Le fils caché de Nicolas Sarkozy: « Ich bin ton (..)! »…

« Ich bin ton fils! » cria t-il lorsqu’il posa enfin ses valises dans cette belle et riche demeure qui fut celle de son Père de 2007 à Mai 2012, date de la saisie du bien par la Banque de France (pour accointance aggravée avec plus riches, libéralisme en bande organisée, appauvrissement de la rue, concupiscence avec les extrêmes, etc). Encore et toujours chez lui, le fiston est de retour à l’Elysée, lieu de son stage de 3ème dirigé par Tonton Attali, puis celui de ses classes Prépas (2012-2014) avant la Business School de Paris Bercy (2014-2016), étape tremplin, entièrement financée par l’Institut François Hollande – qui toujours attend les remerciements de l’enfant prodige, « Fils de (..)« – et le remboursement du capital, C’était un prêt étudiant à taux zéro. Puis, le « fils de » lança sa start-up #EnMarche en avril 2016 pour une OPA offensive -et réussie- sur l’Elysée en mai 2017.

Papa est très content, sa daronne aussi. D’ailleurs, il travaille toujours en famille, avec ses cousins Philippe, Bruno, Oncle Gérard, etc. C’est le bordel. Il a cependant du mal avec le cousin Manouël, un migrant Espagnol, de Catalogne. Bref, la politique est une histoire de famille.

./…

Publicités

Un message caché à la UNE de Libération?

Regardez cette UNE du journal Libération avec ce trait d’humour: Bernard, si tu reviens, on annule tout! Il y’ a comme…

Traversons le plexiglas de l’évidence et regardons, un court instant, cette image que nous offre à lire Libération. Il y’ a quelque chose d’inhabituel, un nouveau code. Un signe? un message caché? Si oui, pour quelle interprétation?

Étrange.

Je ne suis sûr de rien,  je peux me tromper mais, le titre n’est pas le seul message de Libé à l’attention de Bernard Arnault. C’est beaucoup plus subtil, fin et très intense. Le dire? j’hésite, certainement la peur de paraître ridicule. Et si au delà de ce message tape à l’œil se cachait un vrai message?, enfin… Je vous laisse regarder… Vous avez 4 heures.

(Édit: 4 heures +tard, indice 1, un code couleur)

Ah! vous y êtes? [… 4 heures 🙂 ]. (Édit: 8 heures +tard, indice 2, un lien publicitaire de la même couleur). Cette couleur vient (peut être) de la publicité signée Yves Saint-Laurent. La marque YSL appartient à François Pinault, l’ennemi juré de Bernard Arnault!. On peut aussi penser à une couleur politique, à gauche, à une prise de position pour une cause (mariage pour tous? actu du jour) etc. Il reste à savoir ce que Libé pense annuler si Bernard

VOTEZ! Par N. DEMORAND de Libération…

Rien n’est fait ni acquis. Rien. Maintenant que la campagne officielle est close, que radios et télévisions n’ont plus le droit de parler de politique, démarre le moment le plus important.
Celui où les indécis finissent par décider. Où les abstentionnistes potentiels changent d’avis et se rendent aux urnes pour exprimer finalement un choix. Celui de la décantation démocratique après une campagne d’entre deux tours qui aura été marquée par un climat de violence verbale et parfois physique, à l’encontre notamment des journalistes.

A droite, Nicolas Sarkozy a entretenu la stratégie de la tension, emmenant son camp dans la transgression de ses valeurs fondatrices. Quelle que soit l’issue du scrutin, le paysage politique en restera profondément, durablement et dangereusement transformé.

A gauche, François Hollande a fait la démonstration qu’une autre vision de la politique, une autre conception de l’Etat, une autre politique européenne étaient non seulement possibles mais à portée de main. Et que la justice, pour finir, devait être la vertu cardinale des sociétés comme les nôtres, en crise profonde et en colère. Votez, donc.

