Mélenchon, Gaudin, Estrosi, Morano et les bonnes formules de Harlem Désir…

BaffeTrès bon 1er secrétaire du PS par intérim du temps de la Primaire citoyenne, Harlem Désir semblait être en difficulté depuis son élection à la tête du PS en octobre 2012.

Jugé inaudible par une partie des socialistes, Harlem Désir veut dissiper les doutes sur son leadership et se montre plus « offensif« . En effet, depuis quelques temps, dans l’exercice « j’ai trouvé la bonne formule« , l’actuel premier secrétaire du parti socialiste joue à nouveau son rôle à plein temps, et l’on découvre son sens de la formule. Finalement, il n’est pas si tendre que ça…

1. D’abord sur l’insécurité à Marseille qui « brûle » depuis des lustres. Harlem Désir nous rappelle que La Cité phocéenne a bien un maire, le Sénateur-UMP Jean-Claude Gaudin qu’on n’a pas entendu ces derniers jours, et parle « non assistance à Marseillais en danger« …

20130825-122148.jpgLire

2. Ensuite, avec Jean-Luc Mélenchon le coprésident du Front de Gauche. Ce dernier vient de découvrir les joies de la critique interne, avec Pierre Laurent, leader du PCF qui a déclaré à son encontre « Nous avons un devoir de respect mutuel et de solidarité« . Depuis L’université d’été du PS à la Rochelle, cette politesse d’Harlem Désir…

20130825-122548.jpg

Oui, la droite existe, elle gère la ville de Marseille (pas que). Et, pour finir…

3. Sur les intellectuels de l’UMP, C. Estrosi et Nadine Morano

photo(1)

C’est de bonne guerre.

Publicités

Confessions intimes d’un blogueur de gouvernement…

bogueusedegouvernementCe dimanche matin, il neige, j’ai chaussé mes skis pour un slalom entre les lignes blanches de la Chronique(politique) de l’ami juan (Astérix) avant de m’arrêter devant le panneau: vie ma vie de hollondiste inquiet.

C’est un peu la mienne. Alors, je vais m’expliquer sur cette dure vie d’un blogueur de gouvernement comme le confiait Jegoun (Obélix). Permettez que je vous livre ma potion magique dans ce désormais petit village Gaulois peuplé de quelques irréductibles bataves. Il s’agit, comme le dit Sarkofrance, d’éclaircir un débat politique, devenu hystérique.

1. Approuver la politique du Gouvernement ne signifie point « valider » toute la politique du gouvernement. Certaines choses ne vont pas dans le sens souhaité, ne respectent ni le calendrier, ni les promesses de campagnes, c’est vrai. Je ne m’attendais pas non plus à un respect stricto sensu de la chose promise, il faut être con pour le penser! 5ans, c’est la durée légale d’un mandat. Je garde à l’esprit l’état de la France au soir du 06 Mai 2012, les dérives morales et le trou budgétaire que François Hollande a reçu en héritage. Après 10 ans de politique de Droite, tous les indicateurs sont au rouge. Un changement en 9 mois est impensable.

La France d’aujourd’hui ressemble à une femme violée à qui on reproche de ne pas se sentir femme. Oui, demander à une victime de viol de ne pas retomber amoureuse de suite est juste grotesque. Il faut du temps pour panser ses plaies, du temps pour se reconstruire. La Cour des comptes a rendu son rapport sur le viol aggravé de la France de ces dernières années. L’accompagner, sans compassion, c’est dans ce registre que je fonde mon action et l’acceptation du qualificatif de «Blogueur de gouvernement».

2- L’opposition interne.  Il est plus facile de jouer les « opposants », surtout en interne. Soit par réflexe (les restes de la période Sarkozy), soit par paresse intellectuelle, ou par nostalgie, c’est parfois le cas. Soutenir ce qui est décrié par la presse nécessite du courage et de la réflexion, un peu comme sur une scène de crime comme le font les « experts Manhattan» dans certaines séries télé.

