Le FN épinglé pour «recel d’insécurité en bande organisée», faux et usage de «fausse insécurité» …

Selon le Parisien, des membres très actifs du Rassemblement Bleu Marine (Front national) avaient institué le principe de « créer l’insécurité  pour crier à l’insécurité » sur les réseaux sociaux et sur les blogs, une pratique qui profite au parti de Marine Le Pen, le Front national.

Quatre militants du FN incendiaient des voitures pour dénoncer l’insécurité

Épinglés, Adrien Desport Numéro 2 du FN de Seine-et-Marne et candidat remplaçant aux dernières élections départementales, trois autres militants du Rassemblement Bleu Marine. Ils étaient ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Meaux, rejoints par deux militants FN. « Le parquet a ouvert une enquête pour destruction volontaire par incendie en bande organisée, dégradation volontaire de bien privé et dénonciation de délit ». Nos lascars estampillés FN ont reconnu les faits: incendies volontaires (voitures), agression imaginaire à la bombe de gaz lacrymogène contre certains de leurs camarades, des faits graves qu’ils commentaient ensuite les blogs et sur les réseaux sociaux en dénonçant «l’insécurité». Avant la découverte du pot aux roses de haine par les enquêteurs de la police judiciaire, et certainement par anticipation, le front national s’est désolidarisé, mais le mal est fait:  «l’info insécurité» a été très bien vendue dans la presse et à la télé par… le front national.

Adrien Desport Un ancien militant du FN soupçonné d'être l'auteur d'incendies de voitures qu'il a lui-même dénoncés

Puisque les faits sont avérés, la question de la responsabilité des représentants du Front National face à cet «acte militant» se pose. Combien d’autres méfaits de ce type à travers la France? Les agressions qui «tombent à point», surtout la veille des échéances électorales (souvent), trouvent peut-être là une explication. On est en droit de penser que ce n’est pas une pratique isolée, que «les bénéficiaires de l’insécurité sont souvent les acteurs de l’insécurité, ils l’espèrent, l’incitent et l’organisent». Au delà de ces petites frappes, il serait intéressant d’entendre le Front National pour « recel d’insécurité imaginaire en bande organisée, faux et usage de fausse insécurité ». Marine Le Pen, celle qui a fait de l’insécurité son fond de commerce,  doit s’expliquer. Le 16 mars dernier en meeting dans le Var elle déclarait: « Au FN, nous donnons une voix aux Français qui ne (…) brûlent pas de voitures ».

Marine le Pen Var Casseurs voitures brulées

Sans commentaire.

(screen)

Publicités

Rassemblement: Après le « bleu Marine », bientôt le « bleu Sarkozy » ? …

L’UMP pourrait bientôt s’appeler «Le Rassemblement» titre L’OBS

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/115/11730670/files/2014/12/img_0476.png

«M. Sarkozy mène cette réflexion lors d’entretiens informels avec ses principaux collaborateurs (…) Il souhaite un intitulé court, l’expression «Le Rassemblement» tient la corde, mais n’est pas encore définitive» écrit Le Monde.fr qui précise : «l’idéal serait que le nouveau nom soit arrêté avant les élections départementales de mars 2015 afin que cette nouvelle appellation soit inscrite sur les affiches électorales (…) , elle pourrait alors cohabiter avec le nom de l’UMP».

Donc (mon avis), après le Rassemblement Bleu Marine (RBM du Front national), arrive le Rassemblement Bleu Sarkozy (RBS de UMP). C’est comme deux banques (politiques) qui se cherchent avec: le même capital électoral, la même base de donnée et une convergence commerciale décomplexée. Il faut dire que l’action RBM est bien cotée (mauvaise cotation car surévaluée) sur le Marché la presse nationale. De son coté, le cours de l’action RBS (UMP) a connu de sérieuses difficultés pour délit d’initié dans le dossier Bygmalion.

Avec cette dénomination commune «Le Rassemblement», nos spécialistes pensent que l’on s’achemine vers une fusion-acquisition entre ces deux banques (politiques), la question est de savoir qui va absorber qui, et si l’OPA sera agressive ou amicale. L’hypothèse d’une direction collégiale sur certains marchés (politiques) avec des alliances stratégiques pour gagner des parts de marché n’est pas à exclure. Des questions, des supputations et certainement des réponses en 2015.

A défaut de  (se) rassembler, «qui se ressemble, s’assemble» n’est ce pas?

A suivre (ou pas).`

(…)