L’Afrique, Macron et la « Parabole de la Marmite sale »…

Pour le dernier Sommet Afrique-France, Emmanuel Macron voulait un #GrandDébatNational avec l’Afrique sans les chefs d’États. C’est dans son forfait « Moi Président ». Et bin vous savez quoi? il a été servi bien comme il faut! L’intervention de la Burkinabé Eldaa Kaoman est un « Mbata (une gifle) ». En français en plus…

La grande cousine des «7 à 8 enfants par femme africaine» -comme il disait -, fallait pas la chercher. Bref, comme on dit chez nous :

« Votre Marmite sale, est-ce que c’est même là-dedans que nous on mange?« 

./…

«Mangez des pommes peut attendre»: Édouard Philippe et sa compote (politique), acte1…

L’ex-Premier Ministre Édouard Philippe s’est fixé un horizon, peut-être bien plusieurs horizons, il nous le dira. Pour l’instant, le 1er Juppeiste – le «meilleur d’entre-eux» a officialisé au Havre la création de sa boutique (politique): «Horizons» devant plus de 3.000 «Philippistes». Et déjà une image qui n’est pas sans rappeler celle d’un certain Jacques Chirac, ceteris paribus bien entendu …

A la barbe et lunettes près, la comparaison s’arrête là, nul besoin d’évoquer la taille ou la prestance pour forcer le trait même si Alain Juppé peut être le liant entre ces deux personnages. La question qui se pose est la suivante:

Pour qui roule Édouard Philippe? 

Seuls ceux qui n’ont toujours rien compris à la politique vous diront: «Bah… il était le Premier Ministre de Jupiter, il roule pour Emmanuel Macron». Vrai et faux. Celui qui a été peut-il être? Comme le disait un certain Édouard Philippe – je le cite – « C’est difficile d’être et d’avoir été. C’est difficile après avoir été (..), d’avoir eu l’habitude de parler à la fois à l’ensemble des Français et aux dirigeants mondiaux, de se remettre dans la peau de quelqu’un qui fait des salles pour expliquer à des militants ce qu’il compte faire pour un parti » [Édouard Philippe, à propos de Nicolas Sarkozy, 2014]. Des alliances sont toujours possibles avec LaReM/EnMarche à court terme, pour cette présidentielle qui vient. Se placer, installer ses pions dans l’échiquier politique, faire genre, etc-.

L’horizon politique est une marche calendaire qui se définit avec le temps. Il aurait pu s’installer chez LR (ex-UMP, ex RPR), en prendre le contrôle et se dessiner un avenir (politique). S’affranchir en politique c’est désormais lancer sa propre StartUp n’est-ce pas ? Comme aimait le dire un vieux sage africain – mon grand père- : «On ne construit pas sa case au village pour aller se coucher dans celle du voisin ». Et cela, disait-il «même si la bouffe est bonne, le vin de palme délicieux et la rombière accueillante surtout en l’absence du taulier ». Oui il aimait s’égarer Grand Père et je comprends mieux la taille de la famille (je parle du nombre de cousins-cousines et de rien d’autre ;-). Revenons à notre compote (politique) voulez-vous? Bien (ouf!). Bref, Édouard Philippe s’installe pour sa pomme et vous allez en manger en compote..

Moralité: «Mangez des pommes peut attendre»…

./…

 

La «fabrique des opinions» ou comment se qualifier au 2nd tour d’une présidentielle

La réponse est facile. Comme disait disait l’historien Jules Michelet – je cite- «La politique est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres » | illustration …

Question subsidiaire: Comment gagner une élection présidentielle (réélection)?

  1. Se choisir un candidat-pilote que la fabrique des opinions montera en épingle…
  2. Faire campagne sur les mêmes thèmes que le candidat pilote pour s’afficher moins extrême dans l’opinion malgré sa politique réelle, et se baser sur les sondages : «Regardez les sondages, moi seul peux le (la) battre au second tour!». Ou, reprendre la stratégie 2017: «Votez pour moi dès le 1er tour pour faire barrage!»
  3. Et au 2nd tour on déroule, c’est plié .