C’est en cela que cette posture « blogueur de gouvernement » est intéressante. Prendre le temps de chercher des arguments contre la nouvelle opposition (interne et externe). Chercher à comprendre et accompagner le changement. Ce n’est point une «obligation morale», juste un choix. La critique est nécessaire, je vous l’accorde. La rendre systématique relève de quelque chose que j’éviterai de décrire dans ce billet pour ne fâcher personne. Je reste partisan de la «la liberté de bloguer» et donc de la riposte-critique contre les critiques. Je vais le faire plus loin dans ce billet, promis.

3-Le Changement, c’est pour quand? C’est pas Maintenant? Etc. Des questions, de l’impatience et peut être des faiblesses. Je comprends les attentes des uns des autres. Nos situations (sociales) ne nous mettent pas dans les mêmes dispositions d’attente. Ce point, je l’avais abordé dans un commentaire chez Nicolas (je me cite): « Je me sens bien dans la France de François, personne ne m’agresse à la télé, chez moi devant mes gosses. Mes origines « étrangères » ne sont plus l’alpha et l’oméga de la politique du gouvernement, je ne suis plus l’excuse, ni la « cause » des mots de la république, Enfin libre… Et cette liberté porte un nom : François Hollande. Pour moi, le rêve se lit aussi sur le volume quiétude gagné au jour le jour, depuis ce jour historique du 06Mai2012.

Blogueur de gouvernement? Oui. Au nom de la liberté, de l’égalité (on verra pour la fraternité), je confirme le fait que « le rêve français » est déjà en marche. La perception de ce rêve est à géométrie variable en fonction des attentes des uns et des autres… Ce rêve, je l’espère pour tous. Il faut du temps, celui du changement pour bâtir, dans le respect, une France toujours plus belle, toujours plus prospère, et prête pour le grand rendez-vous de la croissance. Chantier gigantesque ».

C’est là une vision très personnelle et égoïste du changement. Le changement attendu ne sera pas parfait, qu’on se le dise! S’attendre à quelques déceptions. Un tien vaut mieux que deux tu l’auras. Sur la critique comme «objet d’écrire» sur un blog ou dans un édito, je laisse ce plaisir à la Droite et à ses blogueurs. Je n’ai pas l’intention de les aider ni de les gêner. C’est dans leur forfait illimité 24/7, ils l’ont bien mérité, durée 5 ans, tacite reconduction en 2017. Il faut que « l’opposition se fasse »...

Mon « opposition » se caractérise par le « silence » ou de la « récréation verbale », J’ai opté pour le ton humour dans mes billets, c’est un choix. Un blog n’est pas un Mémoire de 3ème Cycle ou une thèse de Doctorat. Ce temps est révolu. Alors, je le  manifeste (opposition) par l’édition de billets culture, architecture, peinture, conneries ou des billets musiques. Blogueur politique n’est pas un métier, cela reste un divertissement. Faire autre chose, vivre paisiblement dans la nouvelle France, sans rage

Blogueur de gouvernement est un choix difficile à tenir me direz vous. Je pense que c’est intellectuellement plus intéressant que le « Ah! Je l’avais dit! Vous avez vu? Ils renoncent! Ah ces soc-lib-dem-bidules-truc, etc.). Ce qui est marrant, ce sont tous ces blogueurs-spécialistes-ès-quelque-chose qui pensent que leur voix ou billets vaut avis d’expert parce que «ancien blogueur de gouvernement». J’aime les lire. Il faut cependant distinguer ceux qui le font un peu de temps en temps avec des avis très justes que je partage et, ceux qui le font beaucoup tout le temps. Rien à dire sur les « Front-de-Gauche », ils sont devenus « écologistes« , « Robin-des-Landes », et oublient les classes populaires, les ouvriers. Opposition systématique. Les baptiser le Front-anti-Hollande serait juste. Les cons.

