Fouquet’s ou Pouvoir d’achat?> Cecilia Attias Sarkozy contre-attaque…

Cécilia, « pas impliquée dans le Fouquet’s« ! C’est ce qu’affirme son mari, le publicitaire Richard Attias, ce matin sur le plateau de France Inter. Cette première de Cécilia Attias ex-Sarkozy est une réponse à  »l’excuse fouquet’s » de Nicolas Sarkozy avec le concours de Catherine Nay dans son ouvrage  »l’impétueux«  ».

« Je pense qu’il ne faut pas oublier que Cécilia est partie [a divorcé peu après l’élection] au bout de six mois. Il y a un moment, il faut se dire qu’un mandat de cinq ans ne peut pas être mis complètement sur le dos d’une personne qui est restée six mois« , a encore insisté Richard Attias.

Je partage son avis. En effet, il faut revenir sur les vraies préoccupations des français dans cette élection présidentielle: l’emploi, le pouvoir d’achat, et  la santé publique. C’est ce que révèle une étude du journal LesEchos

[source]

Publicités

FreeMobile, Pouvoir d’achat: Xavier Niel est-il de gauche?

C’est la question que se pose  de nombreuses personnes depuis l’annonce par le 4ème opérateur de téléphonie de ses tarifs, une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des utilisateurs de téléphone portable.

Ces propositions commerciales de Free redonnent du pouvoir d’achat aux français et vont redessiner le paysage mobile, comme ce fut le cas pour l’accès à internet.

Alors, Xavier Niel, PDG de Free.fr est-il un homme de gauche?

Il est vrai que ses relations étaient exécrables avec Nicolas Sarkozy comme on peut le lire dans un article du NouvelObs.

Xavier Niel, le fondateur et propriétaire de 65% d’Iliad-Free, a obtenu la quatrième licence 3G contre l’avis du Président Nicolas Sarkozy, soucieux de protéger l’ami Bouygues. Officiellement, il aurait souhaité maintenir les bénéfices des trois acteurs historiques à leur niveau pour ne pas réduire les importantes recettes fiscales qu’ils génèrent (TVA et taxes sur les sociétés). On le savait…

Dans un papier de Paris Match de 2009, intitulé  »Xavier Niel, l’entrepreneur qui dérange », on apprend que Xavier Niel a aidé ou participé au lancement de Deezer, Mediapart et Bakchich. Des choix de gauche qui semble t-il irritent l’Elysée…

Sarkozy n’a jamais digéré qu’il investisse dans Bakchich, qui le critique. Il le prend pour un gaucho

|selon une source gouvernementale in Paris Match|.

En septembre 2009, devant des députés UMP, Sarkozy exprimait encore des réserves à l’égard du quatrième opérateur! Arguant cette fois que: le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur. Curieux pour un Président  »du pouvoir d’achat »…

Pour Arnaud Montebourg

Xavier Niel vient de faire avec son nouveau forfait illimité plus pour le pouvoir d’achat des Français que Nicolas Sarkozy en 5 ans

|sur Twitter|

Idée original de …

Pas faux.

Il serait difficile de dire que Xavier Niel est de droite

Dépenses publiques: ‘’idées reçues‘’ sur la gauche, ‘’responsabilités‘’ de la droite…

...

Le candidat à la Présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a critiqué le premier débat de la primaire socialiste. Il a évoqué le débat entre les six candidats à la primaire socialiste en ces termes:

‘’Quand on regarde la télévision, parfois il y a des programmes, dites donc, les dépenses, ça y va ! ‘’. ‘’C’est pas ‘Qui veut gagner des millions?’, c’est ‘Qui veut dépenser plus? ‘’ et d’ajouter:

‘’Ceux qui vous promettent des subventions, ils vont trouver l’argent où? ‘’. Pour ‘’trouver des nouvelles sources de dépenses, on est les champions du monde. Moi, je me donne beaucoup de mal pour essayer de les couper ‘’.

Bien. Il est vrai que le gouvernement Sarkozy a coupé les dépenses de personnel, d’intervention, de fonctionnement de l’État pour des placements non productifs. Nous parlerons donc de dépenses publiques, de rigueur budgétaire et surtout de bilan.

Les dépenses de l’État correspondent à des lignes budgétaires dites dépenses de l’État par fonction. En 2009, les charges budgétaires de l’État se répartissaient comme suit :

