« Lettre d’Emmanuel Macron aux Français » Tribune libre | Et en même temps, Je …

Pour cette année 2019 et par respect pour « le sens de l’effort » qui nous fait tant défaut, le blog Extimités (politiques) ouvre ses colonnes à Emmanuel Macron pour sa tribune libre. Pour sa première, il nous présente sa « Lettre de … » Oups (pardon), sa « Lettre aux Français ». Lecture | Attention, ce papier n’engage que son auteur.

Letrre aux Français Macron Gilets Jaunes.jpgChers Gaulois réfractaires, chère Foule haineuse, Sieurs et Gentes Dames, citoyennes & citoyens, Mes simples contributeurs, je vous présente ma ….

Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes,

Dans une période d’interrogations et d’incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

La France n’est pas un pays comme les autres. Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte (et en même temps je fais ce que je veux).

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l’éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l’effort partagé par tous (Et en même temps j’ai supprimé l’ISF pour les riches d’entre nous).

C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans la conception des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c’est tout cela, la nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d’être Français?

Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère.

Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n’offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d’où l’on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste (Et même temps je ferme les yeux sur la hausse des inégalités en France (Lire)

Cette impatience, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d’effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n’accepter aucune forme de violence. Je n’accepte pas, et n’ai pas le droit d’accepter la pression et l’insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n’accepte pas et n’ai pas le droit d’accepter la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait ! (Et même temps, Alexandre Benalla continue de jouir d’une insolente impunité (lire)

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

C’est pourquoi j’ai proposé et je lance aujourd’hui un grand débat national qui se déroulera jusqu’au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, de nombreux maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J’ai eu de nombreux retours que j’ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l’intermédiaire légitime de l’expression des citoyens. Pour moi, il n’y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d’accord sur tout, c’est normal, c’est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n’a pas peur de parler, d’échanger, de débattre. Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d’accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu’on ne le croit. Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu’il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse, car l’un va avec l’autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l’emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu’il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours qu’il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n’a pas changé. Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d’envisager l’avenir, de nouvelles idées (Et en même temps, Pétain (lire).

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d’entre nous, puisse participer. Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C’est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d’ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n’épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations. (Et en même temps, sur les fonctionnaires, moi, vous savez)

Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l’action publique. L’impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C’est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d’avenir, notre recherche, notre culture, ou d’entretenir nos infrastructures. C’est aussi l’impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin. (Et en même temps, « Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises »)

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu’il en soit, poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d’autres trop cher en raison des cotisations qu’ils paient. L’efficacité de la formation comme des services de l’emploi est souvent critiquée. Le gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour notre santé, pour lutter contre la pauvreté, et pour lutter contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c’est l’organisation de l’État et des collectivités publiques. Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale. Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? A quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l’État soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l’administration et comment ?

Comment l’État et les collectivités locales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique

et la pollution de l’air. Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous. (Et en même temps, ma politique sur l’écologie c’est l’inverse).

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. Être citoyen, c’est contribuer à décider de l’avenir du pays par l’élection de représentants à l’échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l’issue des élections.

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Économique, Social et Environnemental doivent-ils jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d’écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l’initiative?

La citoyenneté, c’est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c’est le devoir de l’asile, qui ne saurait être remis en cause (et en même temps sur les migrants de Calais…). Notre communauté nationale s’est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d’un avenir meilleur: c’est comme cela qu’elle s’est aussi construite (et en même temps je mégote sur des quotas d’accueil de réfugiés dans une arithmétique glaciale qui fait zizir au Front national). Or, cette tradition est aujourd’hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l’immigration et aux défaillances de notre système d’intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des quotas objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d’importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu’elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’État et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République? (Et en même temps sur les religions, moi vous savez…)

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l’avenir de notre nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n’importe quel sujet concret dont vous auriez l’impression qu’il pourrait améliorer votre existence au quotidien.

Ce débat est une initiative inédite dont j’ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n’est ni une élection, ni un référendum. C’est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d’âge ni de condition sociale. C’est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence.

C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Françaises, Français, je souhaite que le plus grand nombre d’entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l’avenir de notre pays.

En confiance, On est ensemble

Emmanuel MACRON, (Blogueur associé)

Rappel: Ce papier n’engage que lui.

./..

