Au «Banquet de Solférino»: Menu sauce piquante, trahisons & parjures (Récit)…

Banquet de la natureIls avaient organisé un grand « Banquet de la nature » pour choisir le meilleur d’entre eux, ils l’avaient décidé après referendum pour relancer le Grand Chef mal en point dans les bas-fonds du Royaume. Puis, l’ont ajusté pour l’influent Comte d’Évry, l’homme fort du Royaume, celui qui poussa le Roi Aume vers la sortie l’obligeant à renoncer à son trône. Aussi, pour choisir le Dauphin, les Ducs de Solferino organisèrent une Grande joute culinaire, un festin #Primaire annoncé en grande pompe sur toute l’étendue du royaume et késapélorio « le Banquet de la Belle Alliance Populaire! »

Pour l’occasion, des voisins étaient conviés à se joindre à eux même sans les parrainages des nobles gens de la Famille contrairement à la tradition. Faire l’unité, zeste d’ouverture, une bien curieuse joyeuseté qui laissa sur le coté le Vieux Gégé dit le Filoche, honteusement écarté des festivités pour « mauvaise tenue à table« , un prétexte, il était juste un peu trop … gourmet. Et comme en l’An 12 avant le Medef, ils avaient demandé aux sujets du Royaume de choisir le meilleur mets, la meilleure recette, la plus savoureuse, celle avait plus de chance pour gagner Intervilles2017, sans les vachettes. Moyennant paiement d’une dîme, les manants et les gueux de toutes les contrées de France et de Navarre étaient conviés aux dégustations festives pour désigner le MeilleurCuisto du Royaume. Puis, Habemus l’élu! Houra! Hi-Pi-piP, hourra! cria le Royaume en chœur dès la fin des épreuves. Ils avaient bien mangé, bu et c’était beaucoup bon. Ce fut le 7è Jour de la deuxième semaine. Puis vint le Jour de la procession

Parti socialiste trahision Hamon Macron 2017

Mais depuis la fin de ce grand raout populaire, la Seigneurie de Solfé se détourna de Benoit-le valeureux, pas assez malhonnête à leurs yeux et beaucoup trop proche du Peuple, «les vrais gens». De trahisons en parjures, ils se tournèrent vers un jeune inexpérimenté qui rêvait de Royauté, un néophyte qui pourtant avait boudé leur « tambouille ».  Mais ils le voulaient, lui l’ancien commis du Grand Chef pour ses recettes libérales, lui l’ex protégé du guerrier Attali, ils le voulait pour sa proximité réformisteprogressiste avec Sir Manuel d’Évry, ex de Matignon & de Beauvau, malheureux finaliste, vaincu dans l’Arène des Éléphants par le modeste Benoit-la-Fronde. Les Notables de Solfé étaient donc #EnMarche vers l’ex-stagiaire parisien du Faubourg St.Honoré. Vent debout et solfèges en bandoulière, ils prenaient le pas, les uns après les autres, derrière l’ancien Pâtissier de Bercy pour sauver leurs privilèges. (PS: Il se dit qu’il a été démissionné de Bercy pour sa « recette chômage sauce farine-animale ». Trop de dégâts. A vérifier.) .

Constat saléBenoit-le-valeureux est moins bien loti chez les Solférino que Sir Fillon de la tribu-des-casseroles. « Solférino est en miette » constate effarée la Duchesse Cycce. Bah!? Si. Ce grand « Banquet de la Nature » n’était au final qu’une entourloupe en bande organisée, un « QuiPerdGagne » car le résultat n’était pas celui souhaité par les Châtelains de Solférino. Question:  Qu’allait devenir Benoit-le valeureux? Pas d’inquiétude car  …

« En politique comme dans l’art culinaire, une bonne recette garde toujours la confiance de sa clientèle. Un principe de fidélité, théorème de « la mémoire gustative »

A Gauche, « l’électeur a une mémoire d’éléphant », rappel. Bref, le Roy Aume est mort, Vive Benoît! 

Lugdunum, 12 Ventôse l’An 17.

./…

Publicités