Sauf si vous votez à Gauche dès le 1er tour pour le candidat le mieux placé, pour celui qui somme toute, permettra de faire valoir ce que de Gauche, dans l’intérêt de la démocratie.

Comme ne pas se faire enfler? Maintenant vous savez | De rien

./…

Les agapes de la « tenaille identitaire » ou « l’exquise » complicité de la team Valls…

Entre deux glaces à la noisette et quelques amabilités, les confidences d’ Eric Zemmour sur Gilles Clavreul du Printemps Républicain sur leur «ennemi commun (les noirs et les arabes)» dans ce «pays en guerre». Et c’est Zob qui le dit dans son dernier recueil de bavardages. « Pays en guerre », 20 avril 2018, extrait.

Zoum sur l’image pour agrandir si besoin

« Nous engloutissons nos pizzas avec satisfaction visible dans ce restaurant à la mode derrière l’Église Saint Sulpice (..) Nous n’avons pas d’opposition de principe (..) Nous sommes capables autour de la table de nous entendre sur le diagnostic et l’ennemi commun; mais Gilles Clavreul ne le reconnaitra jamais publiquement (..) Je m’amuse de ses habilités (..) Je le sens pourtant ébranlé. Alors que nous dégustons notre exquise glace au chocolat et à la noisette, il me lance comme une ultime confidence, comme un ultime aveu:, comme une ultime promesse (etc). » | Eric Zemmour

Et nul doute que le «café noir» des ces agapes de la tenaille identitaire c’était du «pur arabica!»

./…

#Macron20h |Ce qu’il a dit #illustration…

📍#DisChef On va devoir reconfiner en septembre avec ce #variantDelta qui plane sur nos têtes …
▪️Ah non! Ça va me plomber ma campagne pour la #présidentielle! Mettre les français sous cloche? Non mais ça ne va pas non? Si c’est le cas , ils ne voteront jamais pour moi dans ces conditions. Il faut vite me trouver un truc, au boulot!
📍#AyéChef j’ai trouvé! Et si on imposait la #Vaccination #ObligatoirePourTous hein!?
▪️Parfait! C’est peut-être anti-constitutionnel mais tant pis! Vite un micro! (et dans la foulée je placerais la réforme de l’assurance chômage en loucedé, et ça peut passer crème, sur un malentendu). #Macron20h

Pas obligatoire pour les parlementaires (ne pas se fâcher avec amis?), les policiers – gendarmes et autres forces de l’ordre (ils vont servir, pour réprimer?). etc.

via/twitter…

L’appel (#18Juin) …

Tant qu’à faire (simple).

./…

Les compétences des #Régions et des #Départements #infographie

Pour voter moins con et ne pas se focaliser sur « l’insécurité » et ses corollaires (le racisme & l’islamophobie) qu’ils nous étalent par pack de douze matin-midi-soir.

Maintenant vous savez.

./…

#Trump: Time to go… au diable!

The End, pour l’ensemble de son œuvre, et singulièrement pour son putsch manqué au Capitole, à Washington le 6 janvier dernier, par ses sympathisants suprémacistes de l’alt-right américaine, des illuminés qui prévoient – dans leur manifeste – l’enfermement des juifs et des Noirs dans de gigantesques camps de concentration.

Habemus Joe!

./…

Du non-respect des règles et des réactions sur les réseaux sociaux: infographie…

Vous parler du bannissement de Donald Trump sur les réseaux sociaux et des réactions ampoulées sur Twitter? La tentation est grande, je pourrais, en axant mon propos sur le profil suprémaciste de ce dernier. Je pourrais, en évoquant le tristement célèbre Président ivoirien Laurent Gbagbo – qui comme Trump, avait contesté les résultats d’une présidentielle en 2010 avec incitation à la guerre civile | Rappel: 4 envahisseurs morts au Capitole plus un policer suite appel de Trump (Laurent Gbagbo avait fini à la Cour pénale internationale CPI). Oui je pourrais aussi évoquer les racistes et antisémites virés à juste titre des réseaux sociaux pour les mêmes faits, sous nos applaudissements unanimes. Pour ne pas se perdre en arguties tant le bal des hypocrites est énorme, allons à l’essentiel, infographie

Simple, basique. Juste une question – trouvée sur Twitter-: «Comment peut-on, à la fois, demander, tous les jours, que les comptes propulsant la violence, le mensonge et la haine sur les réseaux sociaux soient bannis et s’insurger lorsqu’un compte propulsant la violence, le mensonge et la haine est banni ?». Vous avez 4 heures.