Publicités

Météo (politique) 2019…

De la Lorraine et de l’Alsace jusqu’à l’Auvergne Rhône-Alpes, le ciel de France sera bien jaune en 2019. S’attendre à de faibles pluies par endroits et de fortes bourrasques de neige jaune partout en France et surtout dans les grandes agglomérations, des vents en conflit avec le cyclone boursier d’envergure qui trop pique partout en Europe. Une année couleur « jaune foule haineuse » selon notre présentateur météo…

Vœux Macron Annonces foule haineuse.jpg

De la pointe bretonne à la Vendée jusqu’aux plaines du Sud-ouest, l’année débutera sous la grisaille. Cet hiver, ces nuages jaunes résisteront entre le sud de l’Aquitaine, le Pays toulousain et le Tarn. Des éclaircies parfois belles se développeront les jours de semaine, du lundi au vendredi, toute l’année du Nord au sud et même en Bretagne! Près de l’Atlantique, dans Alpes, sur le relief des Pyrénées comme du pourtour du Golfe du Lion jusqu’à la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le jaune s’imposera les week-ends en ville, sur les ronds-point et à la campagne. Il faut toutefois composer avec le vent fort des casernes, le mistral des gendarmes et la tramontane des armées atteigneront 80 à 100 km/h en rafales, jusqu’à 120km/h en flasball. Sortez couvert…

Bref, une année couleur jaune intense avec des vents forts sur les Champs-Elysées, des nuages stables au dessus de toute l’île de France en alternance avec l’anticyclone  Benalla. Une saison (politique) beaucoup plus instable que celle qui vient de s’achever. Fin du bulletin météo.

À suivre, le film « La haine », chap. –la foule haineuse-. Bande annonce …

C’est l’histoire d’un mec qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer: «Jusqu’ici tout va bien, Jusqu’ici tout va bien, Jusqu’ici..». Mais l’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage.

Bonne Année.

./…

Le #Passeport (diplomatique), ce « clavier physique » des barbouzeries en #Afrique. Tuto (politique) #AffaireBenallaMacron…

  1. Avant de revenir sur l’#AffaireBenallaMacron et afin d’en saisir toute la portée, arrêtons nous un instant sur la nouvelle pièce maîtrise de ce scandale d’État: Le Passeport diplomatique, que ceci? | Tuto (politique), Principes & effets, entrez …

Mis en examen mais protégé par la République. Oui, Alexandre Benalla a l’immunité diplomatique, étonnant non? Et ce ridicule ballet style « je t’aime moi non plus » qui se joue entre Alexandre Benalla et l’Élysée ne tient plus, non. Pourquoi informer l’Élysée après ce voyage dit « privé »? Il ne viendra à personne l’idée d’informer son ancien employeur sur sa destination de vacances d(affaires surtout après un licenciement pour faute grave n’est ce pas? Et  si ajoute à ce dossier l’affaire Cold Case du coffre disparu à son domicile lors de l’impossible perquisition de l’été dernier, ça fait beaucoup …

Aussi, pour plus de clarté dans ce nouveau chapitre « on nous prend pour des cons« , je propose la mise en place d’une « Commission GiletsJaunes d’Enquêtes Citoyennes, CGJEC« , pour auditionner tout ce beau monde en plus de Jean Yves Le Drian, ministre des « Affaires Étrangères (disons, étranges) », responsable de ce passeport diplomatique délivré le 24 mai, c’est à dire, après les faits de la Place de la Contrescarpe à Paris – tabassage de manifestants par Benalla -, après sa « sanction par l’Elysée« , un Quai d’Orsay qui fait mine de découvrir les déplacements hors France du protégé d’Emmanuel Macron, un multi mis-en-examen qui avait fait une récente virée à Londres pour rencontrer Alexandre Djouhri (le sulfureux intermédiaire des Affaires Sarkozy) bien avant ses barbouzeries en Afrique. Et devinez qui est devenu le « conseiller de l’ombre d’Emmanuel Macron »? Sarko …

Non, ce Passport n’est pas un simple BlackBerry (ou Passeport de Service), c’est beaucoup plus qu’un simple clavier physique, et les explications téléphonées de la TeamMacron EnMarche ne suffiront pas. Et le Quai d’Orsay, apparaît, dans cette barbouzerie (politique), comme «le seul fournisseur d’accès au monde incapable de récupérer une Box à un abonné hors contrat et qui toujours se connecte avec. » Bref, Alexandre Benalla avait un «forfait illimité» et il les a bien multiplié, les forfaits…

À suivre.