Et faites voter autour de vous pour transformer la fragile et anesthésiante virtualité sondagière en réalité politique. Pour mettre un terme à cinq années qui auront figé le pays dans ses peurs, attisé le poison du ressentiment et dressé les Français les uns contre les autres. Pour exercer pleinement cette immense parcelle de souveraineté qui donne à chacun le droit et le pouvoir enchanteur de déterminer l’avenir.

Sarkozy et les riches> Un bobiyet de Libération…

Tout savoir sur Sarkozy et les riches, c’est ce qu’annonce Libération dans son édition du jour. Des chiffres précis, irréfutables, obtenus à partir des documents budgétaires officiels de la France et validés par les meilleurs experts. La question posée par Vincent Giret est simple:

Qui a profité des 84 milliards d’euros redistribués au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy?

Pour Libé, nul ne peut plus désormais parler d’invective partisane tant les ordres de grandeur sont flagrants: le Président fut avant tout celui des entreprises (60%) et, des ménages les plus aisés (22%). Un résultat sans appel…

Cette image du «président des riches» que livre Libération et qui lui colle à la peau comme le sparadrap du capitaine Haddock, ne peut plus passer pour une idée reçue. Pour Libération:

Il ne suffira pas d’opposer les quelques réussites incontestables – le Grand emprunt ou le crédit impôt recherche – pour dissimuler la double faute du quinquennat: à l’inéquité des choix politiques en matière de fiscalité, par exemple, s’est ajoutée l’erreur économique. Au moment même où la France basculait dans la crise la plus violente depuis les années 30, l’Etat a manqué cruellement de ressources et de capacité de réaction. Mais le plus grave en ces temps mauvais, c’est que le Président a sérieusement abîmé l’idée même de réforme.

Ce ne sera pas le moindre des défis à relever en cas d’alternance. Il ne faut pas s’y tromper: la France a davantage besoin de la vision, de l’obstination et du courage qui furent la marque de fabrique de Mendès France dans les années 50 que des anachronismes économiques du Mitterrand de mai 81.

Un Bobiyet [beau billet 😉 ] de Vincent GIRET dans Libération [Version Web spécial Abonnés, Sinon, chez le buraliste]


Le Figaro ‘’lache‘’ Nicolas Sarkozy via Karachi…

C’est inhabituel, presque aussi nouveau que l’année qui commence. lefigaro.fr ‘’tacle‘’ Nicolas Sarkozy dans son édition (en ligne) de ce lundi (illustration).

Suite à la publication par Libération des extraits du  procès verbal de l’audition par le juge Renaud Van Ruymbeke d’un ancien haut fonctionnaire pour qui le chef de l’État, alors Ministre du Budget en 1994 était au courant du montage financier pour les ventes d’armes au Pakistan,

On peut lire ceci dans lefigaro.fr

Ce témoignage est capital pour les juges qui suspectent que les commissions du contrat Karachi aient donné lieu à des rétrocommissions ayant servi à financer la campagne d’Édouard Balladur en 1995. Campagne dont Nicolas Sarkozy était alors le porte-parole.

Et au Figaro d’ajouter…

A ce stade de l’enquête, rien ne prouve encore que Nicolas Sarkozy était au courant du versement de rétrocommissions mais il est évident, pour les témoins de l’époque, que le ministre du Budget a donné son accord à la création de la société Heine et était donc au moins au courant du montage financier.

C’est une analyse assez rare du Figaro sur Nicolas Sarkozy. Peut être une conséquence de l’effet Nostradaluche

Sur ces nouvelles révélations, Libération.fr nous apprend que des fonds secrets ont bien été mobilisés pour la campagne de M. Balladur en 1995 et que, Sarkozy aurait validé un circuit de commissions en 1994. La défense de l’Élysée se fissure…

A suivre

Saaarkozy: A La UNE de Libération, un collector…

Dernière nouvelle…

L’agence de notation Fitch dégrade la note de l’Espagne de deux crans…

Lire dans LeFigaro.fr

A qui le tour? Moody’Soit Qui Mal Y France

________

Lire billets

Ce Que Je Pense:  Ah! Moody’s soit la note ‘’triple A‘’ de la France…

VARIAE: La convention sur le projet PS, ou le naufrage de l’UMP

Et, Liberation.fr

.

.