De qui et de quoi parle-t-on à propos de Trump? Dans un thread de 4 tweets Audrey Pulvar apporte une réponse éclairée: «De quoi parle-t-on à propos de #Trump ? De racisme, d’homophobie, de suprémacisme blanc. D’un président officiellement soutenu par le KuKLuxKlan, qui a publiquement appelé les milices d’extrême-droite à tirer sur les manifestants soutenant GeorgeFloyd, d’un supporter des #ProudBoysUSA [.] De quoi parle-t-on à propos de #Trump et de son «expression» ? D’un président qui a soutenu les miliciens armés qui ont envahi le Capitole du Michigan (avril 2020) et prévoyaient d’enlever la gouverneure démocrate de cet État. D’un homme se vantant d’être un «Pussy grabber» [..] D’un président faisant pression publiquement sur le ministère de la justice de son pays pour obtenir des peines allégées pour ses amis ( Affaire R.Stone) … D’un homme qui n’a cessé de répéter que la presse est «l’ennemie du peuple» and so on… [..] Il n’est pas interdit de réfléchir 45 secondes et de se rendre compte que faire aujourd’hui de #Trump le symbole de la liberté d’expression opprimée n’est rien moins que la plus spectaculaire fakenews jamais inventée. Donald Trump n’est pas une victime. C’est un agresseur».

Faut-il tolérer l’intolérance de Trump? Faut croire que, il faut avoir été – ou être – dans le viseur de Trump & de sa clique de suprémacistes pour voir en ce bannissement un souffle d’espoir, un répit, voire une pause dans ce statut de cible  permanente de la haine raciale qui les anime. Faut croire que l’humain ne combat avec justesse que ce qui l’affecte directement. Simple constat, quoique. Il me faut dire qu’il y a des gens de bonne foi parmi ceux qui s’inquiètent du pouvoir des GAFA sur la prise de parole en public. Ce que je leur reproche néanmoins – je vais me gêner -, c’est de prêter leur voix à cette homélie numérique de concert avec les «assassins d’aube» Au fond, et qu’on se le dise, ce que ces derniers ne supportent pas dans ce bannissement, ce n’est pas le bannissement en soi, ce n’est pas une prétendue atteinte à la «Liberté d’expression», c’est «le crime contre soi» comme disait Aimé Césaire. Oui, ce qu’ils ne supportent pas par dessus tout, c’est le fait de voir s’appliquer sur l’un des leurs, des règles dont ne relevaient jusqu’ici que les «coulis des réseaux sociaux» dont ils pensaient être les Maîtres.

Et c’est là le grand reproche que j’adresse aux pseudos «démocrates des réseaux sociaux», aux «chiens de garde du racisme», aux «macronés lèche-chèques», aux «journalistes goitreux endollardés de sottises», aux «pseudos intellectuels convaincus de leur «supériorité numérique», etc. On leur reproche d’avoir trop longtemps rapetissé la liberté d’expression, d’en avoir eu, d’en avoir encore une conception étroite et parcellaire, partielle et partiale, et tout compte fait, sordidement raciste (Césaire).

(Relire en cliquant sur les liens insérés)

./…

Nicolas Sarkozy, pour «l’ensemble de son œuvre» …

[Rendre à César ce qui est à César]. À nouveau mis en examen pour association de malfaiteurs, Nicolas Sarkozy avait déclaré lors d’un déplacement à Bordeaux en 2014 (je le cite): «Quand un individu revient pour la 17e fois devant le tribunal, il doit être puni pour l’ensemble de son œuvre ».

Et je dois avouer qu’il a raison. Bref, «Que cela soit écrit, et que cela s’accomplisse»

./…