M. #Valls, « l’erreur 404 » du quinquennat de François Hollande. #Iscariote enfin démasqué…

On est tous tombé dessus un jour, « erreur 404, loyauté introuvable« . Après les aveux d’iscariote

Et ce n’est pas une Peugeot.

./…

Publicités

Manuel #Valls: Démission ou désertion? L’ironie d’Arnaud #Montebourg …

Arnaud Montebourg ironise sur la «fausse colère» de Manuel Valls face à François Hollande, en l’incitant à aller au bout de sa «visible et éphémère exaspération» en démissionnant ...

montebourg-appelle-valls-a-la-demission

Un conseil qu’on peut traduire avec les mots suivants sans trahir l’idée de l’auteur

«Hé Manu, quoi? François #Hollande t’exaspère? Ok mon pote, si t’a plus envie d’assumer la mise en œuvre de tes réformes imposées de force à coup de 49.3 et qui ont laissé des fractures encore ouvertes, alors tu démissionnes ! On ne parlera pas de désertion promis! Et si tu veux te présenter comme le Saint-sauveur de la Gauche à la primairePS comme en 2011, pas de problème (rires)! Ta « théorie sur la gauche passéistehonteuse– et irréconciliable » s’effacera toute seule par magie pour les besoins d’une campagne électorale tu verras, ok  Manu? Cordialement toussa.»

Oui, le départ de Matignon, – souhaité par lui et ses amis– sera plus une désertion qu’autre chose, une vieille tradition (politique). En « classe transitoire », Manu va descendre -de Matignon-, peut-être bien après les résultats de la Primaire de Droite-, wait & see…

Manu tu descends?

./…

Manuel Valls: Tentation ou trahison présidentielle ? Il s’y prépare ….

Lecture via Marianne.fr: Manuel Valls et la tentation présidentielle. «Un feu crépite dans la cheminée du pavillon de musique, au fond des jardins à l’anglaise de l’hôtel Matignon. Dans le petit salon ovale, Manuel Valls, reçoit à dîner Aquilino Morelle, ancien conseiller politique du président de la République, viré quelques mois plus tôt sur la foi d’un article de presse. Ce soir-là, au milieu des boiseries séculaires, les deux hommes devisent d’avenir.

phobafc1386-4344-11e4-94fe-1dbce7f7d49e-805x453

« Comment tu vois les choses ?» demande Valls à son ami. « Je les vois se terminer… mal. Très mal », lui répond Aquilino Morelle, assumant les habits toujours un peu suspects des Cassandre. Selon lui, le lien entre les Français et le président –François Hollande- est rompu, il n’y a pas de cicatrisation possible: François Hollande ne pourra pas se représenter en 2017. «Tu devrais y réfléchir, Manuel. Tu devrais y réfléchir pour toi.» Droit dans son fauteuil, Manuel Valls écoute en silence. Il est à Matignon depuis quelques mois seulement, l’élection est encore loin. L’hypothèse d’un renoncement présidentiel semble improbable, et la stratégie du Premier ministre – qui caracole, alors, dans les sondages – est arrêtée pour l’heure: camper la loyauté. Et viser 2022.

Mais ça, c’était avant la publication du livre de Davet et Lhomme « Un président ne devrait pas dire ça… ».  Et comme le dit aujourd’hui Aquilino Morelle -*désormais conseiller occulte de Matignon*: «En politique, on ne choisit pas son moment (..) Quand il– Manuel Valls- lit les sondages, qu’il voit l’impasse dans laquelle est François Hollande, et même s’il ne doute pas de l’envie du président de se présenter à toute force, d’une certaine manière, il est même tenu de s’y préparer». Manuel Valls fait donc plus qu’y penser …

Tentation ou trahison présidentielle ?

Peut-être bien les deux. Dans tous les cas, il s’y prépare.

A suivre.

./…