J’ai eu la tête à Zeus! …

Je l’ai eu! «La fameuse tête à Zeus».  Il avait pris la mienne quand j’étais au collège, puis au lycée… Une mauvaise note à un contrôle sur la mythologie grecque m’avait laissé un très mauvais souvenir de Zeus. Et que dire ces profs qui croyaient à toutes ces sornettes sur les Dieux de l’Olympe? Ausi, il me fallait la tête de Zeus, je l’ai (enfin), la tête à Zeft – c’est comme ça que les grecs le prononcent «Z-E-F-T» Allez, on va dire Zeus comme les anglais-.

Tous ces mythes pas très catholiques je n’y croyais pas trop, c’est ce que j’avais écrit dans cette copie d’examen qui m’avait valu une note, comment dire, pas à la hauteur des espérances de mon Père. Mon prof, même pas grec, m’avait traumatisé. Et tout le monde le sait, «la mythologie grecque bien que dotée d’une beauté incomparable, est une connerie de première, des histoires pour gosses insomniaques, une sorte d’aide à dormir qui nous entraîne sur les chemins imaginaires. Mais il fallait bien les étudier dans nos manuels scolaires. Mesdames & Messieurs, le scalp …

20130423-162432.jpg

Jeune, j’ai appris que «la création du monde et la genèse viennent de la coexistence de trois éléments: Le Chaos, Gaia (terre) et Éros?» Selon mon prof’ – un mec intelligent-, de Chaos naissent spontanément Nyx (la nuit) et Erebe. Les deux engendrent Éther (la lumière céleste) et Hémera (le jour). Et ce n’est pas tout. En plus, ces gens là – les grecs- faisaient des bébés sans s’accoupler. Oui. Tenez, Nyx tout seul avait engendré Hypnos (sommeil), Thanatos (Mort) et le cortège des songes, sans compter Honte, Douleur, Apati (Trahison – ne pas confondre avec Jean-Michel Aphatie –), puis Éris (discorde), etc. Disons que les grecs avaient déjà inventé la procréation médicalement assistée! Dire à Frigide Barjot que la PMA, c’est un truc grec, qu’elle vienne protester ici, ça va la promener…

Sur Zeus, mon prof disait aussi – et avec admiration d’ailleurs-, que lors de sa naissance, Zeus fut caché par sa mère Rhéaume dans une grotte sur le Mont Ida, ici en Crète (j’y étais ce matin). À l’âge adulte, Zeus soustrait le pouvoir à son père et devient Maître absolu de l’univers grâce à ses victoires. Il aimait les femmes, sa première épouse Métis, il l’avait avalé pour la remplacer par Dionès. Vous y croyez vous? Mon prof si, moi pas. Il était polygame Zeus, pas mon prof, enfin je n’en sais rien. La plus connue de ses épouses légitimes c’était Héra, sa propre sœur jumelle. Vous vous rendez compte? C’était là le chapitre de trop, c’est à ce moment precis que j’avais cessé d’y croire malgré la finesse des récits et cela en dépit de l’héroïsme et la morale de ces personnages intemporels. Trop c’était trop.

Je vous épargne son idylle avec Europe, une fille d’ici, de Crète, qu’il avait séduit et transformé en taureau pour ensuite la quitter. Il avait du cœur notre ami Zeus car, avant son retour sur l’Olympe chez sa sœur et femme Hera, il avait prit soin de trouver un époux à Europe afin que leurs enfants puissent avoir un père mortel et grandir normalement. Asterios, Roi de Crète fut (l’heureux) élu père mortel des enfants de Zeus l’immortel. On comprend mieux l’état de l’Europe. Voilà pour ma rancœur enfin avouée. Avoir la tête à Zeus, ça c’est fait. Je rentre avec sur Lyon.

Si Ladyapolline veut bien s’occuper de la tête à Freud…

Crète, le 23 Avril 2013.

./…

Publicités