« . Il avait fait une promesse aux habitants de la ville après sa défaite au 1er tour des législatives 2012: » Je reviendrai« .

Jean Luc, parole de « camarade« , il faut y aller, y a du boulot là-bas. Oui c’est utile, pour les ouvriers, le peuple, pour la légitimité du suffrage universel, pour le pouvoir par les urnes, etc… Et, fiche-nous la paix avec tes sorties de route à répétition. Si tu veux servir la Gauche, tu sais ce qui te reste à faire. Amitié.

BdG.

Législative: victoire du Front, pas de Gauche… #villeneuvesurlot

La législative partielle de Villeneuve-sur-lot appelle un commentaire, disons un constat. D’abord, les résultats…

Villeneuve sur lot

Résultat du Front de Gauche? 5,08%. Un second tour Droite contre Droite. Constat amer: Depuis la création du Front de Gauche de Jean Luc Mélenchon, le Front national, élection après élection, affiche des résultats en hausse (Présidentielle 2012, Législative de Henin Beaumont avec l’élimination de Mélenchon, Législative partielle de l’Oise et maintenant, Villeneuve-sur-lot…)

Je ne pointe aucune responsabilité, le FdG n’est pas responsable de cette montée, mais,  on peut constater que, l’objectif « combattre le FN » du Front de Gauche est un échec. La récréation verbale de Jean Luc Mélenchon n’a aucun effet sur le Front National. C’est même l’effet inverse qui se produit, le FN explose les compteurs, en hausse. A l’Assemblée nationale le siège vacant de la 3ème circonscription du Lot-et-Garonne (J. Cahuzac) ne l’est plus, il est passé à Droite…

Assemblée nationale

Réfléchir.

Les conseils avisés de JL Mélenchon, le druide…

Melenchon Massy 1992La grandiloquence de Jean Luc Mélenchon, le druide du Front-de-Gauche exige qu’on s’y attarde encore un peu. Il veut faire gagner la Gauche avec sa verve oratoire, sa faculté d’encenser les foules, il a du talent et malheureusement un très gros défaut: Perdre les élections.

Depuis bientôt un an, il excelle dans la critique de la gauche au pouvoir. La droite espère le voir rogner l’électorat PS et certains activistes l’imaginent déjà dans une 6eme République, celle du plein-emploi.

Le critiquer? Non, il faut l’écouter. Tenez, le 30 mars 1992, JL Mélenchon, candidat du Parti socialiste était battu de 70 voix (ça arrive, souvent…) lors des élections cantonales à Massy par un jeune candidat UDF. Il avait imputé sa défaite au maintien de la liste « Génération écologie » au 2nd tour…

[Voir la Vidéo sur Youtube, puis revenir. On a pas fini.]

1. « On est battu par nous-mêmes, par la division« …[Note]: Il se veut Premier opposant de Pépère mais n’aime pas la division.

2. « Génération Écologie, ça s’appelle ça« … [Note]: Il est désormais écologiste à Notre-Dame-des-Landes, et sur le le Lyon-Turin

3. « Si la mode c’est de se maintenir dès qu’on a 10% des voix quoi qu’il arrive, il n’y aura bientôt plus d’élus de gauche dans ce pays!.. [Note]: On vérifiera lors des municipales de 2014. Tiens, et s’il se présentait à cette élection JL Mélenchon?  Une bonne occasion d’affronter le suffrage universel et de battre un candidat PS! Allez Jean-Luc, comme à Hénin-Beaumont

Je vais de suite rassurer les sympathisants du Front-deux-Gauches. (on peut le dire), je partage votre avis: Le plein-emploi d’abord! Je n’ai nullement l’intention de dénoncer le pseudo discours moral du Grand Druide Mélenchon. Évitons donc l’immoral mais gardons à jamais dans notre mémoire les bons conseils de celui qui (peut être) va poignarder toute la gauche…

JL Mélenchon a aussi une « mémoire numérique« , il suffit de.., surtout à l’approche du Printemps des cons

Amen.

Pas d’ouragan Mélenchon, juste un vent faible…

Jean-Luc-Melenchon_pics_809Tel un Ducros, Jean Luc Mélenchon se décarcasse depuis des mois, il a oublié la droite, Henin-beaumont et le Peuple pour se focaliser sur la critique du gouvernement.

Il rêve d’une 6eme République, de Matignon avec Eva Joly à la Justice, François Delapierre, son bras gauche pour remplacer Pierre Moscovici à Bercy, il pense à Gérard Filoche dans un grand ministère des affaires sociales et du travail, à Marie-Noëlle Lienemann au Ministre des affaires étrangères. Mélenchon rêve surtout d’un grand coup de balai en gardant Benoît Hamon au Budget, et Cécile Duflot à l’Intérieur. Mettre Jean-Yves Le Drian aux anciens combattants, Michel Sapin à la culture, une fiction politique (Rue89) de sa marche sur la Bastille etc. En vain, les français n’adhèrent pas à son discours

20130505-125925.jpg

Non, ce n’est pas suffisant pour Matignon. Depuis l’arrivée de François Hollande à l’Élysée, L’évolution de l’image de Jean Luc Mélenchon baisse. Malgré ses critiques à répétition, il n’avance pas. Il n’ y a pas d’ouragan Melenchon, juste un vent faible… Il faut l’aider. On vient de nommer David Martinon « Représentant spécial de la France pour les négociations sur le numérique », on peut bien nommer Jean Luc Mélenchon « Ambassadeur de France au Vénézuela », chez Chavez non?

Il faut l’aider Jean Luc, pour qu’il serve à quelque chose…

SourceGraphique.

Effet Patrick Buisson chez Mélenchon: Vite un vaccin!…

Un virus politique altère les fonctions cognitives de la démocratie française. La pathologie? La buissonnitude aiguë.

20121211-185943.jpg

Après avoir infecté la compagne présidentielle de Nicolas Sarkozy (La France Forte) puis l’UMP team Copé (Droite Forte), l’effet buisson affecte depuis peu le Front de Gauche (Gauche Forte?). Déjà une victime en la personne de GdC, qui rêve de Matignon pour son champion Jean Luc Melenchon.

« Ça m’écorcherait les lèvres de le dire, et mes doigts de l’écrire, compte-tenu des options idéologiques nuisibles d’un tel «homme de l’ombre »… Même si ce n’est pas pour les mêmes motifs que lui. Mais si Buisson avait raison? Si finalement la dissolution était non seulement probable, mais nécessaire? » [Lire]

Vite, un vaccin! On est en train de le perdre…

Sortir du Nucléaire?: Mélenchon propose un référendum….

Mélenchon…

Dans son débat sur France Télévision face à Jean François Copé, le représentant du Front de Gauche à la Présidentielle de 2012, Jean Luc Mélenchon propose un référendum pour la sortie (ou pas) du nucléaire.

Il est pour la sortie du nucléaire et, dans un souci de compromis, propose à la collectivité une consultation populaire: Demander leur avis aux français sur la sortie (ou pas) du nucléaire.

La météo nucléaire ci dessous donne quelques indications et pistes de réflexion..

Vraie question ou simple argument de campagne? Personnellement, je n’ai un avis tranché sur la question de notre avenir énergétique. En savoir un peu plus, sur le Mox par exemple, ne serait pas une mauvaise chose. Alors, Êtes vous pour ou contre un référendum sur l’avenir énergétique de la France?

Deux questions donc. 1- Pour ou contre l’idée du référendum. 2- Pour ou contre la sortie du Nucléaire?

CC à Eric Mulhouse.