Sarkozy, l’après > La difficile carrière à l’international…

A peine 57 ans et déjà à la retraite (politique). Les spéculations vont bon train sur la reconversion de Nicolas Sarkozy, Avocat de profession. Que fera ce jeune retraité de la République? Une carrière à la Bill Clinton où à la Tony Blair? Possible.

Certains  »ex-grands » ont trouvé dans cette branche, une filière de reconversion. Conférences payantes, Responsable d’un très grand groupe (ex-Chancelier Schröder, Patron de GazProm) etc.

Daniel Cohn Bendit a déclaré sur Canal+:

Sarkozy pense que la France ne le mérite pas, et maintenant, il va chercher à faire du fric.

Dans le cas de Nicolas Sarkozy, les choses ne sont pas aussi simple.  »Pas sûr que le reste du monde le mérite » car, il n’a pas une brillante image  à l’international.

Un exemple. Sarkozy défait, les turcs sont très contents. C’est peut-être le pays qui s’est le plus réjoui du résultat de la présidentielle française car, depuis 5 ans, jamais les rapports entre la France et la Turquie n’avaient été aussi crispés…

On peut ajouter à cette  »méprisance’‘: Les Rom’s, les Mexicains (affaire Florence Cassez), les Espagnols, les Grecs, les Belges, les Anglais (refus de David Cameron de valider la discipline budgétaire, Crise de l’€uro, déc 2011), les tunisiens (Ben Ali, Michelle-Alliot Marie, Révolution Arabe) et une grande majorité des pays arabes, les Africains (Discours de Dakar), Les Brésiliens (Refus achat Rafales), Les Colombiens (Ingrid Betancourt, l’autre), Le Luxembourg (Viviane Reding), Les Français etc….

Pour ce genre d’activité à l’international, il faut un minimum: être libre de toutes contraintes judiciaires. Là aussi, il y a comme un problème. Certaines convocations attendent l’appel du 18 juin, date-fin de l’immunité présidentielle…

Publicités