Parole de Mamère: « Pépère n’est pas Tonton »…

Scandale dans la Famille...

Mamère l’a dit. Oh Pépère! Quel malheur Quel grand malheur pour moi! Ho? c’est un scandale…

[Juste pour le titre, un cadeau de Noël, de la part de Mamère]
./…

Divorce (politique): Mamère s’en va, Cécile n’a pas pleuré…

Il manquera un cadeau sous le sapin de Noël, Mamère s’en va…

20130925-082054.jpg

Oui, il quitte la famille, certainement avec de bonnes raisons. une séparation…

20130925-082333.jpg

Cécile va bien, elle n’a pas pleuré, Pépère non plus. Cet été, je passerai mes vacances en Gironde, chez Mamère

Ainsi va LeMonde (politique).

Taubira: Lyrisme politique et riposte Mamère…

Christiane TaubiraChristiane Taubira était proclamée «maillon faible du gouvernement» par l’UMP et le FN, allez savoir pourquoi d’ailleurs. Hier à l’assemblée nationale, pour l’ouverture des débats sur le MariagePourTous, l’opposition s’est rendu compte que la Garde des Sceaux était d’une naissance qui les dépasse.

«Le discours de Taubira enflamme la majorité et agace la droite» écrit Le Parisien, «Christiane Taubira a donné le la» pour le NouvelObs. Un plébiscite qui fait dire à Axel Khan: «Parmi les discours qui resteront dans le annales de l’AN pour leur qualité, fond et forme: Simone Veil, Robert Badinter, Christiane Taubira».

Avis unanimement partagé sur les blogs et réseaux sociaux. J’ai retenu son lyrisme lorsqu’elle cite le Guyanais Léon-Gontran Damas, ami de Lépold Sédar Senghor, avec qui ils publièrent, en 1935, le premier numéro de la revue littéraire L’Étudiant noir, fondatrice pour ce qui allait être appelé la négritude.

«L’acte que nous allons accomplir est beau comme une rose dont la tour Eiffel assiégée à l’aube voit s’épanouir enfin les pétales. Il est grand comme un besoin de changer d’air, fort comme l’accent aigu d’un appel dans la nuit longue.» (Christiane Taubira, 29 janv. 2013).

La palme de la riposte politique de cette séance à  l’Assemblée nationale revient à Noël Mamère pour sa réponse à la motion de rejet préalable déposée par Henri Guaino sur le texte ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

L’histoire de la vie politique française retiendra ces deux interventions.