Afrika Obota ou « Mère Afrique » de Pierre Claver #Akendengue. Billet [@Zgur_ Music] …

Dans le casque «Extimités (musicales)» l’émouvante « Africa Obota » ou «Mère Afrique» du Grand Pierre Claver Akendengue, l’encyclopédie de la musique africaine. L’ami @Zgur_ ne jure que par lui. Il connait #AfricaObota, ce sublime chant en langue Omyènè du Gabon qu’il ne … parle pas – à vérifier-. Et ça l’a marqué, moi aussi d’ailleurs, depuis tout petit au Congo, une mélodie très présente sur le «Grundig Satellit 2000» – la radio de mon Père- toujours connecté sur les ondes courtes d’ «Africa n°1, Boite postale 001 Libreville Gabon» (comme l’annonçait le générique, de mémoire). Au menu, une longue intro symphonique qui sublime la «Mère Afrique» au rythme guitare acoustique et percussions (bongos, congas, goumbis, talking drums, etc). J’avoue, ce beau refrain «🔊Congoooôôôô-ho! Algérie! Nigéria 🎶Zaïre – Ghana🎶 – Éthiopie🎵 – Camerounnn!🎶🎶» à 2’20 m’a beaucoup marqué, une vieille addiction que je vous livre …

Pour la « récitation des pays d’Afrique » y a pas mieux, en musique en plus, je le conseille. Ouvert et très engagé, « plus grand » que Manu Dibango en Afrique mais moins connu à l’international, Pierre Claver Akendengue avait répondu au «discours de Dakar de Sarkozy» en novembre 2008 dans « Vérité d’Afrique », un album vision globale de l’histoire de l’Afrique, à découvrir.

Africa Obota Pierre Akendegue

🎶Africa! Africa! Africa! Africa ! [En savoir plus, relire billet Zgur de juin 2009]

./…

Publicités

Indépendance « chacha » du #Congo: Et la pirogue «Les Jours heureux» toujours pas là…

Congo Indépendance Brazzaville KinshasaEn Afrique dans « le Pays Bantou», il y a deux Congo, deux capitales: Brazzaville et Kinshasa. Le Kongo, pour l’écrire à l’ancienne, est un « pays 2-en-1 » traversé par le majestueux fleuve du même nom, avec deux dates d’indépendance: le 30 juin 1960 pour le Congo-Kinshasa [RDC, Ex Congo-Belge, ex-Zaïre], et le 15 Août de la même année pour le Congo-Brazzaville (Ex Congo Français), le pays du #MadeinSape, chez bisso-na-bisso. On parlera du Cabinda (3ème Congo, ex Portugais) une autre fois.

Et pour sceller dans le marbre la liberté enfin retrouvée, André Malraux avait fait le déplacement à Brazzaville, le Roi Baudoin de Belgique avait rencontré nos cousins d’en face. « Cérémonie remise des clés », le proprio reprenait enfin son bien après des centaines d’années d’esclavage et de colonisation. L’année 1960 marquait la fin du bail en Afrique, mais dans l’euphorie, on avait oublié de vérifier « l’état des lieux sortant ». On ne savait pas …

Et depuis, comme des cons, on n’arrête pas de rembourser cette caution longue comme un bras késapélério « la dette« , plus les intérêts. Bref, passons. Ah l’indépendance! Une bien «belle époque», celle de l’espérance et du « kimpwanza », symbolisée par une mélodie mythique, « Indépendance Chacha » de Joseph Kabasselé dit Grand Kallé, une chanson référence des indépendances africaines, dans le patrimoine culturel de tout un continent – pour l’Unesco, il faut vérifier-. C’est cette agréable sonorité que je partage en ce jour 1er de la liberté de cette terre ancestrale qui m’a vu naître et grandir. Nostalgie perso, en musique, via un clip complainte de la «nouvelle génération», une vraie réussite visuelle et musicale. Chantons! «Indépendance cha-cha to zoui hé! Ô kimpwanza cha-cha to bakiri !

Non, je n’ai pas connu ce « bon vieux temps », je suis de «la génération d’après», celle qui attend toujours que la pirogue « les Jours heureux » remonte ce putain de fleuve pour accoster au Beach Ngobila (Brazza) et sur l’autre rive du Pool Malébo (Kinshasa), avant d’emprunter les «routes imaginaires» de ce grand territoire de l’Afrique centrale pour enfin déverser les bienfaits de la liberté toujours attendue comme le rappelle Alain Mabanckou. Mais bon, mieux vaut être pauvre et libre que  …  sous tutelle, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras n’est ce pas?.

