#Présidentielle : À chacun sa vision de la #laïcité! Les programmes au scanner…

Oui, il m’arrive encore de lire le Journal format papier. Petit extrait du Progrès de #Lyon. Pour mieux comprendre la vision de la laïcité des principaux candidats à la présidentielle . La #Gauche est à droite de l’image et la #Droite à gauche. Le Milieu (le Centre), disons,  la « Tour de Pise » penche plus à #Droite sur cette question (de société). Faut suivre.

Laïcoyé présidentielle 2017 programmes des candidatsjpg

Deux bonnes réponses: 1. « La loi de 1905 est complète, l’une des plus belles de la République », [Benoit Hamon] 2. « L’Église chez elle, et L’État chez lui!«  [De Victor Hugo cité par Mélenchon]. Pas mieux. Et je ne résiste pas au plaisir de vous donner à lire le magistral discours de Victor Hugo du 15 janvier 1850 contre le projet de loi Falloux, lorsque la bourgeoisie et les lois antidémocratiques et, parmi elles, la loi Falloux soutenue par M. Thiers et par Mgr Dupanloup, livrait la jeunesse à la hiérarchie catholique après les élections d’avril 1848 et l’arrivée au pouvoir du « Parti de l’Ordre«  qui, aux élections de 1849, emporte les deux tiers des sièges de l’Assemblée. C’est au cours des débats acharnés qui durèrent trois mois que Victor Hugo….

victorhugoJ’aborde immédiatement la question dans sa réalité positive actuelle. Je la prends où elle en est aujourd’hui, au point relatif de maturité où les événements, d’une part, et, d’autre part, la raison publique, l’ont amenée. A ce point de vue restreint, mais pratique, de la situation actuelle, je veux, je le déclare, la liberté de l’enseignement; mais je veux la surveillance de l’État, et comme je veux cette surveillance, effective, je veux l’État laïque, purement laïque, exclusivement laïque. L’honorable M. Guizot l’a dit avant moi; en matière d’enseignement, l’État n’est pas et ne peut être autre chose que laïque.

Je veux, dis-je la liberté de l’enseignement sous la surveillance de l’État, et je n’admets, pour personnifier l’État dans cette surveillance si délicate et si difficile qui exige le concours de toutes les forces vives du pays, que des hommes appartenant sans doute aux carrières les plus graves mais n’ayant aucun intérêt, soit de conscience, soit de politique, distinct de l’unité nationale. C’est vous dire que je n’introduis, soit dans le conseil supérieur de surveillance, soit dans les conseils secondaires, ni évêques ni délégués d’évêques. J’entends maintenir, quant à moi, et au besoin faire plus profonde que jamais, cette antique et salutaire séparation de l’Église et de l’État, qui était la sagesse de nos pères, et cela dans l’intérêt de l’Église comme dans l’intérêt de l’État.

Je viens de vous dire ce que je voudrais Maintenant, voici ce que je ne veux pas :Je ne veux pas de la loi qu’on vous apporte. Pourquoi? Messieurs, cette loi est une arme. Une arme n’est rien par elle-même ; elle n’existe que par la main qui la saisit. Or, quelle est la main qui se saisira de cette loi? Là est toute la question. Messieurs, c’est la main du parti clérical. Messieurs, je redoute cette main ; je veux briser l’arme, je repousse le projet. Cela dit, j’entre dans la discussion. J’aborde tout de suite, et de front, une objection qu’on fait aux opposants placés à mon point de vue, la seule objection qui ait une apparence de gravité. On nous dit: « Vous excluez le clergé du conseil de surveillance de l’État, vous voulez donc proscrire l’enseignement religieux? »

Messieurs, je m’explique. Jamais on ne se méprendra, par ma faute, ni sur ce que je dis ni sur ce que je pense. Loin que je veuille proscrire l’enseignement religieux, entendez-vous bien? Il est, selon moi, plus nécessaire aujourd’hui que jamais. Plus l’homme grandit, plus il doit croire. Plus il approche de Dieu, mieux il doit voir Dieu.

