Quand Emmanuel Macron «refuse» de signer «Liberté-Égalité-Fraternité»|Mais pourquoi? À perdre la foi (et la raison)…

En difficulté dans cette campagne pour les élections Européennes, Emmanuel Macron prend son envol avec Nathalie Loiseau, il s’implique personnellement et signe la profession de foi de sa tête de liste (ex-militante du GUD, Extrême-Droite) avec la mention « Liberté-Protection-Progrès». Une première…

À perdre la foi (et la raison). Faut croire qu’en Macronie, «le pays légal n’a pas fini de rencontrer le pays réel». Ils trouveront très certainement une très «bonne explication» pour justifier cette entorse présidentielle à l’Égalité-Fraternité. Sur la «Protection» évoquée dans ce tract, on se demande «pour quiou «contre qui». Et pas sûr que cette signature soit un «Progrès», la symbolique est importante. Et à cette allure-là, «Emmanuel Macron finira par tenir toutes ses promesses même celles des autres!». Curieuse «Renaissance Européenne». Mon avis:

«L’idéal européen ne peut être incompatible avec la LibertéÉgalité-Fraternité» et même pas par inadvertance». Qu’on se le dise …

Les mots ont un sens.

./…

Publicités

Ce qui a été et, ce qui sera…

Il y a des sujets qu’on évite volontairement d’aborder pour ne pas….bref. On fait voeu de silence car ce qui a été, a été…

Vrai. Les temps ont changé, les choses avancent, s’en réjouir. Ce douloureux passé qu’aucun contemporain n’a vécu ne peut fonder une quelconque revendication, c’est mon avis. La mémoire n’est pas une donnée marchande, et le solde pour tout compte n’est pas envisageable.

Cependant, occulter ce passé, souhait des partisans du « c’était, il y a longtemps » relève du fantasme, ils rêvent. Ce passé nous permet de lire ce qui est et d’anticiper ce qui sera. Je peux comprendre (et c’est naturel) que notre perception des choses diffère. Normal, les tirs nourris sur une cible, même par ricochet n’éclaboussent pas forcément le voisinage. Les éclats font certes des dégâts, mais c’est sans commune mesure. Être cible ou ne pas l’être.

C’est la Pentecôte, désormais toute « pente » aura la sienne sur ce blog. Et,

Ce qui sera, sera.

Amen.

Guy-Alain BEMBELLY
Lyon, 19 mai 2013.