./…

Carlos #Ghosn ou quand l’exil[é] fiscal devient #chouchou de la #Presse française… 

Comme l’écrit Julien Salingue à qui je pique le visuel ci-dessous , on a «rarement vu autant de grands médias se passionner (pour s’en émouvoir) pour les conditions de détention de quelqu’un» qui a fraude avec le fisc. Rappel: Carlos Ghosn, DG du Groupe Renault Nissan, l’homme aux 13 millions d’euros de revenus est aux arrêts au Japon pour fraude fiscale. Et “notre presse” de s’inquiéter, nouvelle éthique, Carlos a ses «Gilets Jaunes»

Le Japon, avec sa « sévérité fiscale » et son « régime au riz blanc et à l’eau pour la fraudeurs fiscaux », est un marché incontournable, la troisième économie mondiale avec une forte présence française. On note la présence de la majorité des Grands groupes et de nombreuses PME française dans 1. Luxe & Mode (Chanel, Baccarat, LVMH, Christian Dior, Clarins, Longchamp, Petit Bateau, Agnès B, etc.), dans l’Agro-alimentaire (Danone, Pernod-Ricard, Fauchon, Pierre Hermé, Valrhona, Groupe Le Duff, etc.) 2. Entreprises industrielles (Air Liquide, Airbus, Eurocopter, Thalès, Alstom, Saint-Gobain, Areva, Total, Renault-Nissan, Peugeot-Citroën, Michelin, Valeo,etc.), et 3. Finance & les Services (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, AXA, Air France, Veolia, etc.). Il faut croire que la « sévérité fiscale » n’est pas incompatible avec l’attractivité d’un territoire». En France, il faut trouver autre chose pour justifier l’actuelle complaisance fiscale du gouvernement et étendre le stage «la fraude fiscale c’est mal » à la presse française.

Bref, selon que vous serez puissant ou misérable, la morale (fiscale) est à géométrie variable, une lutte de classe

./…

Dessous & évolution du mouvement #GiletsJaunes: le point #Presse & #FN…

Pour ne pas se perdre en arguties et ne pas vous entraîner dans de vaste périodes oratoires, je vous propose une «analyse simplifiée du Mouvement #GiletsJaunes». Simple vite et bien. Ça m’évitera de vous faire prendre votre temps et vous le mien. Prolégomènes by Sigmund Keynes

Simple, basique et ça marche. Puisque vous insistez, juste un mot: Faire des GiletsJaunes une exclusivité FN sur les chaines-télé et sur les réseaux sociaux, c’est rendre service aux fachos de France et de Navarre. Ils n’attendent que ça, récupérer qu’ils n’ont pas créer et le FN (Rassemblement National) va capitaliser cette colère populaire et deviendra – si ce n’est déjà le cas-  «le seul parti en lutte pour le pouvoir d’achat des français», une thématique jusque-là absente de leur catéchèse politique. Le silence de la Gauche, les hésitations des insoumis, l’absence des Verts EELV, c’est du pain bénit pour Marine Le Pen & associés. Et pourtant des images et des témoignages permettent de mieux saisir ce qui se passe réellement sur le terrain. « Une chose est sûre -écrit un ami sur Facebook-, pour les participants et notamment ceux (majoritaires) dont c’est la première mobilisation militante, cela restera comme un moment politique et personnel fondateur. Je vois difficilement comment cela pourrait en rester là ». Je confirme, et ça ne sera pas chez les gens bien. La Gauche a démissionné, elle n’est pas présente dans cette mobilisation citoyenne pour le pouvoir d’achat, une première, c’est malin…

Au final, on se retrouvera face à deux camps, dans un «facho-à-facho» organisé et souhaité entre … d’un côté, les heureux macronistes fiers d’avoir bouter l’#Aquarius hors de France et désormais en marche sur les pas des FN avec leur LoiAsileImmigration, et de l’autre, les ex-FN devenus Rassemblement national. Comme en 2017.

Et les actes racistes dénoncés -à juste titre  par certains, disons, par ceux qui font mine de découvrir ce que l’on dénonce au quotidien avec en retour des quolibets en «raciaslisme», ou en « racisme AntiBlancs », ce racisme « qu’ils découvrent » ne les intéresse pas pour l’acte en soi, mais pour l’utilisation qu’ils peuvent et vont en faire: casser et affaiblir une contestation populaire contre la vie chère, un constat que personne ne conteste d’ailleurs. Mais plus personne n’en parle, ça va encore passer crème. Faut-il se priver de dénoncer ces actes insupportables? Bien sûr que non, mais pas qu’aujourd’hui, demain aussi si vous voulez bien et on effacera « vos silences d’hier », mais permettez que je puisse en douter. On ne va pas se mentir n’est ce pas?

