Non, je ne voterai pas par compassion, ni par défaut….

Non, je ne voterai pas par compassion, ni par défaut….  Le vote est un acte citoyen fondé sur des valeurs morales, fruit d’une lecture saine et apaisée de la société. C’est une conviction

Mon vote va répondre à une question fondamentale: Quel avenir pour mon pays dans les années à venir? Cette question appelle des réponses sur les questions économiques, elle scrute et analyse la gouvernance de la France de ces dernières années. Il s’est passé des choses, je n’oublie pas

La France a t-elle été bien géré? Dois je me contenter des effets d’annonce? Suis je à même de lire les résultats statistiques de cette gestion finissante? Dois je renoncer à ma capacité d’analyse? Non, nos victimes ne le demandent pas, ils ne le peuvent. et, je ne reconnais à personne le droit de le suggérer en leur nom. Victimes aussi nous sommes.

J’ai fait un choix depuis quelques mois déjà: Je voterai François Hollande.

Pourquoi?

Parce que j’ai lu son programme et donc ses 60 propositions pour la France
Parce que son approche de la société est conforme à l’idée de la France que je veux laisser en héritage à mes enfants.

Du Figaro à Rioufol en passant par les adeptes de  »je te fais peur pour que tu votes pour moi », ma réponse est simple: Non, je ne voterai pas par haine de l’autre.

Les responsables de ces actes barbares n’influenceront pas mon vote non plus. Mon vote, c’est mon bien et, je suis libre d’en décider. Mon vote, c’est l’acte fondateur de ma liberté. Il ne saurait être influencé par ceux là même qui ont échoué dans leur mission, dans cette mission de protéger les français du terrorisme, de la barbarie, du chômage et de la baisse du pouvoir d’achat. Non, je ne serai pas prisonnier de vos turpitudes…

Libre je suis, Libre je voterai.

Ma compassion est sans conteste dans la dure épreuve que nous traversons. Et, mon vote ne saurait être compassionnel. Nos victimes ne me l’exigent pas. Pas sûr que ceux qui me l’exigent ou l’espère  par leur discours en soi digne.

Qui était responsable de notre sécurité? Je ne saurai confier ma  »sécurité » à ceux là même qui ont réduit les budgets de notre armée, de notre Gendarmerie et police , et de l’éducation nationale. Qui a fait des  »économies » sur notre sécurité?. Un quinquennat n’est pas un cycle d’apprentissage. Oui, moi aussi  »j’ai appris ». Désolé,   »aide-toi » et le ciel...

Ce drame conforte mon choix. Celui de la liberté de voter.
Non, je ne voterai pas par compassion, ni par influence
Je ne voterai pas  »utile » mais par conviction

Je voterai ….

Publicités

De Montauban à Toulouse > Le poids des mots…

Non, ce n’est pas la faute aux jeux vidéo comme le pense Laure Manaudou. Le Mal est plus profond. Panser les maux de la société, penser les mots justes pour les familles endeuillées, les mots pour expliquer ce qui ne doit pas être.

Se taire, respecter le silence
La mettre en veilleuse, se recueillir
Puis, dénoncer le Mal
Chercher les coupables
Le dire.

C’est la faute à personne? Je ne pense pas non…

1. D’abord à Montauban, trois militaires lâchement assassinés. Leur particularité? Maréchal des Logis Chef Imad Ibn Ziatem, Caporal Abel Chennouf, Le Para Mohamed Legouad, tous trois d’origine musulmane, …
2. Le quatrième militaire, blessé, Loic Liber d’origine antillaise.
3. Aujourd’hui, ce matin, devant cette école de Toulouse, l’innommable: des enfants tués (Areyh 3 ans, Gabriel 5 ans, Myriam 7 ans, un jeune adulte (Rabbi Jonathan Sandler, le père de Areyh et Gabriel) dans son devoir de père au nombre des victimes. Particularité? De confession israélite. (source).

Des victimes, avec une particularité commune en plus de la nationalité. Pas besoin de faire un dessin, ni de mot pour le dire…

Les coupables? Semble t-il d’anciens militaires, des « branquignols » proches des mouvements « néonazis« , de l’extrême droite selon lepoint.fr. La similitude des origines des victimes devrait nous pousser à réfléchir sur la société, sur notre modèle de société. Insinuations à répétitions, invectives affichées contre certaines catégories de la population, allusions affichées sur les rites et coutumes des uns des autres etc… Tel devient le flot d’un certain langage dit décomplexé. La faute à personne? Peut être pas…

Certains pèseront le poids de leurs mots, ils réfléchiront sur les conséquences implicites de leur récréation verbale et, sur la responsabilité de leurs mots sur les maux de notre société. Tout n’est plus possible...

Éprouvons.