  • Dépenses de personnel: pour la rémunération des personnels payés sur le budget de l’État, pour les cotisations et contributions sociales, prestations sociales et allocations diverses.
  • Dépenses d’intervention: recouvrent l’ensemble des transferts aux ménages (allocation pour adulte handicapé, contrats emploi solidarité par exemple), aux entreprises notamment sur l’emploi, aux collectivités territoriales et aux associations (subventions), aux autres collectivités, comme les subventions aux régimes spéciaux (ex : RATP, SNCF), des appels en garantie.
  • Dépenses de fonctionnement: regroupe les dépenses de fonctionnement courant des services de l’État (achats, gestion immobilière, dépenses d’entretien, etc.), mais aussi les subventions pour charges de service public versées par l’État aux différents opérateurs des politiques publiques (universités, service public de l’emploi…).
  • Charges de la dette de l’État: il s’agit des intérêts de la dette publique, qui sont donc inscrits dans le budget de l’État comme une charge, c’est-à-dire une dépense que l’État doit faire chaque année au profit de ses créanciers.
  • Dépenses d’investissement: Il s’agit des dépenses pour immobilisations corporelles et incorporelles de l’État.
  • Dotations des pouvoirs publics
  • Dépenses d’opérations financières. Il s’agit des prêts et avances, des dotations en fonds propres et des dépenses de participations financières.

L’affectation des dépenses, dans ces différentes lignes budgétaires varie en fonction des familles politiques et orientations idéologiques. L’orientation politique peut (c’est souvent le cas)  dépendre du courant de pensée économique. Elle peut être Libérale, Néo libérale ou, très sociale.

1. Petit rappel des théories économiques…

Les classiques: les économistes libéraux (19è, Adam Smith) dits ‘’classiques‘’,  ne prêtaient que des fonctions régaliennes (diplomatie, sécurité extérieure et intérieure, justice). Auto-régulation des marchés, ‘’laisser-faire‘’, État protecteur de la libre concurrence, suppression des barrières aux échanges et à la libre concurrence…

Les Néoclassiques: Extension du rôle économique de l’État: en bon gendarme, l’État doit intervenir pour créer, puis faire respecter les conditions d’une concurrence pure et parfaite (libre entreprise, liberté de déplacement du capital et du travail…

Les économistes de l’Ecole du bien-être, comme Alfred Marshall (1842-1924) et Cecil Pigou (1877-1959). l’État devait intervenir, par le biais de taxes, de subventions ou de réglementations. Mais aussi, l’État devait financer par l’impôt certains biens ou services, comme les ‘’biens publics ‘’ tels que l’éclairage des rues, qui ne pourraient être spontanément produits par le marché.

Ce dernier point rejoint les thèses de John Maynard Keynes (1883-1946) pour qui, Il incombe à l’État de soutenir la croissance, de stimuler l’économie afin de parvenir au plein-emploi, notamment par des politiques conjoncturelles de relance de la demande et en engageant des dépenses publiques supplémentaires.

2. Sarkozy et la nouvelle théorie économique…

Difficile de classer la politique économique actuelle tant l’une des théories ci dessus, tant les approximations sont nombreuses et la logique floue. C’est un mélange de tout et de rien, de rien d’ailleurs. On constate un désengagement totale de l’État dans ses fonctions régaliennes. – L’on privatise tour à tour les céments de la République: L’eau, le Gaz, l’électricité, le système de Santé, la Formation, les Universités etc… – En plus de l’explosion des dépenses publiques depuis 2007.

Malgré cette explosion de la dette publique, on constate:

1. 10% de chomage en France dont 23% chez les jeunes, le déficit public a triplé depuis 5 ans, 2. 3.7 milliards de personnes mal logées, 434 milliards d’euros de dette publique en plus depuis 2007 dont les 2/3 dus à des cadeaux fiscaux, 3. 60 000 postes d’enseignants supprimés en 5 ans, 90 000 policiers et gendarmes non remplacés, 4. 783 000 ménages surendettés, 5. 15% des français renoncent à se soigner (hausse du coût de la santé), 6. 29% d’augmentations du prix des loyers, etc. (source).

Ajoutons à cela les dépenses de complaisances détaillées par @jegoun. On peut, après lecture partager son avis. La question de l’affectation de cette hausse de la dette publique se pose…

3. A Gauche, Investissements de structure….

Réforme fiscale et soutien aux jeunes sont au cœur du programme de François Hollande. Dans un entretien au quotidien 20 Minutes, il dévoile les grandes lignes de son programme autour de l’idée d’un « rêve français ». Il fait d’une réforme fiscale « la condition de la réussite du changement en 2012 ».

Combien ça coûte? Où trouver l’argent?. Une des mesures phare serait de raboter les niches fiscales mises en place par Sarkozy. La gestion des finances publiques ne peut être supporté par les seuls bas revenus. Il ne s’agit pas de solidarité entre les revenus, mais d’équité sociale.

Il ne s’agit pas non plus de revenir à un ‘’État-Providence‘’, mais d’instaurer une péréquation économique et sociale  protégeant tous les français contre les grands ‘’risques‘’ de la vie (chômage, maladie, vieillesse) en préservant l’outil de production.

