Notre Europe brûle et Angela Merkel regarde ailleurs (OTAN)…

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », cette courte phrase de Jacques Chirac au Sommet de la Terre du 2 septembre 2002 (Johannesburg), peut servir d’into pour commenter cette image insolite du dernier sommet de l’OTAN que tout le monde s’arrache.

F Hollande Merkel OTAN

Pendant que F. Hollande et tous les autres dirigeants de ce monde regardent dans la même direction (vers la Russie?) , Angela Merkel, la chancelière allemande regarde ailleurs. «Angela Merkel seule au monde? (…) Isolement de l’Allemagne dans le concert des nations? (…) Cette photo en dit long sur le pétrin dans lequel se trouve actuellement Angela Merkel?» Des questions et de nombreux commentaires « mauvaise foi » qui ont très vite fait pschitt avec l’image suivante…

BRITAIN-NATO-SUMMIT

Non, Angela Merkel regarde aussi dans la même direction que les autres! Sur la 1ère image, la chancelière allemande est juste en mode réflexion, (la marque des grands), elle prend du recul sur la vision d’ensemble, histoire de s’affranchir des convenances, pour plus d’efficacité dans les décisions à prendre. C’est peut être une attitude intelligente qui explique (en partie) la réussite du fameux « modèle allemand« . Peut être…

Ce MerkelBashing est une honte.

[Billet réponse/mauvaise foi, fait. 😉 ] Voila.

(…)

Publicités

F. Hollande et Barack Obama> l’heure  »H » à Washington…

 »H » for  »Hope », le slogan de la victoire de Barack Obama en 2008 se décline en France 2012 par  »H » for  »Hollande Président ».

L’espoir, c’est une nouvelle alliance transatlantique entre la France et les États-Unis d’Amérique face au défi de la récession qui guette l’Europe…

Et déjà un changement. Barack Obama a convié François Hollande à un entretien en tête à tête à Washington avant l’ouverture du sommet du G8 à Camp David. Ça nous change de l’américanisme affiché de Nicolas Sarkozy: Le changement…

Des convergences politiques et économiques sont à souligner entre Barack Obama et François Hollande comme je l’expliquais (déjà) dans un de mes précédents billets pendant la campagne présidentielle.

Le 31 mars dernier, Barack Obama déclarait :

Aujourd’hui, les Américains les plus riches payent des impôts à des taux parmi les plus bas depuis 50 ans  (…) Ce n’est pas juste. Cela n’a aucun sens (..) Voulons-nous continuer d’accorder des réductions d’impôts aux Américains les plus riches? (…) Ou, voulons-nous continuer à investir dans des choses qui feront croître notre économie et nous maintiendront en sécurité? Parce que nous ne pouvons pas nous permettre de faire les deux…

Une proposition déjà faite par François Hollande, le 27 Février 2012, le One shot de la présidentielle…

J’ai considéré, j’en fais ici l’annonce, qu’au-dessus d’un million d’euros par an, le taux d’imposition devrait être de 75%. Ce n’est pas possible d’avoir ces niveaux de rémunération

Pour l’Europe, Barack a clairement fait savoir qu’il est pour une approche budgétaire qui inclut à la fois l’assainissement budgétaire et les efforts pour continuer à stimuler la croissance. Il a adopté la même approche aux États-Unis, tournée vers la croissance et la création d’emplois à court terme. Une approche équilibrée donc, vers la consolidation budgétaire et la croissance. C’est ce que propose aussi François Hollande.

C’est une nécessité économique: Barack Obama a besoin d’une relance économique européenne à quelques mois de la présidentielle de novembre prochain. Les questions relatives à l’engagement de nos armées en Afghanistan seront aussi à l’ordre du jour et, le rapport de force de force n’est pas à l’avantage des américains…

François Hollande est accompagné de Valérie Trierveiller, la ‘’nouvelle Catherine Deneuve’’ pour les américains, de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, et Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, l’accompagnent pour ses premiers pas sur la scène internationale.

La première image

 

Libye: Pénurie de munitions, l’OTAN en guerre la fleur au fusil…

Il parait qu’on a plus de munitions pour notre guerre en Libye? C’est une info tirée du Journal Le Monde.fr de ce samedi. C’est embêtant au regard de notre engagement dans ce conflit libyen. Cette pénurie de munitions toucherait principalement les bombes à guidage laser, les plus utilisées par la coalition en Libye.

Depuis la déclaration du 19 mars dernier par Nicolas Sarkozy, la France est guerre! On ne dit pas guerre  c’est vrai, mais notre implication dans le conflit libyen est sans conteste. En témoigne les félicitations des insurgés de Benghazi dans les premières heures de l’intervention…

Le feu d’artifice du début a laissé la place à une distance coupable du point de vue des insurgés qui reprochent à l’OTAN, et à ses troupes, de ne pas en faire assez. Les troupes de Kadhafi ont depuis repris du terrain sur les positions des insurgés. Pourquoi? Que se passe t-il? L’explication nous vient du Washington Post cité par Le Monde.fr : Les forces de l’OTAN engagées dans les opérations aériennes en Libye sont à court de munitions.

Les experts consultés par le Washington Post sont acerbes : « La Libye n’est pas une grosse guerre, note l’un d’eux. Si les Européens manquent de munitions aussi tôt dans un conflit aussi peu important, on peut se demander à quel type de guerre ils sont préparés. Peut-être qu’ils réservent leurs avions aux démonstrations aériennes… »

C’est d’autant plus embêtant qu’à Misrata, les rebelles révolutionnaires encaissent des pertes énormes. Dans un précédent billet, je posais la question de savoir si la Libye serait notre Afghanistan à nous. La question n’est plus  de savoir si on devrait y aller ou pas. On y est. Qu’est ce qu’on fait maintenant? Il faut des munitions…

Il faut dire que  la guerre à un coût. Selon une source aéronautique citée par l’AFP, une heure de vol de Rafale coûte entre 10.000 et 13.000 euros. Pour les Mirages, c’est plus ou moins le même tarif. Il faut calculer entre 10.000 et 11.000 euros l’heure de vol. Pour les bombes, selon le type de missiles utilisé, les prix évoluent entre 250.000 et 350.000 euros l’unité. Ajoutons à cela 50.000 euros, l’heure de fonctionnement pour le Charles-de-Gaulle. Faites le calcul…

Je connaissais l’expression: Partir en guerre la fleur au fusil. Je ne sais pas si le sous-équipement en munitions rentre dans cet adage. En tout cas, j’ai trouvé l’information assez marrante pour en faire un billet.

[illustrations] 1 & 2