Je veux donc, je veux sincèrement, fermement, ardemment, l’enseignement religieux, mais je veux l’enseignement de l’Église et non l’enseignement religieux d’un parti. Je le veux sincère et non hypocrite. Je le veux ayant pour but le ciel et non la terre;

je ne veux pas qu’une chaire envahisse l’autre; je ne veux pas mêler le prêtre au professeur. Ou, si je consens à ce mélange, moi législateur, je le surveille, j’ouvre sur les séminaires et sur les congrégations enseignantes l’œil de l’État, et, j’y insiste, de l’État laïque, jaloux uniquement de sa grandeur et de son unité. Jusqu’au jour, que j’appelle de tous mes vœux, où la liberté complète d’enseignement pourra être proclamée, et en commençant je vous ait dit à quelles conditions, jusqu’à ce jour-là,

je veux l’enseignement de l’Église en dedans de l’Église et non au dehors. Surtout je considère comme une dérision de faire surveiller, au nom de l’État, par le clergé l’enseignement du clergé. En un mot, je veux, je le répète, ce que voulaient nos. pères, l’Église chez elle et l’État chez lui.

L’Assemblée voit déjà clairement pourquoi je repousse le projet de loi ; mais j’achève de m’expliquer. Messieurs, comme je vous l’indiquais tout à l’heure, ce projet est quelque chose de plus, de pire, si vous voulez, qu’une loi politique, c’est une loi stratégique. Je m’adresse, non, certes, au vénérable évêque de Langres, non à quelque personne que ce soit dans cette enceinte, mais au parti qui a, sinon rédigé, du moins inspiré le projet de loi, à ce parti à la fois éteint et ardent, au parti clérical. Je ne sais pas s’il est dans le gouvernement, je ne sais pas s’il est dans l’assemblée; mais je le sens un peu partout. Il a l’oreille fine, il m’entendra. Je m’adresse donc au parti clérical et je lui dis Cette loi est votre loi. Tenez, franchement, je me défie de vous. Instruire, c’est construire. Je me défie de ce que vous construisez.

Je ne veux pas vous confier l’enseignement de la jeunesse, l’âme des enfants, le développement des intelligences neuves qui s’ouvrent à la vie, l’esprit des générations nouvelles, c’est-à-dire l’avenir de la France,

parce que vous le confier ce serait vous le livrer. Il ne me suffit pas que les générations nouvelles nous succèdent, j’entends qu’elles nous continuent. Voilà pourquoi je ne veux ni de votre main ni de votre souffle sur elles. Je ne veux pas que ce qui a été fait par nos pères soit défait par vous.

Votre loi est une loi qui a un masque.

Elle dit une chose et elle en ferait une autre. C’est une pensée d’asservissement qui prend les allures de la liberté. C’est une confiscation intitulée donation. Je n’en veux pas. C’est votre habitude. Quand vous forgez une chaîne, vous dites: « Voici une liberté! » Quand vous faites une proscription, vous criez : « Voilà une amnistie ». Et vous voulez être les maîtres de l’enseignement. Et il n’y a pas un poète, pas un écrivain, pas un philosophe, pas un penseur, que vous acceptiez!

Et tout ce qui a été écrit, trouvé, rêvé, déduit, illuminé, imaginé, inventé par les génies, le trésor de la civilisation, l’héritage séculaire des générations, le patrimoine commun des intelligences, vous le rejetez! Si le cerveau de l’humanité était là devant vos yeux, à votre discrétion, ouvert comme la page d’un livre, vous y ferez des ratures! Convenez-en!

Et vous réclamez la liberté d’enseigner! Tenez, soyons sincères; entendons-nous sur la liberté que vous réclamez c’est la liberté de ne pas enseigner. A qui en voulez-vous donc? Je vais vous le dire vous en voulez à la raison humaine. Pourquoi? Parce qu’elle fait le jour. Oui, voulez-vous que je vous dise ce qui vous importune?