Indépendance bla-bla  (version originale ici)

./…

« Tajabone » à l’Élysée: Le «Jour de Gloire» des soldats #MadeinAilleurs est arrivé (Woléy!) …

Des soldats #MadeinAilleurs à l’Elysée, c’est Tadjabone. Près de 60 ans après les indépendances africaines, on fête « Tajabone à l’Élysée » , une réception tardive mais officielle par le Président de la république. Pour ces enfants d’Afrique originaires des rives du fleuve Sénégal, de la forêt équatoriale du Congo, des vallées de la Centrafrique ou des contrées ivoiriennes, le «Jour de Gloire» est enfin arrivé

François Hollande va naturaliser 28 anciens tirailleurs africains

Venus d’ailleurs (woléy), désignés volontaires sous les trois couleurs (woléy), les #AdamaTraoré, #BlackM & #Théo d’avant, (woley), ils ont formé et tenu les rangs (woléy) dans différentes opérations militaires entre 1857 et 1960 (woléy). Pour ces valeureux soldats de la «guerre de Navarre» (woléy), aujourd’hui à l’Élysée (woléy) grâce au travail acharné de la génération d’après (woléy), le Griot chantera ces valeureux guerriers qui honorent leurs Pères & Mères (woléy).

Aujourd’hui à l’Élysée, camp #decolonial, c’est «Tajabone », On fête le Tajabone. Oui, Ta..Tajabone, Woléy !

./…

Comprimé (politique): Jamiroquai, «Deeper Underground»…

Pour éviter le «Deeper Underground» de l’actuenfolie, Jamiroquai, Godzilla The Album (1998).

Un comprimé (politique) loin du flot, en musique, cette littérature qui s’ignore...

./…

C(pas) l’Afrique: Without me…

Loin de la Cabane bambou, «C l’Afrique» marque une pause et vous dit: Without Me, mais avec Eminem et Dr. Dre (feat. Obie Trice).

 Hum dei dei la la Hum dei dei la la… la la la …

(…)

[REC] D. Martin ridiculise The Artist… Cc @Mapyntonga

Pour ce Dimanche-de-Pâques, Marie-Pierre Medounga, Rédactrice-en-chef [REC], désignée volontaire by Me 😉 , présente…

20130331-101155.jpg

Préparez votre casque audio pour découvrir le vrai black Harlem shake ou, « comment ridiculiser The Artist« . Prêts?

Merci à Marie-Pierre Medounga de Media Presse & Communication, notre Rédactrice en Chef de ce dimanche de Pâques. Ah! L’édito du lundi de Pâques sera l’œuvre de Trublyonne , El’Shazam bien.

Coldplay – Paradise (Peponi) African Style (ft. Alex Boye)

Une très bonne version de Paradise (Coldplay), pas encore disponible chez PGildan, Écoutez (avec un casque pour le son caché)…

Pepo-ni \pé-põ-në\n.

  • An Swahili word meaning Paradise
  • An African spin on the ColdPlay tune by ThePianoGuys
  • Coldplay – Peponi African Style (featuring. guest artist, Alex Boye

En conclusion

Musique: n, f
Origine : Afrique.

CQFD.

A mon ami Laurent dit @lolobobo: ‘’Voici lolo‘’… #chansondesblogueurs

ici Radio lolo... pas de stress

Blogs en musique. Entre politique et musique, un p’tit air traverse les blogs. Pour pallier à l’absence du désormais ‘’Tube de l’été‘’, l’ami Laurent B. dit @lolobobo demande aux blogueurs de France et de Navarre de proposer leur tube de l’été, afin de réaliser collectivement un ‘’Bestof Eté 2011‘’.

Le CD Vidéo Blu-ray 3D sera produit par LeftsBlog’Production. Sortie prévue le 10 Août à Lyon lors d’un Kremlin des Blogs décentralisé animé par le Maître de Cérémonie Nicolas. Dans le jury de sélection Minijupe, Le Griffon, Trublyonne, Littlecelt, Camille, Jean, Romain, Le Mot du Gone.  Pour ma contribution sociale jegounotronée, je n’ai pas eu à chercher longtemps. Il me fallait tout simplement  ‘’rendre à lolo ce qui est lolo… ‘’

Alors, j’ai trouvé le ‘’lolobobo fan club‘’. Ceci grâce à un pote ivoirien qui m’a récemment vanté les mérites de la musique de chez lui. Il n’a jamais apprécié le ‘’succès‘’ en France des petits groupes africains du style Magic System. Il aime dire:

Magic System?! c’est musique des blancs!

A Abidjan, ils ne sont pas garçons! c’est Meiway qui est gaou…

La chanson ci dessous est une nouvelle version de  ‘’Miss lolo‘’ de Meiway, l’artiste ivoirien le plus célèbre partout en Afrique et, dans la communauté black en occident.

Conseil: Ne parlez pas de Magic System à un black, surtout pas…

La preuve…

Alors Laurent…  heureux?  Copie Carbone à jujusete et à SandZara, PensezBibi, Zette&City

Papa Wemba & Ophelie Winter:[Clip] ‘’ Pas elle ‘’ Ye te oh…

Vacances, détente…

Un duo étonnant? Pas vraiment. Papa Wemba, icône de la musique africaine en duo avec Ophélie Winter (Dieu m’a donné la foi) est un savant cocktail des rencontres que seule la musique propose. La perf’ d’Ophelie? c’est de chanter(refrain) en Lingala, langue populaire d’Afrique centrale (Congo). Clip enregistré en 2010. Apprécions…

Sites officiels: Papa Wemba  Ophélie Winter