LIBYE: Ultimatum, JAPON: Ultime atome nucléaire…[Màj vidéo]

Ultime atome…

L’actualité de ce jour (ou de ce week-end) peut être résumé par l’image ci contre ou, par ce titre que j’emprunte à l’ami @pierrederuelle. Le jeu de mot est excellent en dépit de la gravité des événements.

Les dernières heures ont été pleines de rebondissements. Au Japon pour le risque nucléaire et, en Libye pour le risque  guerre contre le régime de Kadhafi (auto-proclamé, le Roi des rois d’Afrique).

Résumons.

1. LIBYE : La France, Les États-Unis, le Royaume uni et plusieurs pays arabes ont lancé hier soir un ultimatum à Mouammar Kadhafi. Voici le texte intégral:

«La résolution 1973 adoptée par le Conseil de sécurité impose des obligations très claires qui doivent être respectées.

La France, avec les États-Unis, le Royaume-Uni et des pays arabes estiment qu’un cessez le feu doit être mis en œuvre immédiatement, c’est-à-dire que toutes les attaques contre les civils doivent prendre fin.  Kadhafi doit mettre fin à l’avancée de ses troupes sur Benghazi et les retirer d’Adjdabiyah, Misratah et Zawiyah. L’approvisionnement en eau, électricité et gaz doit être rétabli dans toutes les zones. La population libyenne doit pouvoir recevoir l’aide humanitaire.

Ceci n’est pas négociable. Si Kadhafi ne se conforme pas à la résolution 1973, la communauté internationale lui en fera subir les conséquences et la mise en œuvre de la résolution sera imposée par des moyens militaires.»

Pendant ce temps, sur le terrain,  Kadhaffi s’en tape et viole le cessez-le-feu prévu dans la résolution du Conseil de sécurité adoptée la veille. Il était hier aux portes de Benghazi. La Bolivie et l’Équateur rejettent une éventuelle intervention militaire en Libye. Le président Bolivien Evo Morales estime qu’une intervention va «entraîner davantage de morts» et ne vise qu’à s’approprier le pétrole libyen. De son côté Kadhafi refait le coup de la visite des observateurs (amis) internationaux pour constater le respect d’un cessez-le-feu sans cesse violé. Enlisement de la situation en vue…

2. JAPON : Après le séisme et le Tsunami sur l’Archipel, les pompiers sont toujours en œuvre aux pieds des centrales nucléaires en danger. Le Japon classe désormais l’accident nucléaire en niveau 5 au lieu du niveau 4. D’après les évaluations de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN),

en cas d’aggravation de l’accident, une contamination à Fukushima serait beaucoup plus localisée mais aussi plus forte qu’à Tchernobyl. Dans le pire des cas, le rayon d’évacuation autour de la centrale pourrait être porté à 60 ou 70 km mais la mégalopole de Tokyo (35 millions d’habitants), située à 250 km de là, serait épargnée.

A l’échelle planétaire, les retombées radioactives de l’accident resteraient inférieures à celles provoquées dans les années 50-60 par les essais nucléaires.

L’électricité est en passe d’être rétablie dans la centrale nucléaire,ce qui serait une bonne chose. La situation reste  préoccupante. Peur de la fusion de l’ultime atome nucléaire….

Et, pendant ce temps en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo continue de défier les résolutions des Nations Unies depuis décembre 2010. Le pays est au bord de la guerre civile généralisée. On compte  des plus en plus de victimes des exactions de l’armée fidèle à Laurent Gbagbo et, de nombreux déplacés.. Faut croire que la côte d’ivoire est passée de mode…. L’ONU n’ira plus boire au café ivoirien, et confirme sa préférence pour le thé à la menthe….

Publicités