C’est cette énorme quantité de lumière libre que la France dégage depuis trois siècles, lumière toute faite de raison, lumière aujourd’hui plus éclatante que jamais, lumière qui fait de la nation française la nation éclairante, de telle sorte qu’on aperçoit la clarté de la France sur la face de tous les peuples de l’univers.

Eh bien cette clarté de la France, cette lumière libre, cette lumière directe, cette lumière qui ne vient pas de Rome, qui vient de Dieu, voilà ce que vous voulez éteindre, voilà ce que nous voulons conserver!

Je repousse votre loi. Je la repousse parce qu’elle confisque l’enseignement primaire, parce qu’elle dégrade l’enseignement secondaire, parce qu’elle abaisse le niveau de la science, parce qu’elle diminue mon pays.

VICTOR HUGO

Maintenant vous savez. (De rien)

./…

Publicités

#Education: Pauvres gosses, quand on pense que F.#Fillon veut supprimer des postes … 

À toutes fins utiles, je rappelle que les enseignants (profs, instits, etc) sont des « fonctionnaires » de l’Éducation nationale. Et dans la revue de presse du jour, le niveau des élèves français en mathématique, mais pas que …

education-niveau-maths-eleves-franc%cc%a7ais

Et quand on pense que François Fillon propose de supprimer 500. 000 postes, pauvres gosses …

un-million-de-fonctionnaires-ont-ete-embauches-depuis-1995-supprimer-500-000-postes

Et pour en finir avec l’intox sur le « trop de fonctionnaires en France par rapport aux autres pays

nombres-de-fonctionnaire-en-france-par-rapport-autres-pays-europe

François Fillon n’est pas bon en maths, maintenant vous savez. Sinon, question:

« Nos enfants, nuls en maths ou en français?  » Les deux? A qui la faute?

Vous avez 4 heures.

./…

F.#Fillon, l’îlot #FN: « Faire barrage » ou ne pas Être? Réflexion à 2 € …

«Ah il est de Droite, ZavezVu? Attention les gens, il fera une politique de Droite!» une critique facile, et ça ne suffira pas. «Politique de Droite»? Oui on le sait, comme entre 2007 et 2017, tout comme ces dernières années d’ailleurs, avec qui vous savez. Et c’est très drôle d’entendre à gauche les cris d’orfraie de certains #CopainsPS: «la politique libérale c’est pas bien!». Hier encore, ils étaient vent debout contre les « frondeurs» – les lanceurs d’alerte de la GauchePropre-, ils scandaient le 49.3 insultes en bandoulière, pestaient contre ces vilains Syndicalo-Gauchistes de la CGT et découvrent, hébétés, que l’eau ça mouille! Oublions le « Mouarf! », passons [ et pas taper!].

Face à un François Fillon adoubé pour la Droite catho et ses extrêmes, et très probablement en force dès ce dimanche soir -s’il écrase la «tache de Gauche» au deuxième tour de la #PrimairedeDroite-, quelle place -ou chance- pour la Gauche à la présidentielle 2017? La question se pose, quelque soit le candidat. D’accord ou pas d’accord, elle s’impose car le score de dimanche définira beaucoup de choses: le candidat de la Droite à la présidentielle certes, mais aussi les contours de la nouvelle Droite Française, et peut-être bien le poids de la Gauche dans ce nouveau paysage. Alors, Être ou ne pas être? Pour finir, une réflexion à 2 balles euros: « Faire barrage» ou « le jeu de F. Fillon»? 

Dans l’attente, veuillez agréer… 

./…

UMP: l’An (1) des enfoirés…

Il y a un an, Copé-Fillon, nous offraient « le spectacle des enfoirés« , loin des restos du cœur. C’est l’avis du JT de France2. S’il faut s’en souvenir…

Lire :

1. Copé, Fillon et le ridicule, 1 an déjà (Cyril Marcant)
2. Marre des sondages ? Exprimez-vous. (Extimitéspolitiques)..

.

Bonne semaine.

#Brignoles: Fillon et Copé jouent à « Qui perd gagne »…

Je ne sais pas ce qui s’est passé ce dimanche soir à Brignoles mais, à lire les tweets de JF Copé et F Fillon, j’imagine que l’UMP a gagné une élection face au PS.