Pour finir, devinez qui gagnera encore les élections avec pour seul programme «la peur du FHaine»? La politique de la Terra incognita est devenue réalité

./…

#GiletJaune: «c’est moche, ça ne va avec rien mais le porter est une élégance qui peut sauver votre pouvoir d’achat».

Obligatoire depuis le 1er octobre 2008, le « gilet de sécurité » dit #GiletJaune fête son dixième anniversaire ce 17 novembre 2018, u n vrai succès. Il est « de sortie » partout en France », c’est l’objet tendance, et le porter est une élégance. Karl Lagarfeld en témoigne

Bilan Grève #GiletsJaunes, Manifestation AntiMacron Bilan

Oui c’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien mais le porter est une élégance qui peut sauver votre pouvoir d’achat …

Contester, un luxe dont on ne saurait se priver, simple conséquence de l’affaiblissement des corps intermédiaires par Macron depuis Mai 2017. Les français sont dans la rue et le gouvernement rit jaune

#GiletsJaunes #17Novenbre2018

Plus de détails à suivre dans le Semainier (politique) de Sarkofrance

./…

Et Gilles-William #Goldnadel inventa le «#racisme #Antinazis», en 2018 …

Tranquille, le pro-Zemmour, l’ami & chroniqueur de Thierry Ardisson, Gilles-William #Goldnadel vient d’inventer le «racisme AntiNazis», en 2018. Faut croire que le «racisme #AntiBlancs» a fait pschitt, ça marche de moins en moins bien, aussi, il fallait trouver autre chose, frapper fort et plus haut: Dans son «papier» édité chez le Figaro (surprise), Gilles-William #Goldnadel pointe du doigt la responsabilité de l’idéologie d’un pseudo «antinazisme» devenu fou qui alimente – selon lui-  une névrose médiatique (…) c’est-à-dire, une idéologie inconsciente qui a ouvert immédiatement la «boîte à folie». En gros, critiquer le nazisme est une folie (sic). Et pour le traduire en de termes simples, ça donne: « faut arrêter de stigmatiser ces pauvres nazis les gens!  C’est pas bien, #CeyMal !» | Après « le point Godwin », voici le « Point Goldnadel  » …

goldnadel-c2ab-la-polecc81mique-sur-pecc81tain-recc81vecc80le-un-e28098antinazisme-devenu-fou-c2bb

Entre le Pétainisme en Kippa de Zemmour et l’hommage de Macron à Pétain – que GW-Goldanel ne contredit pas-, il est aisé de dire que, ce pays part en vrille. La France est en mode «syndrome de Stockholm», plongée dans un état léthargique où les victimes d’hier manifestent une morbide et étrange fascination envers les Nazis, les boches. Terrible constat. C’est peut-être bien le « syndrome de Stendhal», ne pas confondre – selon le Wiki- avec le «syndrome de Brulard», également inspiré par Stendhal, une maladie psychosomatique qui provoque (des coliques néphrétiques chez certains), des accélérations du rythme cardiaque et des vertiges chez d’autres, voire des suffocations et des hallucinations chez ces nouveaux Pétainistes décomplexés, enfermés dans une boîte de déraison où l’imbécilité règne en maître. Peut-être bien les trois ensemble.

«L’antinazisme»?, je rêve. Tout fout l’camp …

./…

«#Pétain, un grand soldat» pour Emmanuel #Macron … Ho⁉️ #OuPinèze!

Dans «l’itinérance mémorielle» cette petite phrase d’Emmanuel Macron, Président de la République française: «Pétain a été un grand soldat» .

Pétain, un grand soldat» pour Emmanuel #Macron

Il l’a dit, tout seul comme un grand. Voila qui va faire plaisir au Front National. On pensait l’hommage gênant à Pétain retiré du programme officiel mais ce n’est pas le cas semble t-il, ni une « erreur » des services de l’Élysée. Il tient à son Pétain

Pétain Soldat Macron éloge_à_ la_ con

Hier encore Jupiter Macron faisait l’éloge de De Gaulle à Colombey-les deux Églises. Faut se pincer..

Rappel: Le 15 juillet 1945, Philippe Pétain (Vichy) a été condamné pour crime de haute trahison, intelligence avec l’ennemi et a été déchu de la nationalité française (frappé d’indignité nationale), condamné à la confiscation de ses biens, son titre de Maréchal lui a été retiré), condamné à la peine de mort communié en prison à vie.

