La charge du #NYTimes: Halloween ou « les morts-vivants » de la politique française …

« Les morts-vivants hantent depuis longtemps la politique française. Certains ressuscitent après avoir frôlé la mort (on va dire Alain Juppé), alors que d’autres continuent d’exister politiquement (Nicolas Sarkozy) alors qu’ils sont déjà morts. Le président français François Hollande appartient à cette deuxième catégorie »,

Intro du  New York Times dans un papier au vitriol que je vous résume  en une image …

f-hollande-new-yorkj-times

Plongé dans un abîme de popularité, « François Hollande, dont la carrière politique est quasiment terminée, a tout simplement choisi un dernier suicide ». Constat que nous rappelle Jeff Melclalex sur Facebook: «Il avait tous les pouvoirs: 1. la majorité à l’Assemblée, 2. la majorité au Sénat, 3. 21 régions sur 22 et, 61 départements sur 101, 4. deux villes sur trois. Et, cinq bérézinas électorales et un virage social-libéral plus tard, il ne reste que la maison mère à l’Élysée». A perdre la raison, une terrible déchéance de présidentialité

« L’élection présidentielle l’année prochaine apparaît comme un droit de perdre«  ajoute Adam Nossiter qui signe ce papier assassin dans le New York Times.  Quand je pense à toute cette « bande de citrouilles » qui hier encore crachait sur nos alertes (vallscinées) et qui aujourd’hui font du HollandeBashing -ils se désolidarisent-, il y a de quoi coller des baffes.

Joyeux Halloween les gens.

./…

Publicités

Amphigouri (politique): le «#Valls Camp décolonial» Vs #NYTimes, le ratage décodé …

Il a pris sa plume pour répondre à l’article « Regards changés et langues déliées » paru dans les colonnes du New York Times le 2 septembre, et comme pour la déchéance de nationalité – sur Facebook-, Manuel Valls s’est planté. C’est l’avis des décodeurs du journal le Monde qui passent sa tribune en revue …

valls-ney-york-times-decolonial

Raté! L’argu tombe à l’eau. Le « Valls Camp décolonial » – pour ne pas dire ce séminaire- n’était pas « réservé aux blancs » comme on a pu le lire çà et là. C’était une mutinerie – on va dire ça- « réservée aux personnes concerné·e·s par le racisme d’État (..) avec pour objectif de confronter les plus jeunes aux questions qui les touchent et de faire se rencontrer et travailler ensemble des groupes qui n’en ont pas l’habitude. Le camp s’inscrit – je cite- dans la tradition des luttes d’émancipations décoloniales anti-capitalistes et d’éducation populaire. ». C’est ce qu’on peut lire sur le site dédié

cdecolonial

Question: Qui avait  prévu de passer ses vacances cet été à Reims? Pas moi! Avec toute la presse autour cet événement – un vrai succès médiatique il faut dire-, il faut croire que désormais,  « ne pas recevoir des gens sobres dans une réunion d’alcooliques anonymes, c’est faire acte de discrimination, ou peut-être bien du communautarisme »On avance. Avec toute cette publicité, Manuel Valls a fini par les rendre populaire, même dans le New York Times! C’est malin. L’organisation va finir par lui offrir des tickets gratuits pour l’été 2017, il ne sera plus à Matignon, et ça lui fera des vacances. Rappel

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et cette condamnation de l’État pour racisme avéré, c’est l’oeuvre des organisateurs de ce « camp décolonial » autour de la redoutable Sihame Assbague la « Malcom X ». Voilà qui explique bien de choses. « Qui veut noyer son chien l’accuse de (…)« . Manuel Valls ou comment créer les conditions d’un repli identitaire, et comment le sacrer dans le voisinage de la Cathédrale de Reims. Genèse. Hier encore, il était question de faire barrage au Front National, aujourd’hui, c’est tout un « boulevard » qu’il leur offre avec cette récurrente phobie identitaire, ces « ridicules approximations » qui révèlent un peu plus son amphigouri (politique), et qui entachent durablement l’image de la France au yeux des américains, et du monde. Le marquis Gilbert Motier de La Fayette doit se retourner dans sa tombe.

./Lire+

Tiens, un noir à la tête du New York Times (Dean Baquet)…

Ils ont mis le Baquet avec Dean! Dean Baquet, issu d’un milieu modeste de La Nouvelle Orleans, prix Pulitzer (au Chicago Tribune), renvoyé du Los Angeles Times pour avoir refusé de supprimer des emplois, (c’est un mec bien, il avait fait un trou dans un mur du journal après avoir appris qu’une histoire ne ferait pas la Une), Dean (Baquet) 57 ans, est devenu le premier journaliste noir nommé à la tête du prestigieux New York Times, 1.200 personnes, une des plus importantes aux États-Unis.