La relance économique tiendra compte de la compétitivité des entreprises, de la demande des biens de production, donc du pouvoir d’achat des français. Les dépenses de structure sont à prévoir pour instituer la compétitivité des entreprises dans la durée. Cette notion de compétitivité s’articule autour des facteurs endogènes  aux entreprises (coûts de production, coût du travail, main-d’œuvre qualifiée etc.), et surtout exogènes financés financer par l’État:

  • Présence d’infrastructures (routes, réseau de télécommunications,…)
  • d’externalités positives, liées par exemple à la présence de fournisseurs, d’un réseau dense de PME
  • Disponibilité de main-d’œuvre formée répondant aux besoins de ou des entreprises (liée au système éducatif)

Ces derniers points justifient les dépenses (investissements) de l’État prévue par la gauche, donc un financement public. Difficile d’être une entreprise florissante dans un tissu industriel pauvre. Dépenser plus? Oui, en s’assurant que ces investissements structurels redonnent à la France sa capacité de production, réduisent les inégalités et, respectent les principes élémentaires des fonctions régaliennes de l’État. Il n’est donc pas simplement question de Gauche ou de Droite, mais de choisir en 2012, un nouveau modèle de société pour la France.

Alors, On continue ou on change?

Lire aussi: Rigueur budgétaire: Nicolas Sarkozy trahi par un graphique…

.

YOUPI!: Depuis le 01 juillet, hausse des prix des denrées de base…

Irlande, Portugal, Grèce ... France?

C’est une tradition bien de chez nous. En juillet, pendant que nous avons l’esprit tourné vers nos destinations des vacances ou, en pleine quête de la meilleure affaire durant les soldes d’été, le gouvernement en profite pour statuer sur la hausse des prix! Tout augmente et on s’en fout! On aime bien tout payer tout chère c’est connu.

Certains n’iront pas en vacances, c’est pas grave! A l’allure ou vont les choses, le pouvoir d’achat des français glisse inexorablement vers … la Grèce!.. En avril déjà, le Canard Enchainé nous informait sur la hausse des prix pour juillet. C’est fait, on est en plein dedans. Et, on attend la rentrée de septembre pour s’en rendre compte. Faut pas gâcher nos très chères vacances, surtout pas….

Voici quelques hausses de prix au 01 juillet 2011.

  • Électricité: la facture des ménages augmente de 2,9%
  • Le gaz: +3.2%
  • SNCF : les prix des billets de trains augmentent de 2,5 %
  • Le prix du timbre pour les envois de lettres de moins de 20g augmente de deux centimes, passant de 0,58 à 0,60 centimes.
  • L’essence, le café, le beurre, le sucre, les cacahuètes (pour l’apéro), la bière, les cigarettes, les produits laitiers, etc…

Ah, j’oubliais, le chômage aussi a augmenté! Super! Après quatre mois de répit lié au bidouillage des chiffres, Monsieur Chômage a pris des vacances: 170000 chômeurs en plus! Normal, les contrôleurs statisticiens spécialisés en calcul à la baisse du chômage sont en vacances.

Soyons honnête, tout n’augmente pas! Le pouvoir d’achat des français a baissé et, le smic n’a pas augmenté non plus.  Le smic, indexé sur l’inflation (2%) s’équilibrera d’autant. Pas de coup de pouce du gouvernement donc et, on a l’habitude depuis 2007.

L’essentiel de la politique de Nicolas Sarkozy est semble t-il porté sur les questions de Sécurité. Sécurité par ci, Sécurité par là  mais, insécurité partout. Politique inefficace? Non, vient de déclarer le dernier rapport de la Cour des comptes.

« Je n’ai pas été élu pour que la France connaisse le sort de la Grèce, du Portugal, de l’Irlande« .

déclarait-il  le 27 juin 2011 lors de son discours sur son  »Grand emprunt »

Mais, à l’allure ou vont les finances publiques, notre pouvoir d’achat se rapproche inexorablement de la Grèce ....

Et l’on nous dira que c’est la faute à la gauche, c’est le fait des socialistes qui nous gouvernent depuis François Mitterrand. Et si l’on réfléchi un temps soit peu, on pourrait affirmer que…

  • Jacques Chirac n’a jamais été Président de la République pendant 12 ans!
  • C’est Ségolène Royal la Présidente de la République depuis 2007, pas Sarkozy…
  • Nicolas Sarkozy n’a jamais été Ministre de l’Intérieur, ni du Budget, encore moins Président de la République !!!
  • Martine Aubry est Premier Ministre de Mme Royal
  • François Hollande, Ministre du Budget et de l’économie
  • DSK est Ministre des Affaires étrangères
  • Cecile Duflot  c’est la Ministre de l’Écologie…
  • Jack Lang est toujours Ministre de la Culture!
  • Et, Hosni Moubarak toujours Président Égyptien…

La mauvaise santé de l’économie, le baisse du pouvoir d’achat, les hausses des prix, ne sont pas à mettre au crédit de la Droite Française! Non! C’est soit la faute à l’Europe, soit la faute à la Gauche et, ce n’est pas le bilan de Sarkozy

Je ne sais pas pourquoi mais, j’ai comme l’impression qu’on nous prend pour des cons....

.