Personnellement, Je cherche à comprendre les « couacs » du gouvernement, si possible, les lire entre les lignes, pour les écrire sans chercher à convaincre. Je peux me tromper, c’est mon choix. La campagne électorale est derrière nous. Il faut du courage et un peu d’intellect pour adopter cette posture, car plus difficile. C’est surtout très amusant.

Que Dieu me protège de mes amis, mes ennemis, je m’en occupe!.

Amitiés bataves.

Guy-Alain BEMBELLY, Lyon, 24 Février 2013

François Hollande et l’effet 75% > Un vrai coup de fusil…

Oui 75%. Un sondage? Non, mieux: un vrai coup de fusil réalisé par François Hollande dans cette présidentielle 2012. Oh la vache! ça va faire mal, très mal…

C’est comme une partition à deux temps à étudier dans les écoles de stratégie politique.

1. D’abord, le ‘’j’accuse’’ de Najat Valaud-Belkacem qui, dans une tirade désormais célèbre  a percé les premières fortifications de l’adversaire.

Riposte désordonnée des partisans de Saint-Nicolas empêtré dans sa longue croisade sur l’oubli. Critiques et diversions médiatiques de l’UMP. Leurre et diversion

2. Puis, le coup de fusil. Avec calme et conviction, François Hollande a surpris (même dans son camp) en annonçant que le taux d’imposition pour les salaires au-delà d’un million d’euros par an devrait être de 75%. Un coup parfait. Et, ils sont tombés dans le panneau. Petite analyse de  stratégique politique

  • Cette proposition a le mérite de pousser Nicolas Sarkozy à sortir du bois et à porter au secours de ses amis de toujours: Les très grands, ceux qui ont bénéficié de ses largesses fiscales de ces 5 dernières années. Le naturel revient au galop et, bas les masques
  • Fin du poker-menteur, nouvelle distribution des cartes. Les conséquences sont nombreuses.
  • La stratégie adoptée par Nicolas Sarkozy ‘’chaque jour, une proposition’’ ne tient plus. La force de proposition a changé de camp.
  • Le repositionnement de Sarkozy sur cette tranche d’électeurs ouvre une grande brèche sur sa droite: Oui, les électeurs frontistes du ‘’peuple’’ auront du mal à se reconnaître dans un candidat qui vole au secours des hauts revenus. Le grand écart sera difficile à réaliser dans ces conditions. Attention à Marine même si elle a du mal à faire campagne faute d’argent
  • Pour François Hollande, cette proposition le réconcilie avec la gauche de la gauche. Les électeurs tentés par Mélenchon, Arthaud ou Poutou peuvent s’y retrouver. Redistribution des cartes à gauche….
  • Sur le fond de la proposition, François Hollande s’affirme comme le candidat des classes moyennes et surtout réconcilie la Nation avec  sa vocation première: Le Patriotisme par temps de crise…
  • A l’international, cette proposition instaure déjà dans l’Union Européenne, les bases d’une fiscalité commune sur les hauts-revenus

« Le programme de Hollande est plus proche du nôtre que de celui des sociaux-démocrates« , a déclaré Klaus (chef de Die Linke) dans le quotidien berlinois Der Tagesspiegel à paraître mercredi, réagissant à la proposition fiscale choc de F. Hollande de taxer à hauteur de 75% certains revenus des contribuables les plus riches en France (AFP).

« J’espère que Hollande est sérieux. Il enclenche un changement en Europe. Nous devons aussi en Allemagne former une alliance pour relever le taux d’imposition maximum à au moins 53% comme du temps (du chancelier) Helmut Kohl« , a-t-il ajouté.

La France redevient le  »modele » à suivre.

En conclusion…

‘ Derrière tout capitaine-de-pédalo se cache un vrai commandement de bord, un fin stratège aux commandes du bateau France, pour le sortir des vagues tumultueuses de la crise économique ».

Précis.