20140516-083345.jpg

«C’est un honneur pour moi que d’être invité à diriger la seule rédaction du pays qui est meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a encore une génération, c’est un journal papier très puissant avec un lectorat très reconnaissant, on doit protéger cela quand on arrive là».

20140516-083439.jpg

Il a du boulot dans ce monde de l’édition menacé par le numérique. Et, ce nom très français chez un noir de la nouvelle Orléans, hum, bizarre 🙂 Question: « Quelle est la proportion de journalistes issus des minorités dans la presse française? ». Je ne sais pas s’il existe des journalistes noirs au Figaro, si quelqu’un a des infos…

Sinon, on l’appelle Dean, Dean Baquet, le Boss…

[source]

Nadine Morano, Candidate à l’élection présidentielle de 2017…

Portée disparue dans la campagne 2012, Nadine Morano s’active et prépare déjà 2017. C’est le bruit qui court dans les coulisses de l’UMP de Paris. Nadine Morano s’active déjà pour l’élection présidentielle de 2017. Jean François Copé encore sous le coup de Bourdin du vendredi sur BFMTV ne décolère pas.

C’est la conséquence d’un élément de langage UMP.  »François Hollande n’a pas d’expérience ministérielle pour devenir Président de la République ». L’absurdité de cet argument  »Anti-Hollande » est prise très au sérieux à l’UMP. A défaut de convaincre les Français (Hollande est toujours vainqueur au 2è tour face à Sarkozy), l’argument a convaincu d’anciens ministres qui pensent dejà à l’échéance présidentielle de 2017. La dernière déclaration de Bernadette Chirac (François Hollande n’a pas le gabarit (et l’expérience ministérielle) pour être Président de la République) les conforte dans cette conviction.

Un faisceau de faits concordants laisse penser au sérieux de cette éventualité. En effet, évincée de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par les amis de Copé, l’aboyeuse en chef de la Sarkozie affute ses armes. Et, ça bouge! David Douillet, Fadela Amara, Bernard Laporte, Brice Hortefeux etc… manifestent aussi leur intérêt pour la mise en place des primaires citoyennes en 2017 pour élire le candidat de l’UMP-2017 comme l’a fait avec brio le PS avec à la clé l’élection de François Hollande par plusieurs millions de Français.

Jean François Copé campe sur ses positions. Cette situation est aussi la conséquence d’une très mauvaise presse de Sarkozy dans le monde. La presse américaine pense que ‘‘l’effet Toulouse » n’aura pas lieu au bénéfice de Nicolas Sarkoz. Le très sérieux TIME l’épingle avec ce titre à la UNE  »Adieu ? Nicolas Sarkozy ». Cette slave vient après celle du New York Times qui déjà l’avait dénommé  »Nicolas Le Pen’‘. Et l’Europe n’est pas en reste…

 »Angela Merkel s’active pour un rapprochement avec François Hollande » nous apprend lemonde.fr. La presse et les politiques sont convaincus que Nicolas Sarkozy est l’homme d’un seul mandat comme l’écrit le TIME.

A l’UMP, cette certitude est partagé avec le maitre-mot: refondation. Car

A l’UMP, être ou avoir été ministre est une compétence présidentielle.

Les présidentiables de l'UMP pour 2017
Les présidentiables de l'UMP pour 2017

François Fillon, en difficulté depuis le retour de Rachida Dati dans la campagne de Sarkozy voit ces velléités d’un bon œil. Sa rivalité avec Jean François Copé est plus que jamais relancé. Alain Juppé Président Fondateur de l’UMP, y voit une opportunité pour reprendre la main. Il cherche des soutiens chez les chiraquiens historiques (Dominique de Villepin, Michelle Alliot-Marie, François Baroin…) afin de réussir l’assemblée générale d’octobre 2012. Les dés sont jetés à l’UMP.

Nadine Morano, Candidate à l’élection présidentielle de 2017? Après tout, elle  a bien été ministre… Cela suppose que l’incompétent-énarque, Magistrat à la Cour des Comptes, François Hollande gagne en Mai 2012 face au brillant-récalé de l’ENA Nicolas Sarkozy. Et, pour sa réélection le   »nul » François Hollande-Président affrontera la brillante Nadine Morano, diplômée de la Grande École du Conseil des Ministres