#Déchéance: le Congrès (de Versailles) s’éloigne, c’est compliqué…

Aller jusqu’au Congrès de Versailles ou pas? C’est désormais la question que se pose le couple exécutif qui peine à trouver un Consent Decree pour son très contesté projet de révision constitutionnelle

Un « accord semble avoir été trouvé » nous dit-on. La nouvelle-nouvelle-mouture de l’article 2 revient sur l’affirmation suivante de Manuel Valls (06 Janv.2016): « Ah non hein! On ne va pas créer des apatrides, faut pas déconner » (je traduis). Et ben, ça c’était avant! Mercredi (hier), le locataire de Matignon -Chef de projet- a fait une étonnante concession aux députés PS, en leur assurant que « le projet de loi d’application de cette déchéance n’interdirait pas formellement l’apatridie », comme c’était le cas dans une première version à laquelle ils s’opposaient. « Je préfère un apatride tous les 15 ans, plutôt que cinq millions de binationaux stigmatisés », a résumé pour nous Patrick Mennucci. Ah bon?

Alors, Congrès de Versailles ou pas Congrès? Y aller et se prendre une taule « éliminera » Français Hollande de la présidentielle 2017, ou, le mettra en très grande difficulté. Renoncer? se rétracter? c’est tout aussi compliqué. Bref, comme je le disais, le piège se referme sur les chasseurs. De mémoire, « Ne jamais toucher aux cadenas de la constitution sans avoir une main tremblante » avait dit je ne sais plus qui, on n’est pas couché. L’avis de Christiane Taubira ce samedi chez Ruquier, très certainement pour une réponse Césaire, euh… sévère à Manuel Valls, et on verra qui des deux va perdre sa circonflexe dans cette révision de l’orthographe Constitutionnelle.

Amis #Blogueurs-De-Gouvernement, ça va?

./…

Publicités