20131013-215842.jpg

Le second tour de la cantonale partielle de Brignoles, opposait le candidat FN Laurent Lopez(53,9% des voix,) et l’UMP Catherine Delzers(46,57%) soutenue par JF Copé et F. Fillon. Après avoir gagné conjointement la Présidence de l’UMP, JF Copé et F. Fillon rejouent à Qui perd gagne à Brignoles…

JF Copé: Sortir du sarkophage, le droit d’inventaire…

À l’UMP, c’est l’été des longs couteaux. Après la colère médiatique de François Fillon contre Nicolas Sarkozy le 11 juillet dernier: «L’UMP ne peut vivre dans l’attente d’un homme providentiel!» (…), JF Copé s’engouffre dans la brèche et demande un « droit d’inventaire » des années Sarkozy pour méditer sur la passé, pour sortir du Sarkophage et du Copy Con

20130817-132340.jpg

L’ami Jegoun, s’est déclaré volontaire et propose d’aider JF Copé a faire son inventaire du sarkozysme, il avance quelques pistes intéressantes (lire). Pour reprendre une phrase de Copé adressée aux Français lors de la souscription UMP, j’ai une annonce de la plus haute importance:

«J’appelle les militants, sympathisants de droite et de gauche, et tous les Français à participer à cet inventaire du Sarkozysme afin de barrer la route à ceux qui rêvent de voir l’espace politique français monopolisé par « le silence sur la gestion de la France » de ces cinq dernières années»

Le droit d’inventaire, c’est maintenant! …

Aidons JF Copé. Le bilan complet  de Sarkozy est déjà disponible en ligne.

[Screen]

Sarkobashing à l’UMP: Quand F. Fillon demande à Sarkozy de payer…

La dernière édition papier de l’hebdomadaire Le Point (« Mieux vivre avec Aristote et Platon ») cache une pépite: la nouvelle philosophie interne de l’UMP, le Sarko-Bashing , c’est rare…

20130727-235324.jpg

Une note à réécrire pour indexer cette « opération humanitaire«  des « bras cassés » de l’UMP dans les requêtes Google. « Je ne comprends pas pourquoi Sarkozy ne donne pas tout de suite 1 million d’euros . Rien ne l’empêche de dépasser le plafond des dons aux partis (7650€) puisqu’il est caution solidaire » (Team F. Fillon).

On ne comprend pas non plus. La UNE du Point.fr est à refaire (proposition): « UMP, Mieux vivre avec Sarkozy, Fillon et Copé« … Poursuivre le Bashing avec:

1. La colère de Fillon: Sarko a foiré sa campagne, planté les finances
2. #Fillon: le « collaborateur » ne collabore plus
3. Copé: « Je ne suis pas Sarkozyste »
4. Les p´tits soucis de Carla: 410.000€, c’est du sérieux...
.

A l’UMP, le ciel n’est jamais vide, même en été

.

La photo officielle du groupe-Fillon (RUMP)…

Photo du « gouvernement » Fillon (le groupe RUMP à l’Assemblée nationale)

20121127-190034.jpg

Y a du monde derrière la grand SchtRUMPf

UMP: Sarkozy s’exprime en toute liberté (de conscience)…

Il s’est fait discret ces derniers jours et prépare son audition  de jeudi chez le juge Gentil dans le volet  »affaire Bettencourt ». Selon le Canard enchainé, Nicolas Sarkozy livre sa liberté de conscience sur le grand fiasco politique l’UMP et sur l’échéance 2017.

« ce résultat élimine Fillon » pour 2017. Pour Nicolas Sarkozy c’est (peut être) le juge Gentil qui va, en toute liberté de conscience...

|CaféPolitique_BFMTV|

Débat Fillon-Copé résumé en 140 caractères… poke @guybirenbaum #dpda

C’est dans le titre. Résumé proposé par l’épicier Old school guybirenbaum

20121026-073633.jpg

Pas mieux.