Oui, Pétain, l’allié d’Hitler, c’est aussi l’homme du texte du statut des Juifs annoté de sa main en 1940. Arch.Mémorial Shoah. Dans un document d’octobre 1940 découvert et authentifié par Serge Klarsfeld, on peut voir les corrections du chef du régime du Vichy sur le sort des juifs: «Il s’agit d’un document établissant le rôle déterminant de Pétain et son profond antisémitisme». Ce texte inédit a été annoté par le Maréchal Pétain lui-même, ses commentaires suggèrent un durcissement des exactions contre toute la population juive française de l’époque.

Et Philippe Pétain sera célébré aux Invalides, par Emmanuel Macron, ce samedi avec les sept autres maréchaux de la Grande Guerre. Non c’est pas une blague , ni une première chez Macron: 1. Pour lutter contre l’injustice sociale, il donne aux riches (1ers de cordée), 2. Pour lutter contre les nationalismes en Europe, il refuse d’accueillir l’#Aquarius (avec les félicitations des nationalistes), 3. Pour lutter contre l’extrême-droite, nous dit-il, il rend hommage à Pétain. et le tout, quelques jours seulement après avoir félicité l’extrême-droite Brésilienne désormais au Pouvoir.

«Honorer Pétain» c’est comme «remettre la médaille de la bravoure à un père qui a sauvé sa fille de la noyade et qui l’a ensuite violé».

Pareil, une indignité qu’on peut lire même dans la presse allemande chez Spiegel: « Großer Soldat »: Macron ehrt Nazi-Kollaborateur Pétain »

Macron Petain Spiegel

Oui l’extrême-droite est EnMarche, en France, si vous en doutiez encore …

./…

Emmanuel Macron a félicité l’#extrêmedroite, M.Le Pen aussi. Le #Bresil bascule & il « Samba »

Bolsonaro Brazil Macron NYTImes

Dimanche dernier, le Brésil a basculé à l’extrême-droite avec l’élection de celui qui porte bien son prénom « Jair » Bolsonaro, et Emmanuel Macron l’a félicité. Même le New-York Times en parle. Marine Le Pen – Salvini -Orban etc. sont en mode Youplaboum

Brésil bascule à l'extrême droite

Brésil Macron félicite Bolsonaro

MAcron félicite Bolsonaro Brésil extrême droite

virage à l_extrême droite pour le Brésil

la victoire de Bolsonaro réjouit l'extrême droite

Et comme le dit si justement l’ami Ervé dit @Croisepattes: « Donc le devient une dictature fasciste et la plupart des gens (Emmanuel Macron) « Samba » les couilles ». Bref, Macron a félicité l’extrême-droite, certainement pour de « bonnes raisons » que ma raison ignore. L’extrême-Droite n’a pas de nationalité, elle reste dangereuse, d’ici ou d’ailleurs. Mon avis.

Screenshot_20181102-152204~2

Puis suivra, je suppose, une invitation au 1er étage de la Tour Eiffel. On avait bien reçu Donald Trump le Bolsonaro Américain un 11 novembre à Paris n’est ce pas?

./…

Tiens, l’«affiche #FN» du #Gouvernement français …

À l’heure du café ce matin, j’ai cru voir une affiche du Front National dans un tweet: des images des nationalistes européens Salvini et Viktor Orban, des drapeaux bleu-blanc-rouge enveloppés dans une flippante musique. Et surtout, en intro, ce visuel: « Immigration: Maîtriser ou subir? »

Mais non, c’est bien un « clip de campagne du Gouvernement français » pour inciter au vote. Curieuse mise en avant de la LoiAsileImmigration avec le concours et les félicitations des députés FN, le refus d’accueillir l’Aquarius comme l’a souhaité l’extrême-droite italienne, la stigmatisation des migrants comme chez l’ultra nationaliste Viktor Orban, laxisme sur les identitaires de DefendEurop dans leur croisade anti-Migrants dans les Alpes, etc. Ce clip #EnMarche (payé par le contribuable) est un auto-satisfecit du GouvernementFr et de ses alliés européens dans leurs « convergences actuelles« . Comme Donald Trump, le Brésilien Bolsonaro sera chez lui en Europe. Ne reste plus qu’à réserver le 1er étage de la Tour-Eiffel …

Tiens, mon café a refroidi, je vais m’en refaire un.

./…